Ceux d’en Haut |Tome 2: Une Promenade Hors du Corps – Luisa Gallerini

Une Promenade Hors du Corps


Titre: Une Promenade Hors du Corps

Auteur: Luisa Gallerini

Date de Parution: 2 août 2019

Éditeur: Auto-édition, 439 pages

Spe


Quatrième de Couverture

Imaginez qu’un à un, vos sens se dérèglent: l’odorat, le goût, l’ouïe, la vue, le toucher. Imaginez que des pouvoirs surnaturels commencent à se manifester: intuition, télépathie, voyance. Imaginez, enfin, que vous êtes une honorable mère de famille dans le Paris bourgeois du 19ème siècle. Croyez-vous que la société vous accueillera à bras ouverts ? Pour Adélaïde, tout commence par une botte de persil au marché. Puis c’est l’engrenage: exorcisme, asile psychiatrique… Où se terminera son cauchemar ?

En pleine crise d’éternité, Marie se sent terriblement seule. Existe-t-il d’autres immortels sur Terre ? Qui sont « Ceux d’en haut » ? Se soumettra-t-elle aux lois, aux rituels de cette communauté de l’ombre ? Et pourquoi ses membres s’intéressent-ils tant aux expériences de mort imminente ? Et vous, êtes-vous prêt à passer de l’autre côté ? Celui des initiés ?


Extraits


Extrait 1


Je commençais tout juste à savourer cette douce accalmie quand une heure plus tard, je fus saisie d’une angoisse foudroyante chez le boulanger. Ma mère remarqua mon trouble:

  – Qu’a-t-il mon enfant ? Souffres-tu ? As-tu mal quelque part ?

  – Il va se passer quelque chose, maman, soufflai-je d’une voix blanche. Je le sens, je le sais. Quelque chose d’effroyable. Je ne veux pas voir, non…

  – Que dis-tu ? Ma chérie, cria-t-elle en me secouant sans ménagement, m’entends-tu ?

  Je fermai les yeux. Il y eut un long silence, comme si le temps s’était arrêté pour mieux souligner l’horreur, imminente. Puis un hurlement éclata dans l’air comme un coup de tonnerre, suivi d’un hennissement sourd. nul besoin d’ouvrir les yeux pour comprendre.


Mon Avis:

* En remerciant l’auteure et Simplement.pro pour ce service presse *

    Après un premier tome riche en découvertes, c’est avec une curiosité non dissimulée que je me lance dans ce second opus qui promet une aventure tout aussi ensorcelante que la précédente…

    Comme pour La Momie de Pâques, je fais l’impasse sur un résumé personnel notamment par crainte de révéler de menus détails qui pourraient d’ores et déjà guider le lecteur sur une piste plus ou moins prometteuse. En revanche, je peux vous affirmer sans crainte que ce second récit est tout aussi surprenant que le premier. Si j’étais auparavant entraînée par le récit et ses merveilles égyptiennes, j’ai été ici littéralement aspirée par les aventures de notre chère Marie mais aussi d’Adélaïde, une jeune femme du XIXème siècle. Leurs histoires sont aussi singulières qu’addictives et nous avons bien du mal à nous détacher de l’une comme de l’autre. Je me suis longuement interrogée sur le lien pouvant unir les deux jeunes femmes et je dois avouer que l’auteure a su me surprendre. Je ne m’attendais certainement pas à un tel déroulement des faits et les dernières pages m’ont laissée quelque peu stupéfaite. À ce stade, la suite devient indispensable pour assouvir mon appétit !

    La plume demeure aussi charmante qu’à l’accoutumée. Le soin du détail est toujours aussi présent et l’ouvrage se voit donc gratifié de passages descriptifs d’une profondeur indéniable. Je n’oublie pas les diverses illustrations qui jalonnent l’oeuvre et qui apportent cette touche d’originalité en plus. Quoiqu’il en soit, dans ce tome, nous changeons subtilement d’univers et cette fois-ci, c’est la modernité qui est de mise. L’auteure n’hésite pas à mettre à profit celle-ci pour jouer avec ses nombreuses spécificités et libérer tout son potentiel. De ce fait, nous allons explorer l’envers du décor moderne, la face cachée de notre monde contemporain, c’est-à-dire la sphère informatique. J’ai été complètement surprise par le choix de l’auteure d’explorer les méandres du Darknet, ou plus précisément son fonctionnement. Les recherches de l’auteure sur le sujet sont perceptibles et nous pouvons en admirer toute leur étendue au travers des péripéties de Marie. 

    Cependant, le roman de l’auteure ne se contente pas d’exposer uniquement l’invisible du quotidien. En effet, il soulève habilement un problème universel né du progrès technologique, celui de la sphère privée et de l’informatisation des données personnelles. Ainsi, l’auteure aborde des sujets cruciaux tels que l’espionnage ou encore le manque d’intimité des hommes d’aujourd’hui. L’alternance entre le présent et le passé du XIXème siècle – avec l’histoire d’Adélaïde – augmente la gravité de notre situation actuelle. En plaçant côte à côte deux histoires à des époques radicalement différentes, l’ouvrage nous pousse à nous interroger sur l’évolution du monde et sur la place affolante qu’occupe la technologie à notre époque. Marie se voit confrontée à un ennemi invisible, insaisissable, qui pourrait bien être le nôtre ou celui de notre voisin… Quel est le moindre mal ? L’absence de vie privée du siècle actuel ou l’ignorance des hommes des siècles précédents ?

    Mais il est temps de passer désormais aux protagonistes de notre histoire.

    Tout d’abord, nous retrouvons Marie qui, après ses nombreux périples, se voit dorénavant dotée du don de l’immortalité. De nouvelles portes semblent alors s’ouvrir à elle mais la réalité n’est pas aussi éblouissante que ce que l’on pourrait croire ! Abattue par une solitude écrasante, lasse des changements d’identité lui étant régulièrement imposés, Marie succombe peu à peu à la nostalgie. Ainsi, lorsqu’elle se retrouve poursuivie par un étrange individu et qu’elle se voit contrainte malgré elle à la fuite, la jeune femme décide de prendre les choses en main. Animée d’une détermination nouvelle, elle s’engage alors corps et âme dans une quête audacieuse parsemée d’embûches et de dangers. Marie est un personnage qui continue à nous enchanter par sa force intérieure et son caractère bien affirmé. Ses reparties mordantes n’ont cessé de me divertir ! Mais elle laisse quelquefois entrevoir sa fragilité et son affectivité qui nous permettent de mesurer toute l’ampleur de sa peine.

    Adelaïde, quant elle, nous offre des sensations quelque peu différentes. Cette jeune épouse et mère du XIXème siècle se voit confrontée à un déluge olfactif mystérieux affectant autant son corps et son esprit que son entourage. Livrée à la peur, l’incompréhension et le désespoir, la jeune femme subira nombre de tortures tant physiques que psychologiques. Séances d’exorcisme, asile psychiatrique, examens médicaux, ses tourments s’étendent à l’infini. Devenu « l’infâme », rejetée par ses semblables, Adelaïde perdra les êtres les plus chers à ses yeux et découvrira malgré elle les faces cachées – par ailleurs peu reluisantes – de ses proches. Son désarroi nous serre le cœur et nous nous prenons rapidement d’affection pour cette jeune femme victime de l’ignorance et des préjugés de toute une époque. Il est tout bonnement impossible de rester impassible face à une telle détresse.

    Ainsi donc, Une Promenade Hors du Corps nous offre une histoire aussi étonnante et captivante que la précédente, si ce n’est davantage. Avec une plume aussi chatoyante et addictive, vous ne pourrez qu’être emportés par un tourbillon de péripéties et de sensations. Serez-vous prêts pour la suite ?


Intéressé par ce livre ? Retrouve-le sur Amazon ici:

Une Promenade Hors du Corps


 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s