Sang d’Ombre |Tome 0: Kiss Me Deadly – Nathy

Kiss Me Deadly


Titre: Kiss Me Deadly

Auteur: Nathy

Date de Parution: 15 Décembre 2016

Éditeur: Lune Écarlate, Collection Pleine Lune, 106 pages

Spe


Quatrième de Couverture:

Spin-Off du diptyque Sang d’Ombre

Après des années d’absence, Swann, l’enfant terrible de la fratrie princière des Ichoriens, refait surface. En ce début des années 80, l’artiste qu’est le vampire ne pouvait que plonger corps et âme dans le bouillonnement de l’époque punk. Les jeunes se défoncent au rythme de guitares saturées, de mélodies abruptes des Sex Pistols, d’Iggy Pop ou des Clash.

L’immortel exprime à sa manière le feu de la rébellion qui lui coule dans les veines.

***

En bonus, le spin-off d’Anamorphose: Lucrezia, fille d’Astaroth, entièrement revu et corrigé dans une nouvelle version.

Dans cette nouvelle, découvrez les premiers pas de la belle Shérida dans le monde des Ichoriens, celle qui deviendra, des siècles plus tard, la courtisée et crainte Lucrezia… Une nouvelle aux parfums de volupté et de violence dans une époque depuis longtemps révolue.


Mon Avis:

  En premier lieu, je tiens à remercier l’auteure Nathy de m’avoir proposé ce service presse qui me fait grandement plaisir et qui, par ailleurs, me permet de découvrir cette fascinante série qu’est Sang d’Ombre.

  Comme vous pouvez le constater, j’ai préalablement choisi de me lancer dans Kiss Me Deadly avant d’entamer l’histoire première et ce pour une bonne raison. Non pas parce que ce spin-off est aussi considéré comme un préquel – même si je l’ai bien pris en compte – mais surtout parce que je désirais l’apprécier à sa juste valeur. De cette façon, je ne connaissais nullement le protagoniste de Swann, n’avais aucune idée des événements futurs et n’étais pas influencée par une quelconque impression que j’aurais pu avoir sur les deux autres tomes qui complètent la série. Et si au début, je me demandais où voulait en venir l’auteure avec cette nouvelle, je me suis rapidement laissée enfiévrer par la folie des années 80 et les orgies orchestrées par les vampires… ou plutôt par un vampire en particulier.

  Lhistoire débute par une simple invitation pourtant pas si ordinaire que cela. Dans l’intention de présenter à son frère et roi Edern son tout nouveau projet, Swann le convie à une fête, tout comme nombre de ses autres relations telles que Cathal, le chevalier-vampire (cf. Dark Side) ou encore Dante (cf. Anamorphose). Toutefois, et malgré son indéniable envie de retrouver son cadet après des années de séparation, ce n’est pas de la réjouissance qu’éprouve le souverain mais de l’appréhension: qu’a donc encore en tête son indomptable frangin ?

 Car effectivement, Swann est bien loin du modèle de prince exemplaire et réfléchi, à l’image d’Edern. De nature rebelle, il rechigne à se plier aux règles vampiriques et évolue dans un monde façonné par ses soins, où sexe et drogue sont ses plus proches amants. Et quelles années sont-elles les plus propices à la révolte si ce ne sont les années 80 avec son mouvement punk et son idéologie anticonformiste ? Nous l’observons donc sombrer doucement mais sûrement dans la déchéance et son comportement, à l’extrême limite de l’auto-destruction, se répercute également sur son entourage. Insensible aux douleurs et sentiments d’autrui, égoïste, Swann se montre impitoyable et présente une tendance manifeste à la cruauté. « Il prend tout ce qu’on lui offre et ne donne rien en retour ». Si une phrase l’illustre à la perfection, c’est bien celle-ci.

  À première vue, ce prince Ichorien apparaît donc comme une brute insensible. Cependant, malgré les ténèbres indéniables qui l’étreignent, il existe chez cet être abîmé un côté fragile et profondément enfoui qui invite à la compréhension. Car Swann est guidé, motivé par sa plus grande passion: l’art. Que ce soit la peinture, la sculpture, la musique, tout ce qu’il entreprend n’est que le fruit de son talent et son désir de démontrer l’étendue de ses dons est réel. Seul obstacle à son aspiration: l’immortalité. Implacable, étouffante, elle le ronge de l’intérieur… ce qui nous ramène tout naturellement à son besoin compulsif de noyer sa mélancolie dans la luxure. Débauché et artiste à la fois, Swann est un personnage qui intrigue énormément et ce petit aperçu de sa personnalité ne nous incite qu’à le connaître davantage afin de découvrir toutes les facettes de sa si complexe personnalité…

  Hormis ce spin-off, nous avons aussi la possibilité d’en découvrir un second: celui d’Anamorphose, à savoir Lucrezia, fille d’Astaroth. Tout aussi sombre, cette nouvelle nous présente les premiers pas de Shérida – qui deviendra Lucrezia par la suite – dans son existence toute neuve d’Ichorienne. D’une connexion et complicité avec son créateur Ashtart à sa renaissance en tant que Lucrezia, découvrez ce qui a façonné cette femme sanguinaire dont la perversité et le sadisme légendaires ont tâché l’histoire des vampires à jamais. Désireuse de connaître son passé et surtout la source de ses penchants morbides, j’ai été subjuguée par la révélation faite dans ce récit. Figurez-vous que des vestiges d’humanité ont jadis perduré chez notre chère Shérida et que fût un temps où des sentiments autres que la cruauté ont animé le cœur de cette belle immortelle… C’est une nouvelle captivante qui nous permet d’en apprendre davantage sur ce personnage révolu et pourtant éternel qui a marqué bien des âmes, mortelles ou non.

  Mais la surprise ne s’arrête pas là puisque l’auteure nous gratifie de quelques petits bonus en fin de livre sous les formes d’une playlist et d’illustrations. La playlist respecte naturellement le climat imposé par Kiss Me Deadly et regorge ainsi de musique punk. J’ai pris un plaisir tout particulier à  – je ne peux décidément pas dire retrouver – découvrir ou redécouvrir à nouveau toutes les chansons qui ont fait la force des années 70-80 ou encore des groupes de punk d’origine française. Étant courageuse, je me suis même lancée dans le punk extrême et s’il y a un conseil que je pourrais vous donner, c’est d’écouter cette musique parallèlement à votre lecture. L’immersion dans cet univers est alors complète et j’estime même que l’histoire ne s’en trouve que plus réaliste, plus vivante. Quant aux illustrations, il va falloir les voir de vos propres yeux afin d’en juger la beauté. En ce qui me concerne, le talent de Nathy n’est plus à prouver, autant en écriture qu’en dessin.

  C‘est donc principalement une petite virée dans les années 80 en compagnie de Swann que nous expérimentons dans ce spin-off de Sang d’Ombre, un avant-goût rempli de promesses pour les événements futurs. L’auteure ne laisse assurément rien au hasard et tout est méticuleusement arrangé pour être le plus effectif possible. Avec en prime une plume intense et poignante ainsi qu’absolument addictive, nous ne désirons plus qu’une chose: attaquer au plus vite le premier tome. Avec les quelques indices disséminés dans cette nouvelle, j’ai d’ores et déjà émis certaines hypothèses pour la suite mais je reste persuadée que l’auteure réussira à me surprendre de nouveau…


Intéressé par ce livre ? Retrouve-le sur amazon.fr ici:

Kiss Me Deadly

Kiss Me Deadly – Nathy


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s