Bane Seed |Tome 1: Guerre ou Paix ? – Fanny André

Guerre ou Paix


Titre: Guerre ou Paix ?

Auteur: Fanny André

Date de Parution: 22 Février 2017

Éditeur: Mxm Bookmark, Collection Infinity Imaginaire, 250 pages


Quatrième de Couverture:

Bane Seed est une Banshee aguerrie, pourfendeuse d’hommes infidèles, violeurs et meurtriers. Elle adore son job et le pratique avec zèle. Un peu trop, peut-être. Suite à une erreur commise, elle écope d’une mise à l’épreuve et se retrouve affectée au Conseil, une organisation chargée du maintien de l’ordre parmi les peuples faes. Non seulement elle doit régler un conflit entre deux clans du Petit Peuple, mais comble de malchance, on lui adjoint l’Incube Dorian Murray pour coéquipier.

Non mais: un Incube ! Autrement dit, tout ce qu’elle déteste.

Entre eux les étincelles fusent – au sens littéral ! – et quand leur mission s’avère bien plus compliquée que ce qu’ils envisageaient, on frôle le carnage !

Guerre ou paix ? Tout repose sur ce duo détonant.


Extrait:


  Dorian sourit avec un petit air suffisant. Je me retins au dernier instant de balancer mon bock dans son menton bien dessiné, juste par dépit.

  – Je ne peux pas lire tes pensées comme celles d’une humaine, mais tu as déjà évoqué mon corps en des termes plutôt élogieux. J’ai d’ailleurs noté que tu avais un net penchant pour mon postérieur. Par ailleurs, les Banshees ne sont pas les seules à savoir discerner les auras. Si je ne déchiffre que le désir et les fantasmes, ton aura s’est clairement réchauffée, ma belle.

  Je le dévisageai, sans voix, et c’était rare. Il pouvait s’en féliciter.

  – Dis-moi un truc, sous ton apparence de scandinave prête à créer la nouvelle commode Ikea un Krisprolls à la main, tu caches le même côté blafard et des yeux de souris albinos ? acheva-t-il avec un clin d’œil bravache.

  Sans réfléchir, je laissai mes iris redevenir rouge sang pour lui répondre et lui donnai une bonne petite semonce de magie. Je pouvais faire chauffer n’importe quel homme – littéralement – et ce jusqu’à la combustion. Il n’aurait pas dû employer ce terme devant moi. Dommage… Mais je n’allai pas plus loin: j’avais déjà ma direction sur le dos, autant la jouer prudente.

  – Je vois ce que tu entends quand tu parles d’aura qui s’embrase, raillai-je, tout sourire.

Dorian s’efforça de ne pas bouger, mais comme j’avais une tendance au sadisme, je visais donc ce sur quoi il reposait, à savoir le séant du conflit. Il finit par se relever, espérant atténuer la douleur cuisante. Je stoppai brusquement et rappelai la bougie à moi, soufflant sur mon doigt comme si c’était un colt – pure esbroufe, mes pouvoirs n’avaient rien à voir avec mes mains en réalité. Cabotine, j’osai un dernière boutade:

  – « Avoir le feu au cul » prend maintenant tout son sens, pas vrai ?


Mon Avis:

  Un résumé particulièrement alléchant que celui de Guerre ou Paix ?. Rien que la mention d’un Incube m’a animée alors si vous ajoutez à cela une coopération houleuse avec une Banshee, un règlement de conflit et une dose conséquente de railleries, vous imaginez aisément mon enthousiasme. Et c’est peut-être – voire assurément – parce que j’en attendais bien trop de ce livre que j’ai terminé cette lecture un brin désappointée.

  Pourtant, ce roman détenait bien des armes pour me conquérir, de ses personnages aussi divertissants que séduisants à son univers tiré tout droit du folklore écossais et irlandais. C’est du reste cette distinction précise qui apporte un charme tout particulier à l’histoire.

  Il est peu fréquent – selon mon expérience personnelle – de goûter à la mythologie celtique, lui préférant la grecque ou encore la romaine, c’est pourquoi le choix de l’auteure m’a enchantée. Celle-ci se révèle notamment par le biais du Sidh, équivalent de l’Autre Monde, et des personnages tels que Bane, une créature celtique nommée Banshee, ou encore les peuples des Brownies ou Leprechauns, principaux instigateurs de l’affrontement. Je reconnais par ailleurs qu’un petit tour à ma bibliothèque était nécessaire afin de me remémorer cette fameuse mythologie et me familiariser avec les quelques termes celtiques employés. Une esquisse de cet Autre Monde était aussi la bienvenue pour mieux concevoir son fonctionnement ainsi que le rôle de notre Banshee dans tout cet univers. Seule ombre au tableau: mon exploration quasiment inutile. Désirant faire plus ample connaissance avec le folklore ainsi que la mythologie, je n’avais pas envisagé un seul instant que le plus gros de cet univers ne serait que superficiel, simplement effleuré, ah, mais que dis-je ? mentionné de temps à autre pour seul rappel des origines du petit Peuple et de notre Banshee. Un désenchantement certain qui renvoie ainsi la plus grande partie de mes espoirs sur le tome suivant.

  Bien évidemment, l’univers à lui seul ne peut justifier de la valeur d’un livre et c’est pour cela que je me focalise désormais sur l’histoire. De ce côté-là, ni surprise, ni déception, seulement un scénario assez courant avec une équipe de surnaturels élucidant une affaire… surnaturelle. Ici, Bane Seed, Banshee, et Dorian Murray, Incube de son état, contraints de travailler main dans la main sur un conflit opposant deux clans du Petit Peuple, à savoir les Brownies – nom amusant soit dit en passant, mais ce sont des créatures bel et bien issues du folklore écossais ;) – et les Leprechauns. Les raisons de leur coopération ? Des écarts de conduite valant une mise à l’épreuve sous la forme d’une collaboration forcée sur des problèmes en tout genre. Si l’ensemble demeure plaisant à suivre et plus ou moins captivant, je dois admettre que leur enquête est malgré tout un peu trop simple, trop terne pour être pleinement surprenante. Il me manquait cette fameuse palpitation, ce suspense qui m’empêcherait de reposer mon livre avant de connaître le fin mot de l’histoire. Je ne me suis pas autant immergée dans l’aventure comme je le désirais et pointerais le manque d’action pour responsable de cette insatisfaction. Mes attentes étaient donc assurément plus élevées. Toutefois, ce livre-ci n’étant que le premier de la série, je consens à passer outre l’originalité en faveur du divertissement pour réserver ainsi l’exigence pour la suite.

  De cette façon, seuls deux points ont constitué de véritables avantages à mes yeux: l’humour et les personnages. L’humour est omniprésent, que ce soit dans le ton du récit ou encore chez nos protagonistes. Bien des tournures de phrases ou encore d’expressions m’ont tiré un sourire et j’ai bien vite cessé de compter le nombre de fois où je me suis esclaffée aux piques et railleries de Bane ! Une légèreté certaine plane sur le récit et c’est un régal que de pouvoir oublier soucis et autre tracas pour un instant afin de se noyer au royaume de la goguenardise. D’ailleurs, mon amusement était à son apogée lors des multiples allusions à des œuvres littéraires tels qu’Anita Blake de Laurell K. Hamilton et cinématographiques (James Bond pour exemple) ainsi qu’aux publicités. De ce dernier cas, je retiendrais la réplique légendaire What Else ? de George Clooney pour Nespresso ainsi que le slogan de l’Oréal Paris « Parce que je le vaux bien » qui, dans le contexte donné – et avec Dorian en prime -, m’a valu un bien joli fou rire.

  En ce qui concerne les personnages, ils constituent un indéniable atout, notamment le protagoniste principal qui n’est autre que Bane Seed, la redoutable Banshee. Car redoutable, elle l’est indubitablement d’autant plus que sa langue et sa nature semblent être en accord parfait. Quelques adjectifs pour la décrire, peut-être ? Vive, sarcastique, un brin susceptible et même belliqueuse, m’avancerais-je à dire, avec un penchant douteux mais sûr pour le sadisme. Châtier, punir, c’est son dada et rien ne la rend plus heureuse que de savoir sa proie correctement sanctionnée. En outre, elle n’a décidément pas la langue dans sa poche et les personnes qui s’y heurtent ne peuvent que se rajouter aux victimes présentes sur son tableau de chasse. Comprenez-vous donc lorsque je vous affirme que sa nature de Banshee et sa langue sont en harmonie complète ? Bane m’a conquise dès les premières pages, principalement par sa langue acérée et ses reparties cinglantes mais également par son côté sans vergogne qui m’a réellement captivée. Notons que même son « partenaire » Dorian s’est vu contraint de marcher sur les œufs en sa présence…

  Et oui, bien que Dorian Murray soit un Incube apparemment de chair et de sang, il se révèle être relativement patient en présence de la demoiselle Seed. Cependant, ne faites pas l’erreur de croire que ce séduisant spécimen masculin, charmeur et irrésistible au possible, soit docile ou encore paisible ! Car pour compléter son physique avantageux, ce cher Dorian est affublé d’un sens de l’humour aussi mordant que celui de la Banshee mais saupoudré d’une bonne couche de séduction. Un authentique « tapineur » comme le désigne si gentiment son adorable coéquipière. Tout comme Bane, il expie ses fautes, quelles qu’elles soient, et si son châtiment lui fait autant plaisir qu’à cette dernière, la coopération lui semble en revanche bien plus sympathique… En vérité, nous ne savons pas grand-chose à son sujet si ce n’est l’essentiel: mâle, Incube, fautif. Je suis assez curieuse de connaître la cause de sa peine ainsi que ses origines et son mode de vie – bien que les spécificités d’un Incube me soient parfaitement claires. J’attends donc de le connaître davantage avant de me faire une quelconque opinion à son sujet. En tout cas, ce premier aperçu est bien prometteur.

  Puis apparaissent quelques personnages secondaires à l’instar de Morgane ou encore de Merlin. Les noms vous disent quelque chose ? Rien d’étonnant, puisqu’il s’agit effectivement et respectivement de la fée et du magicien ! Et entre eux, ce n’est pas de tout repos non plus. Tension, tension et tension, voici ce qui relie ces deux illustres personnages. Il faut présumer que les querelles incessantes Bane/Dorian étaient insuffisantes pour nous présenter un second duo – littéralement – explosif ! Leurs joutes sont tout aussi distrayantes que celles de notre couple principal, et si Merlin ne m’inspire rien de particulier, Morgane m’est bien gaie et amusante. Un ultime personnage a attiré mon attention – bien qu’il ne fasse aucune apparition, n’étant qu’uniquement cité – soit Lorid. Je ne vous dévoilerai pas son rôle, qui m’est tout aussi imprécis, mais j’ai l’audace de penser qu’il pourrait devenir un protagoniste capital à l’avenir. Ce n’est qu’une intuition mais le fait est que ma curiosité s’en est trouvée éveillée.

  Ainsi doncGuerre et Paix ? nous offre un instant de détente certain sous la forme d’une lecture avant toute chose égayante et charmante. Si je n’ai pas été séduite outre mesure, j’ose espérer que la suite saura répondre à mes attentes, notamment au niveau de l’exploitation de l’univers et du suspense. Bane et Dorian forment un duo détonnant et mettent réellement le feu aux poudres donc je me ferais un plaisir de suivre l’évolution de leurs rapports. Et si l’Incube avait vu juste ? Une autre personne se cacherait-elle sous les dehors de la garce insensible et intransigeante de la Banshee ? J’ai bien du mal à y croire…


Intéressé par ce livre ? Retrouve-le sur amazon.fr ici:

Guerre ou Paix

Guerre ou Paix ? – Fanny André


Publicités

5 réflexions sur “Bane Seed |Tome 1: Guerre ou Paix ? – Fanny André

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s