Le Jeu de l’Assassin – Amy Raby

le-jeu-de-lassassin

Titre: Le Jeu de l’Assassin

(Original: Hearts and Thrones, Book 1: Assassin’s Gambit)

Auteur: Amy Raby

Date de Parution: 21 Mai 2014

Éditeur: Bragelonne, Collection Fantasy, 336 pages

***

Présentation de l’auteur:

L’écriture a toujours été le passe-temps favori d’Amy Raby. Commençant par des récits et des essais, elle se tourne ensuite vers des histoires plus longues. C’est alors qu’elle découvre un tout nouveau genre de littérature: la romance. Conquise, elle écrit alors sa toute première romantic fantasy Le Jeu de l’Assassin, qui sera le premier tome de sa trilogie « Le Cycle de Kjall » .

Retrouvez son site www.amyraby.com

***

Quatrième de Couverture:

Vitala Salonius est un assassin surentraîné et une femme aussi attirante que dangereuse œuvrant pour la libération de son peuple. Sa mission: séduire l’empereur avant de lui porter le coup fatal.

Dirigeant d’un pays au bord du chaos, Lucien Florian Nigellus ne baisse jamais sa garde. Sa vie étant menacée à chaque instant, il ne peut se le permettre, même devant cette éblouissante courtisane de passage au palais. Pourtant, Vitala pourrait bien le distraire un instant de ses préoccupations – et combler d’autres besoins…

Un assassin n’a pas le droit de succomber à sa proie, Vitala le sait depuis l’enfance. Or Lucien ne ressemble pas au tyran sanguinaire qu’elle s’est imaginé. Prise entre ses convictions et un sentiment plus trouble, Vitala hésite. À qui ira sa loyauté ?

————————————————————————–

Description

Les personnages principaux: Vitala et Lucien.

Vitala Salonius est un assassin du Cercle de l’Obsidienne, une organisation secrète ayant pour objectif la libération du peuple de Riorca. Sa mission ? Approcher, séduire et tuer l’empereur de Kjall, Lucien. Mais si en apparence l’objectif est simple, sa réalisation l’est bien moins. Car bien qu’elle ait consacré des années à étudier Lucien sous toutes les coutures, se retrouver face à face avec sa cible et découvrir que cette dernière n’est pas vraiment le tyran que vous vous êtes imaginé a de quoi vous troubler… Une certaine hésitation s’empare alors de Vitala. Néanmoins, elle n’en oublie pas pour autant son devoir et met donc un point d’honneur à repousser son trouble et ses interrogations afin de mieux se consacrer à sa tâche. Mais alors que Vitala croit sa mission bientôt achevée, tout bascule. De façon imprévisible, l’assassin devient le protecteur. Tiraillée entre sa loyauté pour le Cercle et les siens et son intuition qui lui chuchote que maintenir Lucien en vie pourrait être bien plus avantageux que de verser son sang, Vitala ne sait plus quoi penser. Se risquera-t-elle à écouter son cœur au détriment des consignes reçues ?

Lucien Florian Nigellus est un jeune empereur d’une vingtaine d’années. Ayant accédé au trône de Kjall depuis seulement trois ans et sa jeunesse prêtant à débat sur sa capacité à diriger un pays, sa situation est précaire: la tension entre Kjall et Riorca ne fait que se renforcer de jour en jour, la confiance des nobles est loin de lui être acquise et pour compléter le tout, sa vie est constamment menacée. Toutefois, au milieu de tous ces problèmes, Lucien continuer à s’adonner à son jeu favori: le caturanga, sa seule et unique distraction. Il invite donc au palais, comme à son habitude, un champion de cette discipline afin de s’y mesurer. À sa plus grande surprise, le champion se révèle être une femme – et plutôt ravissante qui plus est. Bientôt, le jeu prend une place de moins en moins importante au fur et à mesure que son intérêt pour la belle Vitala augmente. Mais ses rêves de séduction se verront anéantis lorsqu’une nouvelle guerre éclatera… et qu’il découvrira que la mystérieuse Vitala l’est encore bien plus que ce qu’il avait imaginé. Mais cela suffira-t-il à étouffer ses sentiments naissants ?

L’Univers 

Kjall et Riorca sont en conflits depuis longtemps et ce pour des raisons différentes.

Les premiers ne désirent qu’une seule chose: étendre leur pouvoir. Pour cela, ils soumettent les villages de Riorca à leur autorité et dans certains cas, n’hésitent pas à les décimer afin d’instiller la crainte et la terreur dans le cœur de leurs soi-disant ennemis. L’ascension de Lucien au pouvoir n’a pas modifié la situation qui est maintenue au statu quo.

Les seconds n’aspirent qu’à retrouver la liberté qui leur a été arrachée. Se libérer de l’emprise de Kjall et atteindre l’indépendance sont devenus leurs objectifs premiers. Pour cela a été créé le Cercle de l’Obsidienne, un réseau d’espions et d’assassins se battant sans relâche contre le régime de Kjall et dont les membres sont prêts à se sacrifier pour leur pays. Ils représentent un défi de taille pour l’armée kjallane qui n’a jamais pu les éradiquer malgré leurs efforts.

————————————————————————–

Extraits:

Extrait 1

Prologue

« Il bougeait son corps contre le sien. Ses mouvements irritaient la peau de Vitala. Remuant sous lui, elle tenta de se souvenir de son nom. Rennic, peut-être. Un espion en formation qui venait de l’étage des entraînements et avait sauté sur l’occasion de s’adonner à une toute autre forme d’exercice.

– Tu n’es pas trop d’humeur, si ? murmura-t-il en allant et venant au-dessus d’elle.

Ah oui ! elle était censée faire semblant d’aimer ça. Si elle était incapable de mystifier ce Rennic, elle ne duperait jamais l’empereur. Elle gémit et se tortilla convaincue comme toujours qu’une feinte si grossière ne marcherait pas. Pourtant, si. Il accéléra le rythme. Les muscles fermes de ses bras se raidirent contre elle. Il battit des paupières avant de les fermer.

Elle glissa les mains vers ses reins.

Les paroles de son tuteur résonnaient dans sa tête. « Souviens-toi du type de magie que l’empereur pratique. Si tu es en décalé, même légèrement, il verra venir l’attaque, et tu échoueras.« 

Elle avait conscience de la difficulté de sa mission et de l’importance d’en maîtriser tous les détails. Elle s’entraînerait jusqu’à ce que chacun de ses gestes atteigne la perfection d’une partie de caturanga bien menée.

Rennic grogna, incapable de parler. Un sursaut le secoua. Il hoqueta. C’était le moment.

Une pensée légère et un mouvement rapide du doigt: de nulle part, un Tesson luisant apparut dans la main de la jeune femme. Elle enfonça brusquement la minuscule lame dans la chair tendre du dos de Rennic. Il n’eut aucune réaction. Peut-être ne l’avait-il même pas sentie. Encore un léger effleurement de l’esprit, et elle relâcha le sort contenu par le Tesson: une vérole blanche bénigne, dont il était facile de guérir. Pas l’autre option, plus radicale.

Lâchant un grognement de plaisir ou de douleur, Rennic s’effondra sur elle, recouvert d’une sueur collante.

Elle retira le Tesson de son dos. Il tressaillit, soudain conscient. Il se retourna pour observer le Tesson noir comme de l’encre, désormais rouge de son sang.

– Tu m’a eu avec ce truc ?

– Heureusement que tu n’es pas l’empereur, dit Vitala, sans quoi tu serais mort. »


Extrait 2

« – Vitala, que se passe-t-il ? demanda Lucien, l’arrachant à ce mauvais souvenir. (Il s’immobilisa.) Peste. J’entends quelque chose, moi aussi. J’entends quelque chose !

Il roula pour se dégager.

Vitala se redressa, reprenant conscience. Elle aussi entendait: des cris et des épées qui s’entrechoquaient. Tout près.

– Septian ! appela Lucien.

Pas de réponse. D’après le bruit, l’action devait se dérouler près de l’entrée de la tente de Lucien.

Le jeune homme quitta précipitamment le lit et sautilla jusqu’à la table de chevet.

Vitala tremblait, confuse. Par l’enfer du Soldat ! que se passait-il ? Les ennemis de Lucien avaient-ils choisi ce moment précis pour l’attaquer ? Et, si oui, que faire ? Combattre ? Rester les bras croisés ?

Dans un tiroir, Lucien dégotta un pistolet et un couteau à la lame effilée. Il regarda la jeune femme droit dans les yeux et dit:

– Attrape ma béquille.

Ces paroles tirèrent Vitala de sa torpeur. Elle bondit hors du lit, saisit la béquille et la lança à Lucien. Dieux ! et ils étaient nus tous les deux ! Il aurait aussi besoin de sa jambe de bois. Elle la ramassa, mais Lucien était déjà en action.

Il traversa le lit à quatre pattes puis, sautillant et appuyé sur sa béquille, se dirigea vers le fond de la tente.

– Apporte-la ici, dit-il.

Vitala le rejoignit tandis que, agenouillé par terre, il donnait des coups de couteau dans la toile de tente. Il se mit à tirer un pan de toile vers le bas, ménageant une ouverture. Le cuir était épais. Cela lui demandait un effort: il tenait le couteau à deux mains, les muscles tremblants. Sans sa magie de guerre, il n’en aurait sans doute jamais été capable.

Il avait ouvert le cuir sur la longueur d’un bras quand la pointe d’une épée s’engouffra dans l’ouverture. Vitala hurla; Lucien recula d’un bond avec un cri de surprise. Il regarda autour de lui, désespéré. Ils étaient pris au piège. »


Extrait 3

« Il se baissa pour s’installer à côté d’elle. Lorsqu’elle s’écarta pour lui faire de la place, il se rapprocha d’elle et passa un bras autour de ses épaules. Elle était tout raide et tremblante. Quelle comédienne ! Elle jouait les dures, comme si elle n’avait besoin de personne, mais tout cela n’était qu’une façade.

– Si je regarde encore une seule carte, ma tête va exploser. Pourquoi ne pas rester là un moment, tous les deux ?

– Lucien…

Au contact de la peau du jeune homme, elle frissonna et n’acheva pas sa phrase.

Elle avait des réactions si étranges !

– Vitala, ça te dérange qu’on te touche ?

– Je… Je ne sais pas, balbutia-t-elle.

Curieuse réponse. Soit elle appréciait, soit non. Comment « ne pas savoir » ? Elle semblait aimer cela quand elle était au lit avec lui. Mais il y avait eu ce terrible épisode sous la tente, avec Remus. Et peut-être que, jusque-là, personne ne l’avait encore tenue dans ses bras pour la réconforter.

– Veux-tu que je retire mon bras ?

Après une seconde d’hésitation, elle secoua la tête.

Prenant ce geste pour une permission, il l’attira contre lui, la mettant presque sur ses genoux. Ses tremblements s’apaisaient déjà. Il pressa son visage dans ses cheveux, humant leur parfum. Dieux ! qu’elle était belle !

Avant d’être déchu, il pouvait avoir presque toutes les femmes qu’il désirait. Il lui suffisait de demander. Il avait bien profité de ce privilège, si bien qu’il ne comptait plus le nombre de jeunes beautés – et de femmes plus mûres, heureuses de lui enseigner l’art de satisfaire la gente féminine – qu’il avait mises dans son lit. Si elles avaient accepté de coucher avec lui, c’était parce qu’il était empereur et non parce qu’elles l’appréciaient. À présent, il ne régnait plus. Était-il capable de s’attirer les faveurs d’une femme par son simple mérite ? Son esprit stratégique pouvait sûrement s’appliquer à d’autres domaines que le caturanga et la guerre. Il pouvait s’en servir pour se faire aimer d’une femme. De Vitala en particulier. Elle était encore loin de lui avoir ouvert son cœur, mais il finirait bien par en trouver la clé. »

————————————————————————–

Mon Avis:

Je reviens donc pour partager avec vous ma première lecture de l’année, à savoir Le Jeu de l’Assassin d’Amy Raby, une auteure que je n’ai d’ailleurs pas encore eu le loisir de lire. Et je dois dire que ce fut un bon choix pour démarrer cette nouvelle année qu’est 2017 !

À vrai dire, j’ai longuement hésité à poster une chronique sur ce livre-là. Ce n’était absolument pas dans mes plans étant donné que ce n’est pas proprement dit une romance fantastique mais de la fantasy. Toutefois, la romance prenant une place importante et donc non négligeable dans l’histoire, j’ai pris le risque de le classer dans la catégorie « Fantastique » – bien que ce soit plus de la romantic fantasy… Et pourquoi j’ai pris cette initiative ? Tout simplement parce que Le Jeu de l’Assassin fut une de mes lectures coup de cœur.

Tout d’abord, j’ai été étonnée par le contenu du livre. Je ne m’attendais absolument pas à un tel déroulement des faits. Au vu du résumé, je m’imaginais une mission dangereuse et semée d’embûches ainsi que de nombreuses difficultés du côté de Vitala pour faire succomber l’empereur Lucien à ses charmes. Difficile de tuer un homme lorsque des sentiments entrent en jeu, n’est-ce pas ? Mais ce ne fut pas du tout le cas.. ou presque. Certes, Vitala n’assassine pas Lucien mais cela n’a absolument rien à voir avec l’amour ! Les sentiments, du côté de la belle tout du moins, n’apparaissent que bien plus loin et n’ont donc pas entravé sa mission comme on nous le laisse entendre ! Par ailleurs, sa mission se termine bien trop vite à mon goût et on passe rapidement à autre chose. J’aurais aimé voir Vitala se débattre un peu plus avec celle-ci mais bon, je ne suis pas dans la peau de l’auteure ;). Toutefois, malgré cette petite touche de regret, l’histoire n’est absolument pas mauvaise, au contraire. Trahisons, complots, action, intrigue, romance, tout y est pour nous faire fondre de plaisir. J’ai été complètement happée, autant par l’aventure que par nos deux personnages qui nous réservent bien des surprises…

En effet, Vitala et Lucien sont tous deux des protagonistes fascinants. L’assassin qu’est Vitala est un véritable mélange de contradictions. Si sûre d’elle en apparence, si confiante et déterminée, elle cache toutefois dans les profondeurs de son âme des blessures qui la fragilisent et où une pointe d’innocence et d’espoir persiste. J’ai de nombreuses fois admiré son courage à toute épreuve, sa résolution et son combat interne avec son cœur. Prête à sacrifier sa vie pour son pays, Vitala a envisagé de multiples issues à sa mission mais elle n’avait aucunement prévu de tomber sous le charme de sa cible… Cette fragilité combinée à sa carapace de dure à cuire me l’a rendu immédiatement sympathique et c’est sans surprise que j’ai été séduite par cette jeune femme. Lucien n’est pas en reste d’ailleurs. Bien qu’il soit devenu empereur à un âge extrêmement jeune, Lucien est remarquablement intelligent et est un excellent stratège par-dessus le marché. Toutefois, chose étrange, il m’est arrivé plusieurs fois de le percevoir différemment, à savoir jeune et insouciant par moments et plus mature et plus « âgé » à d’autres. Assez déroutant, pour tout dire, mais cela ne le rend que plus intriguant à mes yeux. Comme Vitala, il a des blessures mais contrairement à celle-ci, elles sont nettement visibles. Effectivement, Lucien est estropié, une jambe lui ayant été amputée par le passé. Pourtant, malgré son handicap, l’auteure a réussi avec brio à faire de cet homme un modèle de force et de dynamisme qui nous le fait davantage admirer. Ainsi, ces deux-là m’ont littéralement ravie par leur force de caractère et si leur histoire d’amour n’est pas remplie de cœurs et de fleurs, force m’est d’admettre qu’ils forment un couple accompli.

Avant de conclure, quelques mots sur le monde dans lequel évoluent nos protagonistes. Inutile de passer des heures dessus, je l’ai trouvé plutôt remarquable, notamment le principe de la magie qui s’ancre dans le monde réel. Je regrette de ne pas voir ce monde un peu plus exploité étant donné le nombre de possibilités que nous offrait tout cet univers mais peut-être que cela sera le cas dans les tomes suivants –  le point élémentaire étant ici le caturanga, jeu dont notre cher Lucien est si friand et qui lui a valu la rencontre avec Vitala. Par contre, pour comprendre ce jeu, il me faudrait un manuel spécial puisque je ne sais toujours pas de quelle façon ça fonctionne précisément :D.

En conclusion, Le Jeu de l’Assassin nous entraîne dans une aventure unique et ce avec des personnages des plus intéressants. Je me réjouis de démarrer cette année avec ce bouquin qui m’a captivé du début à la fin et que je suis certaine de rouvrir à l’occasion. Et cela va sans dire que le tome suivant de la série est désormais inscrit sur ma liste d’envies ;).

————————————————————————–

Intéressé par ce livre ? Retrouve-le sur amazon.fr ici:

Le Jeu de l’Assassin – Amy Raby


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s