Dark-Side |Tome 3: Les Séides d’Ashtart – Nathy

Les Séides d'Ashtart


Titre: Les Séides d’Ashtart

Auteur: Nathy

Date de Parution: 15 avril 2017

Éditeur: Lune Écarlate, Collection Lune Ténébreuse, 264 pages 

Spe


Quatrième de Couverture

Après les précédentes révélations, le guerre semble désormais inévitable. Cathal, le Chevalier-Vampire, et Nelly, sa compagne, s’envolent vers la citadelle du clan des Terres du Nord. La jeune novice y découvre un autre monde. Sera-t-elle capable de vivre et d’évoluer dans un tel univers, si profondément empreint de traditions vampiriques ?

Tout cela sans compter sur leurs ennemis, prêts à toutes les bassesses.

Cathal devra-t-il faire face à un choix cornélien entre l’amour de sa vie et sa charge de commandant des armées ichoriennes ?


Extrait


  “ Cathal lui avait complètement fermé son esprit. Un vide immense l’étreignit avant qu’une colère folle s’empare de la novice. Ce fut à cet instant qu’Ingrid entra. Sans aide de son mentor lors de sa transformation, Nelly avait de plus en plus de mal à maîtriser ses émotions. Personne n’était là pour la guider, pour lui apprendre à utiliser et maîtriser ses capacités et, comble de tout, elle était assoiffée. Le sang des mortels était insuffisant pour un jeune vampire; son mentor était censé lui fournir le sien pendant des mois, lui apporter tout le soutien dont le jeune immortel en devenir avait besoin. L’apprentissage était long et, sans le soutien de celui qui l’avait transformée, Nelly était vouée à devenir une Ichorienne incontrôlable. […]. Elle se jeta sur sa nouvelle amie, ses petits crocs à peine sortis, les lèvres retroussées, les yeux fous, et l’attaqua violemment. L’amante de l’Orghaar entendit les cris de la femme qui accompagnait la jeune immortelle et, plutôt que de la calmer, ils ne firent qu’amplifier sa fureur. Malgré ses heures d’entraînement des derniers mois, Nelly n’était qu’une débutante. Elle se retrouva plaquée au sol, mais elle eut quand même le temps de la mordre sauvagement à l’épaule. L’odeur du sang attisait ses besoins. 

  Ingrid hurla:

  – Nelly ! Nelly ! 

  Mais celle-ci n’entendait plus rien. Devenue quasiment incontrôlable, elle tremblait des pieds à la tête, ses yeux injectés de sang ne semblaient plus reconnaître qui que ce soit. 


Mon Avis:

* En remerciant l’auteure Nathy pour ce service presse *

    C‘est avec une curiosité brûlante teintée d’une légère appréhension quant à l’avenir de nos Ichoriens que je me suis plongée dans les Séides d’Ashtart. Le tome précédent nous annonçait un troisième livre, je cite  » plus sanglant » révélant des « personnalités inattendues ». Au terme de ma lecture, ce qui ne m’apparaissait que comme une affirmation s’est muée en une profonde certitude.

    Nous avions quitté précédemment Cathal et Nelly aux prémices d’une guerre d’ores et déjà marquée par la violence et la souffrance. Entre les manigances fomentées par un être mystérieux, l’ascension d’une secte insaisissable et les conflits réguliers déchirant notre couple d’Ichoriens, la tension était déjà à son apogée. Qui aurait pu penser que cette tension extrême prendrait une ampleur effarante pour se métamorphoser en un maelström d’émotions impitoyable ballottant le lecteur dans des flots obscurs et déchaînés ? Si je devais spontanément choisir un adjectif pour qualifier cet ouvrage, ce serait celui de « bouleversant ». Ce troisième tome est tout simplement marqué par le renversement, le revirement. Des situations imprévisibles aux personnages méconnaissables, j’ai été complètement prise de court par l’auteure. Tout à tour ébahie, furieuse, affligée, anéantie, je me suis noyée dans les profondeurs abyssales des Séides d’Ashtart.

    Si nous n’avions pas eu le loisir auparavant de prendre la pleine mesure de l’étendue de l’univers des Ichoriens, nous nous trouvons désormais aspirés par ce monde empreint d’une brutalité inouïe et d’une sauvagerie sanguinaire mais qui pourtant fascine par sa richesse et son intensité. La venue de Cathal et Nelly dans une communauté composée d’Ichoriens vivant dans le respect des traditions anciennes était l’occasion rêvée pour découvrir les divers us et coutumes en rigueur et de mieux cerner les lois et obligations régissant ces mêmes immortels. Absorbée par la complexité de cette société ichorienne traditionnelle forgée par l’Histoire et ses ancêtres, j’en suis parvenue à oublier le monde extérieur et à me désintéresser des mortels bien fades qui le composent. Mais cette immersion n’aurait pu être totalement effective si l’auteure n’avait pas apporté des modifications radicales à sa plume.

    En effet, les altercations incessantes et répétitives entre nos deux amants ne sont plus de mise, et ce à mon plus grand plaisir. Libérée de ce poids oppressant, la plume prend de l’élan et dévoile enfin tout son potentiel. Si l’auteure ne néglige pas pour autant le couple d’Ichoriens dont la relation demeure houleuse et chaotique, le contexte de la guerre est bien plus développé et surtout mis en valeur. Entre les stratagèmes sournois des ennemis, les pulsions et les émotions des guerriers échauffées par le sang et la fièvre du combat, les conséquences désastreuses des affrontements sur les troupes comme sur les innocents, la guerre nous est dévoilée dans toute sa sanglante horreur. La violence et l’angoisse sont exacerbées et le combat fait rage autant à l’extérieur qu’à l’intérieur de la communauté. C’est exactement cela que j’attendais de la plume de Nathy: briser les chaînes et s’affranchir de toute contrainte extérieure afin de donner libre cours à la fantaisie.

    Cette nouvelle dynamique de la plume se retrouve également au travers de nos protagonistes. Influencés par les événements, ceux-ci vont subir des changements majeurs qui leur permettront d’évoluer et de signer leur transformation tant physique que mentale.

    Commençons par Nelly. Fraîchement transformée, désorientée et instable, notre jeune immortelle peine à prendre ses marques. Jetée au cœur de l’univers des Ichoriens, Nelly rencontrera naturellement des difficultés d’adaptation, notamment en ce qui concerne sa soumission à des coutumes aussi archaïques qu’incompréhensibles. De plus, la séparation et l’indifférence de son amant ne vont qu’accentuer sa solitude et son désespoir. Abandonnée, elle sera alors vouée à elle-même et seule une rencontre inespérée et bienvenue lui permettra de remonter à la surface. Gagnant en assurance, Nelly redeviendra progressivement la femme que nous connaissons mais avec une confiance en elle renouvelée. Inutile de préciser que le lien l’unissant avec Cathal s’effritera de jour en jour jusqu’à se limiter à un fil ténu menacé par les intempéries du temps…

    Cathal, quant à lui, subit une métamorphose drastique. Le fier et inébranlable Chevalier-Vampire embrassera pleinement sa fonction de commandant des armées et cela au détriment de sa compagne. Un revirement bien surprenant après sa possessivité et son obsession maladive ! Obnubilé par la guerre et les entraînements, l’Orghaar délaissera la jeune Ichorienne et c’est alors que nous pourrons admirer son pouvoir et son autorité dans toute sa splendeur tout comme son mélange de force et de cruauté. Nous prenons enfin conscience de sa véritable nature ! La rupture de son lien émotionnel avec Nelly ne sera cependant pas sans conséquences. S’attirant – entre autres –  le courroux d’Edern, Cathal perdra de sa prestance et sa notoriété se verra entachée par le ressentiment et l’humiliation d’autres Ichoriens. Au fil des jours, notre amant perdra tour à tour l’amour, l’amitié, la dignité et le respect et peut-être même davantage…

    Toutefois, il y a un personnage en particulier qui a retenu toute mon attention, à savoir Nicolaï, chef de clan et remarquable artiste. Cet Ichorien est un véritable havre de paix et de douceur au milieu d’un monde régi par la haine et la violence. Nicolaï fait preuve d’élégance et de raffinement ainsi que de patience et de compréhension et, contrairement à Cathal, préfère la subtilité de la persuasion plutôt que la force brute ou l’intimidation. Cet Ichorien aux yeux d’ambre a toute mon estime de par son intégrité et c‘est bien le premier personnage dans l’univers de l’auteure qui a su m’ébranler jusqu’aux tréfonds de mon être… Un second protagoniste a su remuer mon âme mais dans un tout autre sens, à savoir Ashtart, dont le sadisme et la perversité n’ont d’égal que sa cruauté. S’il existe un être capable de souiller au-delà de la barrière du temps et de l’espace, c’est bien celui-là, et en tant que lecteur, vous ne pouvez espérez vous en sortir indemne. 

    En conclusion, Les Seides d’Ashtart vous emporteront au cœur d’une guerre d’une férocité sans précédent où l’espoir ne se résume qu’à l’étincelle d’une femme portée par l’amour. Réalisant un véritable coup de maître, l’auteure nous impressionne par la fertilité de son univers et son habileté à suspendre et émouvoir le lecteur. Il me tarde de découvrir le fin mot de l’histoire mais surtout de voir jusqu’où est prête à aller l’auteure dans l’horreur et le vice…


Intéressé par ce livre ? Retrouve-le sur Amazon ici:

Les Séides d'Ashtart

ou sur le site de l’éditeur Lune Écarlate


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s