Rois |Tome 1: Le Roi Vampire – Heather Killough-Walden

le-roi-vampire

Titre: Rois, Tome 1: Le Roi Vampire

(Original: The Kings, Book 1: The Vampire King)

Auteur: Heather Killough-Walden

Date de Parution: 13 Août 2014

Éditeur: AdA, 308 pages

***

Présentation de l’auteur:

Heather Killough-Walden est une auteure américaine originaire de Californie. Elle se fait connaître principalement par le biais de sa série des Rois et celle des Grands Méchants Loups qui a été classée best-seller par le New York Times.

Retrouvez son site www.killough-walden.com

***

Quatrième de Couverture:

Ce fut instantané pour Roman. En trois mille ans d’existence, il n’avait jamais perdu le contrôle de ses émotions, ou encore de son cœur. Il avait toutefois su dès l’instant où il avait posé les yeux sur Evelynne Farrow qu’elle était la femme qui hantait ses rêves. Et tout changea. Absolument tout.

Evie Farrow avait toujours aimé les bonnes histoires romantiques de vampires. En fait, elle gagnait sa vie en les écrivant. C’est alors qu’elle était assise dans un café à travailler sur son prochain roman super génial qu’un bel homme de grande taille aux cheveux noirs qui aurait pu jaillir d’un de ses propres romans l’approcha. Evie ne le savait pas, mais Roman D’Angelo était exactement ce qu’il semblait être – un vampire. Et pas n’importe lequel : le roi vampire.

Malheureusement, et malgré le fait que Roman était à la fois ancien et invulnérable, Evie était faite de chair et de sang. Au moment même où Roman décida qu’Evie et lui avaient rendez-vous avec le destin, un dieu ancien et un vampire meurtrier eurent subitement un très grand intérêt envers elle, pour leurs propres raisons.

Romain pourra-t-il combattre assez longtemps les forces incroyables qui pourraient faire en sorte qu’Evie leur appartienne afin de gagner son cœur, ou le destin le trahira-t-il en détruisant tout ce dont il n’avait jamais rêvé ?

« Lalura lui avait parlé de sa vision. Treize rois sur un échiquier – et treize reines. »

————————————————————————–

Description

Les personnages principaux: Evie et Roman

Evelynne Grace Farrow, appelée tout simplement Evie par sa famille, est une jeune femme d’une trentaine d’années. Auteure indépendante, elle passe le plus clair de son temps à écrire de nouveaux romans afin de s’occuper de ses parents malades et de payer ses impôts. Sa vie sentimentale, quant à elle, est inexistante. Fascinée par les créatures surnaturelles en tout genre – vampires, loups-garous… -, elle cherche en vain cette passion décrite si souvent dans les livres chez les hommes de son monde. C’est alors qu’apparaît sur son chemin un homme à la stature imposante, à l’aura de force et de mystère ainsi qu’au regard le plus intense qu’il lui ait été donné de croiser. Mais le plus étonnant est cette déconcertante impression de le connaître d’une façon ou d’une autre… ainsi que ces bribes d’images qui ne cessent de l’assaillir en sa présence. Qui est ce ténébreux Roman D’Angelo ? Pourquoi se retrouve-t-elle entraînée dans son univers obscur ? Mais surtout, qui est-elle réellement ?

Roman D’Angelo est un vampire. Un puissant vampire âgé de trois millénaires. Mais pas uniquement. Car Roman est également le Roi. Il a le pouvoir, le respect de ses sujets, la connaissance mais de compagne point. L’amour a déserté son cœur depuis des siècles et Roman n’a jamais envisagé de remplir le vide à cet endroit. Toutefois, ses sentiments enfouis reviennent en force lorsqu’une fascinante inconnue commence à hanter ses rêves. Incapable de passer outre aux émotions qui l’assaillent à chaque vision, il décide de se lancer à sa recherche. Et c’est par le plus grand des hasards que ses yeux se posent sur Evelynne Farrow. Dès ce moment, il est totalement envoûté par cette femme qui non seulement est magnifique mais également indéchiffrable. Car sous sa couche humaine se cache autre chose, une force mystérieuse qui le laisse perplexe. Qu’est-donc réellement Evie Farrow ? Pourquoi le destin a-t-il choisi de les réunir ? Et comment affronter cette profonde attirance qui brouille ses sens ?

Un troisième personnage est également mis en avant, Charles Ward, mais je ne le développerais pas au risque de vous spoiler ;).

————————————————————————–

Extraits:

Extrait 1

« Lalura flotta en direction de la planche de jeu, se rapprochant de plus en plus de l’objet de son imagination. Tandis qu’elle s’approchait tout près de l’échiquier, des formes se matérialisèrent sur lui, s’installant sur les cases avec un dessein royal. Lalura les compta. Un, deux, trois.

Treize rois. De couleurs différentes, tous grands et brillants sous la lumière magique, tous dans une expectative majestueuse.

Lalura s’avança, ses pieds maintenant fermement plantés sur le sol, la vision autour d’elle solidifiée. La pièce était vide à l’exception de la table et de l’échiquier. Elle se déplaça de façon à se retrouver à côté de la table et elle baissa les yeux vers les pièces.

Il y en avait maintenant 26.

Treize rois.

De l’autre côté de l’échiquier, leurs silhouettes plus petites et rassemblées les unes contre les autres comme si elles voulaient se soustraire à sa vue, se trouvaient 13 reines. Elles étaient toutes légèrement différentes, mais elles demeuraient toutefois indistinctes et il y avait un sentiment de frustration lié à elles; Lalura savait qu’elles disparaîtraient si elle tendait la main pour les toucher.

Elle les regarda du coin de l’œil, remarquant que l’une d’elles était à l’écart des autres. Elle se trouvait plus en avant sur l’échiquier; comme l’était un des rois.

Lalura se réveilla de son rêve prémonitoire avec un sursaut plutôt malsain pour quelqu’un d’aussi vieux et se redressa en position assise dans son lit de plumes. Ses beaux cheveux blancs ondulaient autour de son visage tel un halo fin et clairsemé. Elle expira un souffle chancelant, et les cheveux autour de son visage se mirent à danser.

Un chasse-neige gronda tout près à l’extérieur de sa fenêtre. Le regard bleu saisissant de Lalura se plissa avec irritation. Le bruit était dérangeant, mais le son était une irritation secondaire. Ce qui troublait vraiment Lalura était ce qu’elle venait de voir.

Et sa signification. »


Extrait 2

« L’homme derrière le comptoir prit l’argent d’Evie avant de lui remettre son morceau de gâteau au fromage et de la saluer de la tête tandis qu’elle retournait à sa table pour y attendre son café. Il y eut une tension dans l’air entre sa table et celle d’Evie, et il se redressa légèrement.

Son regard sombre se plissa alors qu’un humain s’approchait lentement et quelque peu nerveusement d’Evie, se présentant vers elle sur le côté et un peu vers l’arrière. Un séducteur potentiel. Les dents de Roman percèrent ses gencives et ses mains formèrent des poings. Il pouvait lire les pensées de l’homme très clairement.

Je ne pense pas, non.

Une décharge de pouvoir de Roman frappa l’esprit de l’homme, et le nouveau venu s’arrêta subitement, le regard subitement inexpressif.

Partez.

La commande était simple et efficace. L’homme fronça les sourcils, tourna sur ses talons et se dirigea vers la sortie du café. Roman le regarda s’en aller, des pensées violentes occupant une partie de son esprit alors que de telles pensées ne s’étaient pas manifestées ainsi depuis des milliers d’années.

Qu’est-ce qui ne va pas avec moi ? pensa-t-il en se retournant pour regarder sa cible tandis qu’elle retirait lentement un morceau de son gâteau au fromage de sa fourchette chanceuse.

À côté d’eux, un groupe d’adolescents ne cessait de déblatérer à propos d’un film répugnant dans lequel une panoplie de choses inhumaines étaient infligées à des humains. Roman ne prêterait normalement pas attention à eux, mais ils dérangeaient Evie.

Elle le mettait dans tous ses états et elle n’avait même pas établi un contact visuel avec lui. C’était assez. Il était temps que la jeune Evie fasse intimement connaissance avec un de ses sombres héros. »


Extrait 3

« Il y avait un vide dans l’air qu’Evie parvenait à ressentir à travers le voile de son état de demi-sommeil. Elle se sentait anxieuse et ne se sentait pas bien du tout. Elle avait l’impression de ne pas être au bon endroit, comme si elle s’était installée quelque part et qu’elle en avait oublié le lieu. Ses souvenirs bouillonnaient et son estomac se voyait menacé par la nausée.

Quelque chose crépitait… un feu, et le bruit résonnait étrangement. Elle se réveilla lentement, bien consciente de cette ritournelle, puis elle cligna des yeux, sa vision floue lui offrant un contraste de lumière et d’obscurité. Ses yeux eurent besoin de quelques secondes pour s’ajuster. Un fois ses paupières relevées, son regard se posa sur le feu qui crépitait dans le foyer de l’autre côté de la pièce.

Les flammes étaient parfaites, chacune d’elle produisant une chaude et réconfortante lumière jaune-orangé qui apaisa sur-le-champ la presque totalité de sa nervosité. Elle se libéra graduellement de son état vaseux. Elle se concentra sur le feu pendant un moment, permettant à sa vision de retrouver sa pleine normalité.Respire.

[…]

Evie avala sa salive avec difficulté et s’entendit déglutir dans le silence. Elle ne reconnaissait pas le lieu où elle se trouvait. Ce genre de situation se produisait fréquemment dans les livres et les films, mais dans le monde réel, la peur qui accompagnait cet événement était paralysante. Cela signifiait que vous aviez perdu la maîtrise de la situation à un certain point. Qu’à ce certain point, vous n’aviez plus été responsable de vos propres facultés, de vos propres souvenirs ou de votre propre destin. Quelqu’un d’autre l’était et vous ne pouviez plus faire autre chose que d’espérer que cette personne ne vous voulait pas du mal.

– Jamais, au grand jamais, je ne voudrais vous faire du mal, Evie.

Evie sursauta et prit une inspiration rapide avant de se précipiter hors du lit à une vitesse folle. Ses cheveux fouettèrent son visage tandis qu’elle se retournait en vitesse pour faire face à chacun des coins de cette étrange pièce sans fenêtre. Les ombres présentes dans la pièce étaient longues, sombres et infinies.

Il y avait toutefois des étoiles dans cette obscurité, deux étoiles qui devenaient de plus en plus brillantes à mesure qu’un homme marchait hors des ombres. La lumière vint donner contre ses traits magnifiques, l’illuminant à son regard.

Oh merde… »

————————————————————————–

Mon Avis:

Un résumé attrayant, une couverture charmante… Que demander de plus ? Ah, mais oui. Une merveilleuse histoire, bien sûr ! Cependant, si le premier et second point s’accordent au Roi des Vampires, à mon grand dam, ce n’est pas précisément le cas pour le troisième.

Si le résumé promet beaucoup, on se rend compte rapidement qu’il est loin de tenir ses promesses. L’histoire est incroyablement, totalement et exceptionnellement désordonnée. Le seul mot qui me vient pour décrire ce bouquin est « trop ». Trop de maladresses d’écriture, trop de répétitions, trop de points de vue, trop d’informations jetées en vrac.

Commençons par l’écriture. Évidemment, ce n’est pas du français à proprement parler mais du canadien donc pour ce qui en est des expressions et autres petites phrases aux résonances assez étranges, j’ai passé outre. En revanche, je n’ai pas pu me résoudre à fermer les yeux sur les multiples maladresses et répétitions qui m’ont exaspérées à quelques reprises. Les répétitions sont ce qu’elles sont: des mots, des phrases ou des situations qui se reproduisent plus d’une fois. D’ailleurs, je me souviens encore maintenant du « refuge qui ne tue pas les animaux » qui revenait invariablement sur le tapis dès lors que l’on mentionnait le travail d’Evie. À la rigueur, nous pouvons reprendre cette formule une fois voire deux pour nous le rappeler, mais constamment ? « Refuge » aurait largement suffit selon moi… Ce n’est pas le seul cas mais c’est bien le seul qui me soit resté à l’esprit. Bien sûr, il se peut que cela ne soit nullement la faute de l’auteure mais du traducteur et n’ayant pas la version originale, il m’est impossible de le vérifier. Cela dit, passons à ce que je vois comme des maladresses d’écriture. Là, je cite les nombreuses scènes contradictoires que j’ai pu observer. Là encore, je n’ai qu’un exemple en tête comme la fois où Roman se lève alors qu’il est déjà debout, mais je sais que durant ma lecture, j’ai pu observer d’autres petites étourderies similaires. Rien de bien grave mais cela me triturait tellement que j’ai jugé bon de le faire savoir…

Hormis cela, j’ai également eu quelques réticences quant aux multiples points de vue présentés. Nous trouvons ainsi Evie, Roman, Charles, Jason, Ramsès, Dannai, Thanatos, Lalura… J’ai déjà généralement en horreur les livres avec plus de trois points de vue – sauf exceptions, surtout lorsque le livre est bien écrit -, alors avec une telle quantité de personnages, j’étais plutôt irritée. Notamment avec cette désagréable sensation de coupure résultant du trop plein d’informations engendré par le changement constant de point de vue, passant d’un personnage principal à un complet inconnu ayant sa propre histoire à raconter et son propre monde… À la rigueur, Evie, Roman et Charles – et même Lalura -, d’accord, mais les autres ? D’ailleurs, je n’ai toujours pas compris l’introduction d’un certain Jason sachant qu’il n’apportait absolument rien à l’histoire et qui ne faisait que nous désorienter davantage. Avec tout cela, j’avais comme l’impression que l’auteure cherchait à nous présenter coûte que coûte les personnages futurs de cette série…

Mais s’il y a beaucoup de « trop » dans ce livre, il y a également des « peu ». Peu de profondeur, peu de sentiments, peu d’attachement. Que ce soit l’univers ou les personnages, ils ne sont pas assez développés, pas assez approfondis. L’univers aurait pu être sincèrement intéressant surtout avec toutes les possibilités à portée de main… Des vampires nés de l’union d’une race énigmatique Akyri et d’un sorcier ? Des Chasseurs de surnaturels ? De la magie ? De la clairvoyance ? Tous les ingrédients étaient là pour former une superbe histoire à l’univers sombre et envoûtant mais malheureusement, ils n’étaient pas suffisamment exploités pour obtenir un tel résultat. Idem pour les personnages.

Evie et Roman sont des personnages qui ne m’ont absolument pas conquis. D’aucune façon que ce soit. Ils sont bien trop ternes, si je peux dire ainsi. Evie est constamment perdue, effrayée ou en colère, si ce n’est les trois à la fois. Sans compter son étrange déni de la réalité qui arrive aussi vite qu’il disparaît, c’est-à-dire qu’après avoir considéré l’existence des vampires comme acquise, elle va soudainement apparenter cela à un rêve, pour ensuite l’admettre une nouvelle fois et ainsi de suite. Cette constante indécision est assez lassante et à part la secouer, je ne savais vraiment pas quoi faire d’elle… Une autre chose m’a perturbée à son propos. À priori, Evie est présentée comme pas totalement humaine, nous avons même vent plus tard dans l’histoire de ses qualités, mais cela n’explique absolument pas quelques troublantes caractéristiques comme le changement de couleur de ses iris. Je ne peux révéler la véritable nature d’Evie mais celle-ci ne me semble pas justifier cette spécificité… Elle reste encore un mystère complet pour moi. Contrairement à Roman. Sa nature vampirique est omniprésente. Il est imposant, respire le pouvoir, utilise ses capacités à longueur de temps… Indiscutablement, c’est un roi vampire. Mais tout comme Evie, il est fade. Il est généralement impassible, énigmatique, et ses émotions – lorsque nous ne sommes pas de son point de vue – sont quasi inexistantes. Nous ne savons également pas grand-chose sur lui ou son passé… En gros, il est puissant. Voilà à quoi se résume Roman D’Angelo. Puis, il y a Charles Ward qui est un personnage sensiblement plus recherché, plus développé que les autres. Son histoire est plus claire, tout comme ses motivations et l’origine de ses pouvoirs. Je ne veux pas en dévoiler trop dans le cas où vous vous décideriez à acquérir ce livre mais c’est bien le seul des protagonistes qui a attisé mon intérêt…

Ce que je regrette le plus, je pense, c’est cette cruelle absence de sentiments entre nos personnages principaux. Mais où sont-ils ? Où est la belle histoire d’amour que l’on nous a fait miroiter ? Pas une once de romantisme, pas un seul émoi. Pour une romance, c’est assez triste. D’ailleurs, la première fois d’Evie et Roman m’a interloquée. Comment un acte censé être merveilleux par la force des sentiments liant deux personnes peut-il sembler aussi brutal et cruel ? Bien sûr, c’est un vampire, il y a la passion, etc, etc… Mais cela n’explique pas cette – à défaut d’autre terme – sauvagerie décrite par l’auteure… J’ai lu bon nombre de romances – certaines beaucoup plus intenses que d’autres – mais je n’ai encore jamais – ou rarement – ressenti d’inconfort comme ici. L’amour n’est pas vraiment à l’ordre du jour entre ces deux-là…

Pour conclure, Le Roi Vampire est pour moi une déception cuisante. Je m’attendais à tellement plus et pourtant, j’ai été surprise – et pas de la bonne façon. Je compte malgré tout donner une seconde chance à cette série avec Le Roi Fantôme car si ce premier tome n’est pas un livre mémorable, Thanatos – le roi fantôme donc – est un personnage qui a retenu mon attention et dont j’aimerais découvrir l’histoire.

————————————————————————–

Intéressé par ce livre ? Retrouve-le sur amazon.fr ici:

Rois, Tome 1: Le Roi Vampire – Heather Killough-Walden


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s