Ensorcelée – Marjorie D. Lafond

ensorcelee

Titre: Ensorcelée

Auteur: Marjorie D. Lafond

Date de Parution: 25 Janvier 2017

Éditeur: Évidence Éditions, Collection I-Mage-In-Air, 344 pages

***

Présentation de l’auteur:

Écrivaine ainsi qu’enseignante, Marjorie D. Lafond voue une grande passion aux mots et, plus globalement, à la langue française. Elle est principalement reconnue pour sa série Monsieur Addams, une série qui a su séduire bon nombre de lecteurs…

Retrouvez sa page Facebook Marjorie D. Lafond

***

Quatrième de Couverture:

Nous sommes sous les cieux celtiques il y a fort longtemps… Aurélia a 17 ans. Elle vient d’apprendre la destinée qu’on lui a tracée: elle, princesse de Bourgogne, est fiancée à Cédric, riche héritier du duché de Bretagne. Affligée de ne pas pouvoir choisir elle-même son futur époux, elle demeure tout de même raisonnable: son titre convoité requiert des sacrifices. De son côté, Cédric, jeune duc de Bretagne, ne se montre guère égayé face à cette nouvelle. Victime d’un tragique drame amoureux par le passé, il entretient à présent des ambitions qui excluent femme et amour.

Heureusement, contre toute attente, les deux jeunes promis font un couple très bien assorti. Pas de doute là-dessus, l’attirance est au rendez-vous. Ces deux-là ont tout pour mener une existence prospère l’un aux côtés de l’autre. Or, sur le chemin de leur union parsemé de doutes, une entité obscure provenant de l’ancienne religion, poussée par la vengeance, a décidé de s’en mêler…

Lors d’une nuit austère dominée par la peur et la violence, Aurélia réalise que quelque chose cloche dans ce château où elle résidera sous peu. Une force surhumaine aux airs maléfiques semble rôder sur la résidence du jeune duc… Cette créature enchanteresse à la chevelure flamboyante, à la voix trop mélodieuse, trop angélique, que dissimule-t-elle ? Que lui veut-elle ?

Par ailleurs, dans quel but le jeune duc repousse-t-il sa fiancée sans ménagement ? La princesse, rêveuse et idéaliste, voit venir d’un mauvais œil cette relation douloureuse à sens unique. Devant ces sombres circonstances, elle se dit qu’il vaudrait mieux que cette promesse d’union soit rompue. À l’époque où l’amour n’est qu’accessoire au sein d’un couple de haut rang, où les valeurs chrétiennes s’imposent, peut-on malgré tout rêver de passion ? Lorsqu’un sort nous est lancé, où chercher la clé qui ramènera l’harmonie ?

Ensorcelée est une histoire d’amour poignante où s’entremêlent, dans un tourbillon d’émotions typiques des premiers amours passionnés, intrigues, sensualité et univers fantastique. Parions que vous vous laisserez ensorceler…

————————————————————————–

Extraits:

Extrait 1

« La demoiselle riait. Lui souriant, il enchaîna:

– Je préfère de loin ce magnifique sourire au triste regard qui voilait quelques instants plus tôt votre joli visage. Pourquoi cette mauvaise humeur en ce jour de festivités ?

[…]

– Vous aviez remarqué mon chagrin ? demanda Aurélia, curieuse.

– Je l’ai lu à travers vos yeux. Ils sont très expressifs. Quels que soient vos tourments, je suis convaincu qu’ils disparaîtront rapidement. Vous semblez être une bonne personne.

– C’est très gentil… Malheureusement, je crains qu’ils ne fassent que débuter, mes tourments…

– Pour quelle raison ?

Émotive, Aurélia se laissa emporter et ne put se retenir d’entrer dans les confidences avec ce pur inconnu.

– Car dès ce soir, je serai fiancée à un homme qui m’est tout à fait étranger. Il doit être arrivé à l’heure qu’il est et je n’ai qu’une seule envie en ce moment: le voir retourner chez lui !

Oups ! Ha non… la princesse… Cédric se figea, mal à l’aise quand il comprit tout. Il s’avança alors, prestement, imposant, devant la jeune femme:

– Vous êtes la princesse Aurélia de Bourgogne ?

– Oui, c’est bien moi.

Elle remarqua le regard de son bel inconnu se transformer pour devenir de glace à un point tel qu’elle en devint confuse.

– À mon tour de me présenter… lui adressa-t-il en retour, presque hautain. Je suis le jeune duc Cédric de Bretagne… votre futur époux. »


Extrait 2

« Dans la majestueuse chambre aux multiples tapisseries qu’elle quitterait le lendemain, Aurélia s’endormit en quelques minutes à peine. Cependant, au beau milieu de la nuit, elle s’éveilla en sursaut. Elle avait fait un rêve étrange. Quelqu’un l’appelait. Une femme toute curieuse, vêtue de noir, lu faisait signe de la suivre. Aurélia se redressa dans son lit afin de chasser ses images inquiétantes de son esprit. Pourtant, toujours à moitié endormie, la jeune fille entendit à nouveau une douce voix enveloppante prononcer son nom.

– Aurélia… Aurélia…

Et cela continuait:

– Lève-toi, rejoins-moi… Aurélia.

Assise dans le lit, la princesse prêtait une oreille attentive aux alentours afin de découvrir la provenance de cette voix enchanteresse. Le murmure continua de plus belle. Comme hypnotisée par une quelconque force naturelle, Aurélia se leva et suivit les murmures mélodieux. Elle ouvrit doucement la porte de sa chambre. À cette heure, tout le monde dormait d’un profond sommeil. Le château était plongé dans une obscurité inquiétante. Malgré cela, Aurélia longea sans mal plusieurs couloirs, comme si une clarté invisible lui permettait de déambuler dans le château. Plus elle avançait, plus la voix semblait perceptible. À l’intérieur d’elle-même, elle se sentait terrifiée, mais quelque chose d’obscur, d’indéfinissable, la poussait à continuer d’avancer. Les passages du château, qu’elle ne connaissait pas du tout, semblaient s’ouvrir à elle. Le dernier couloir qu’elle emprunta la mena à l’extérieur du château, dans le jardin ouest. L’air était frais à cette heure. Les herbes et les plantes que ses jambes frôlaient lui glaçaient la peau. Perdue quelque part entre l’inconscience et l’éveil, elle s’enfonça jusqu’au fond du jardin, à des endroits où elle n’avait jamais mis les pieds.

– Aurélia, viens me rejoindre… Aurélia… dans les roseaux…

Cette voix… si enchanteresse. Lumineuse et veloutée.

À peine quelques pas la séparaient de plusieurs plants de roses alignés de façon à former une barrière. Quelque chose devait se dissimuler de l’autre côté. Peut-être était-ce cette femme qui l’attendait ? Parmi les plants, il y avait une fente assez large pour que la princesse puisse traverser cet obstacle que formaient les rosiers. Elle s’y engagea donc sans plus attendre. Alors qu’elle continuait d’avancer vers cet inconnu ensorcelant, bientôt le peu de conscience qui lui restait la déserta totalement. »

————————————————————————–

Mon Avis:

  Dans Ensorcelée, Marjorie D. Lafond nous entraîne dans un univers hors du commun, où fées, magie et humains cohabitent dans un même monde… quoique pas forcément dans la plus pure des harmonies.

  Mon premier coup de cœur fut pour le contexte historique. Quel choix merveilleux que les fabuleuses contrées de la Bretagne ! Avec ses contes et légendes, ses traditions, la Bretagne se trouve être déjà suffisamment passionnante à mes yeux, mais bénéficier d’un aperçu de son histoire la rend encore plus captivante. Et avec une touche de mythologie celtique en prime, cela devient un pur bonheur.

  Le second coup de cœur que j’ai pu avoir vise la plume de l’auteure. J’ai été tout bonnement transportée par son écriture que je qualifierais d’ « élégante » à défaut d’autre terme. Le style est très raffiné et le vocabulaire riche et varié ce qui rend la lecture particulièrement agréable. Ce que j’ai admiré par-dessus tout, c’est l’indéniable beauté des descriptions, que celles-ci soient portées sur le physique d’un personnage ou encore sur l’environnement, les paysages. Aucune place à l’imagination. Tout est si finement détaillé, représenté, que nous avons l’inouïe impression d’être transportés à une toute autre époque. Et sans aucun ressenti de lourdeur, ni de longueur, par-dessus le marché ! Donc, une très bonne surprise de côté-là.

  Puis vient bien évidemment l’histoire. Le résumé nous dit déjà l’essentiel – encore que je le trouve un tantinet trop révélateur – c’est pourquoi je ne m’attarderais pas trop sur ce point-là. Tout ce que je peux dire, c’est qu’elle est pleine de surprises et de rebondissements, d’amour et de mystères en tout genre. Imprévisible en somme. Elle nous happe du début à la fin et lire le livre d’une traite devient quasiment inéluctable. L’histoire se divise d’ailleurs en deux parties assez distinctes. Tout d’abord, on se concentre sur le mariage arrangé d’Aurélia et de Cédric. C’est une partie plus ou moins calme qui est pratiquement dominée par les émotions et où la magie ne reste qu’effleurée. Si j’ai été bien curieuse de connaître le développement de leur relation, je dois avouer que j’attendais impatiemment une manifestation magique afin de pouvoir enfin pénétrer dans le monde énigmatique et féerique promis par l’auteure.

  Et puis, en un instant, tout bascule. Un retournement de situation complètement inattendu nous propulse alors dans une histoire tellement différente que l’on pourrait presque croire que l’on vient de commencer un tout autre ouvrage. C’est littéralement renversant. Dès alors, ma lecture est devenue enchanteresse. J’ai été stupéfiée par l’inversement des rôles des personnages – voir Cédric se démener est très jouissif, je dois dire :D – et vraiment ravie de découvrir ces derniers sous un tout autre jour. De plus, l’apparition tant attendue de l’entité maléfique et de sa magie tout aussi néfaste a fini d’achever mon immersion dans l’histoire. Entre les histoires de cœur, les intrigues et autres machinations, le suspense était à son apogée, et conquise comme je l’étais, je suis bien trop rapidement arrivée au bout de cette aventure… et ce à mon plus grand regret.

  D‘ailleurs, en y pensant, si j’ai eu besoin d’un certain temps pour me laisser emporter par l’histoire, c’est principalement dû aux personnages d’Aurélia et Cédric. Il faut comprendre que ces deux-là sont de véritables girouettes ! Autant c’est compréhensible pour la jeune princesse, autant Cédric m’a complètement décontenancée. Il est décidément très émotif ce jeune duc ! Mais c’est justement ce caractère imprévisible qui m’a tellement plu dans ce livre.

  Aurélia est la fille du roi de Bourgogne promise au jeune duc de Bretagne, Cédric. Au-delà de son immense tristesse, elle est consciente de son devoir et accepte donc rapidement l’idée d’épouser un parfait inconnu, repoussant ainsi au loin ses rêves de grand amour et d’âmes sœurs. Ce qu’elle n’a pas prévu, en revanche, c’est de tomber instantanément sous le charme du duc… et d’être repoussée sans aucun ménagement. Entre plaisir et peine, elle ne sait comment gérer ses sentiments mais il y a bel et bien une chose dont elle est certaine: elle doit coûte que coûte conquérir le cœur de Cédric.

  S‘il existe un mot pour décrire Aurélia, c’est la naïveté. Elle est naturelle, spontanée et montre d’emblée ses sentiments amoureux. En somme toute, c’est l’image même de l’innocence. Je dois avouer qu’initialement, je n’étais pas spécialement convaincue par ce personnage qui m’apparaissait bien trop puéril et qui avait le don inné de me faire constamment lever les yeux au ciel. Et soudainement, au moment où je me demande quand est-ce que – ou plutôt si – Aurélia gagnera un jour en maturité, pouf ! elle change complètement de visage. Elle se fortifie, fait preuve d’une assurance nouvelle, et surtout devient plus mûre ! C’est une toute nouvelle personne qui se présente à nous et, la première surprise passée, ma sympathie envers elle n’a eu de cesse d’augmenter. Aurélia est un personnage qui a le pouvoir de se faire aimer, tout comme Cédric d’ailleurs… lorsqu’il s’en donne la peine.

  Cédric Le Hek de Bretagne, contrairement à la princesse, nourrit des rêves d’aventure. Son désir d’indépendance, de liberté, est profondément ancré en lui, et rien ne pourrait l’empêcher de mener sa vie à sa façon. Tout sauf un mariage, bien évidemment. Hermétiquement fermé à l’amour depuis la disparition de son premier amour, Cédric n’est nullement prompt à donner son cœur à une autre femme, quand bien même celle-ci soit la créature la plus ravissante de Bourgogne. Et même s’il ne reste certainement pas indifférent aux charmes d’Aurélia comme il le laisse voir, il est bien décidé à la garder à distance quitte à se montrer rude. Quand je dis que Cédric s’identifie à une girouette, c’est qu’il a une personnalité à multiples facettes. Renfermé, attentionné, amical, brusque, et même amoureux transi, Cédric nous offre une palette d’émotions incroyable. S’il n’a pas spécialement touché mon cœur, il reste un protagoniste intéressant qui enchante à coup sûr.

  Mais bien que Cédric ne m’a pas particulièrement séduite, l’auteure a tout de même tenu à nous faire cruellement partager notre cœur entre le jeune duc et Gaël, le meilleur ami et le plus proche confident d’Aurélia. C’est un jeune homme qui m’a instantanément enchantée, de par sa douceur et son affection évidente pour la jeune princesse. À mon grand dam, il n’est pas assez présent dans le livre, nous honorant de sa présence trois ou quatre fois seulement. J’aurais tellement aimé le voir plus enraciné dans l’histoire, plus développé ! Enfin…, tel était son destin et qui suis-je pour m’opposer à la volonté de l’auteure ;) ?

  Pour résumerEnsorcelée nous entraîne dans une aventure envoûtante, empreinte de mystère, de magie et d’amour. De la plume aux personnages, en passant par l’univers, tout n’est que charme et féerie. J’ai vraiment passé un très bon moment aux côtés d’Aurélia et Cédric. Le pari a donc bien été remporté… Je me suis réellement laissée ensorceler ;)

————————————————————————–

Intéressé par ce livre ? Retrouve-le sur amazon.fr ici:

Ensorcelée – Marjorie D. Lafond


Publicités

2 réflexions sur “Ensorcelée – Marjorie D. Lafond

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s