Réminiscence |Tome 1: Retour sur l’Olympe – Émilie Million

retour-sur-lolympe

Titre: Réminiscence, Tome 1: Retour sur l’Olympe

Auteur: Émilie Million

Date de Parution: 20 Octobre 2016

Éditeur: Rebelle Éditions, Collection Chimères, 246 pages

***

Présentation de l’auteur:

Auteure française originaire de la ville de Nancy, Émilie Million possède une fibre littéraire depuis son enfance. Passionnée de lecture, elle se consacre bientôt à la création de ses propres histoires dont elle en gratifie alors sa maman non voyante. Avec un certain penchant pour les histoires d’amour, ses récits peuvent être mythologiques, fantastiques ou encore historiques mais invariablement à dominante romance.

Retrouvez son site www.millionemilie.wixsite.com

***

Quatrième de Couverture:

Qui a dit que la beauté était un don ? Pour Elena, c’est une véritable plaie qui la condamne à la solitude. Mannequin, elle use de ses traits parfaits dont elle paie pourtant le prix. Admirée de tous, elle ignore qu’elle est la réincarnation de la princesse grecque Psyché, dont la beauté lui valut jadis le courroux d’Aphrodite qui la condamna à mort. Après des siècles d’attente, Éros, Dieu de l’amour, espère enfin retrouver sa promise. Mais acceptera-t-elle de reprendre sa place parmi les Dieux alors qu’elle n’a plus aucun souvenir de sa vie antérieure ?

————————————————————————–

Description

Le personnage principal: Elena

Malgré sa grande et inestimable beauté, la vie d’Elena Antoine est loin d’être aussi magnifique et parfaite que ce que l’on pourrait croire. Mannequin réputé et sollicité par bon nombre d’agences, elle jouit d’une grande popularité sans pour autant prétendre mener une quelconque vie sociale. D’aussi loin qu’elle s’en souvienne, Elena a été rejetée, évitée, au point de vivre dans sa propre bulle, imperméable et en marge de la société. Même sa famille – composée de son père et de ses deux sœurs, Émilie et Caroline – se montre distante à son égard, lui témoignant réserve, antipathie et jalousie. Cette situation lui pèse énormément, au point de maudire sa perfection et d’avoir abandonné tout rêve de trouver un homme qui pourrait l’aimer.

C’est alors qu’elle fait la connaissance d’un certain inconnu masqué qui se présente sous le nom d’Éric. L’attirance est immédiate et tous les sens d’Elena sont mis en émoi devant cet homme magnifique au regard pénétrant. Mais alors qu’elle n’aspire qu’à le connaître davantage, une autre partie d’elle-même se montre plus prudente. Car bien qu’Éric a tout du prince charmant venu délivrer la princesse de sa tour, Elena sent bien le voile de mystère qui l’entoure au point de dresser un mur entre eux.

Peut-elle faire confiance à un homme qui refuse de lui livrer ses secrets ? Est-elle prête à explorer ce lien qui semble les unir si étroitement ? Et comment expliquer cette certitude qu’Éric ne lui est pas étranger ? Mais même avec toutes ces interrogations, Elena était loin de se douter de l’issue de cette rencontre et des conséquences qui en découleront…

L’Univers

Bien qu’une partie de l’histoire se déroule sur Terre, et plus précisément à Paris en France, la majorité des événements se joue sur un lieu prénommé l’Olympe.

D’un point de vue géographique, l’Olympe est un massif montagneux de Grèce, sur les confins septentrionaux de la Thessalie. Mais les anciens grecs ont fait de ce massif neigeux le séjour des Dieux.

En effet, dans la mythologie grecque, l’Olympe n’est rien d’autre que le domaine des Dieux où ces derniers boivent du nectar et se nourrissent d’ambroisie, ce qui leur assure ainsi l’immortalité. Du haut de ce mont, ils contempleraient soi-disant les hommes tout en nouant des intrigues à leur insu et en influençant sur leurs destins.

Quelques Repères

Il y a un certain nombre de dieux et déesses et j’ai donc estimé qu’une petite présentation de chacun d’entre eux ne serait pas de trop. Tout le monde n’est pas forcément un mordu de mythologie comme moi ;) ! Je m’en suis néanmoins tenue aux divinités les plus présentes dans l’histoire.

Les Dieux

  • Apollon (en grec Apollôn): Fils de Zeus et de Léto, frère jumeau d’Artémis, il est le plus beau des dieux à savoir celui du soleil, de la beauté et des arts. Il est guérisseur et devin, musicien, poète ainsi que protecteur des troupeaux.
  • Éros (en grec Erôs): Fils d’Aphrodite, Éros est la divinité de l’amour. Il est souvent représenté sous les traits d’un enfant doté d’une paire d’ailes, d’un arc et de flèches. On le soupçonne également d’être épris de la belle Psyché.
  • Hadès (en grec Haidês): Fils de Cronos et de Rhéa, frère de Poséidon et Zeus, Hadès est l’héritier du monde souterrain ce qui fait de lui le Dieu des Enfers. Il juge les morts et règne sur le royaume des ténèbres et des ombres.
  • Poséidon (en grec Poseidôn): Dieu des Mers, il est le fils de Cronos et de Rhéa, le frère d’Hadès et de Zeus, ainsi que l’époux d’Amphitrite. Il habite un palais au fond des mers et apparaît souvent sur un char tiré par des chevaux.
  • Zeus (en grec Zeús): Frère d’Hadès et de Poséidon, il est le Dieu suprême des grecs et le symbole du Ciel. Zeus est aussi le fils de Cronos et de Rhéa, qu’il tue afin de s’emparer du pouvoir suprême, et le mari d’Héra, sa sœur aînée.

Les Déesses

  • Aphrodite (en grec Aphroditê): Déesse de la beauté et de l’amour, Aphrodite est la fille de Zeus et de Dioné. Mère d’Éros et de Priape mais pas uniquement, elle est d’une grande beauté et de ce fait, a bon nombre d’amants malgré son union avec Héphaïstos.
  • Héra (en grec Hêra): Sœur et épouse de Zeus, elle est la mère de plusieurs enfants dont Arès et Héphaïstos. Héra est la divinité du mariage et défend les valeurs de la féminité et de la fidélité. Jalouse, elle poursuit implacablement les amantes de son mari.
  • Perséphone/Coré (en grec Persephonê/Corê): Fille de Zeus et de Déméter, Coré fut enlevée par Hadès qui la fit reine des Enfers sous le nom de Perséphone. Chaque année, elle partage son temps à moitié entre sa mère et son époux.

Autres

  • Psyché (en grec Psukhê): Psyché est la personnification de l’âme. Fille d’un roi, d’une beauté sans pareille, elle est emmenée au palais d’Éros afin de devenir sa femme. Par la suite, elle trompera la promesse faite à son mari de ne pas chercher à découvrir son visage et devra alors accomplir toutes sortes d’épreuves dictées par la mère d’Éros, Aphrodite.
  • Pythie (en grec Puthô): Prophétesse rendant des oracles au nom d’Apollon au temple de ce dernier à Delphes.
  • Zéphyr (en grec Zephuros): Fils d’Éos, il est la personnification mythologique du vent de l’ouest. C’est par son initiative que Psyché rejoint Éros en portant la jeune fille au palais de l’amour de ce dernier.

————————————————————————–

Extrait:

Prologue

« Olympe, il y a plusieurs siècles. 

Éros, Dieu de l’amour.

Je la tenais serrée contre moi, son corps sans vie commençant doucement à refroidir. J’écartai du bout des doigts les mèches qui lui mangeaient le visage, ce si beau visage que je ne verrai plus jamais s’éclairer lorsque je lui murmurais à quel point je l’aimais. Mon monde entier s’ouvrait sous mes pieds, les éclats de son rire résonnaient encore et, en un minute, un silence glacial les avait remplacés. Sa voix, son incroyable curiosité, ses petites manies, tout cela avait disparu. Ils m’avaient été arrachés par ma propre mère.

Je relevai péniblement la tête pour dévisager longuement la magnifique Déesse Aphrodite dont les traits gracieux exprimaient une douceur au combien trompeuse. Elle me renvoya un regard interrogateur, ne parvenant pas à comprendre ma peine, ne réalisant pas la portée irréparable de son acte. Les notions de bien et de mal s’étaient effacées depuis longtemps de son esprit. De mon côté, j’aurais volontiers tout offert afin de sentir à nouveau un battement résonner sous ma main, sentir un souffle ténu traverser les lèvres délicates.

– Tout peut redevenir comme avant maintenant, Éros, dit-elle tout en gardant une distance prudente avec le cadavre de ma bien-aimée.

– ELLE EST MORTE ! hurlai-je. Psyché est morte ! Rien ne sera plus jamais comme avant!

Elle resta interdite un instant, fronçant les sourcils lorsque je déposai un dernier baiser douloureux sur les lèvres de ma princesse. Du coin de l’œil, je la vis donner un coup de menton, ordonnant que l’on m’écarte de la dépouille. Je me mis à crier, m’époumonant tant, que la quiétude du ciel se troubla momentanément. Ma mère recula face à ce spectacle, me tournant complètement le dos, laissant le vent jouer avec ses longs cheveux d’or.

Près de moi, se tenait l’un des trois souverains, peut-être l’unique personne qui pouvait encore me venir en aide. Indifférent, il contemplait ma perte avec le calme qui le caractérisait toujours.

– Hadès ! éructai-je, je t’en supplie ramène-la moi !

Le gardien des Enfers secoua la tête.

– Elle n’est pas en mon royaume, je ne peux rien faire pour toi.

– Comment ça ? Elle serait passée jusqu’aux Champs sans que tu puisses le savoir ?

Il plissa les paupières.

– Son âme n’existe plus, dit-il avec détachement.

Mon cœur immortel se figea, puis reprit ses battements si forts que cela m’envoya une décharge dans la poitrine. Si Psyché n’était pas dans le royaume des morts, où était-elle ? Tout au fond de moi, la douleur amplifiait. Ma merveilleuse femme n’avait pas pu disparaître, je la sentais encore vivre jusqu’au tréfonds de mes entrailles. Ce n’était pas possible.

– Psyché partage la moitié de ton âme, Éros. Elle ne peut pas passer par l’au-delà, car au contraire de son corps, son âme n’est pas mortelle, tonna la voix de Zeus dans mon dos.

Je ne me retournai pas et repris place près de sa dépouille. Autour de moi, on parlait de rendre son corps à sa famille, mais je m’y refusai violemment. Sur Terre, personne ne l’aimait, pourquoi leur ferais-je l’honneur de le leur rendre ?

Aphrodite posa une main sur mon épaule et je m’en dégageai avec hargne. Ne voyait-elle pas le désespoir qui dansait dans mes yeux ? Ne voyait-elle pas qu’elle m’avait arraché ce qui me tenait réellement en vie et me nourrissait plus que l’ambroisie ?

– Mon fils…

– Va-t-en, sifflai-je.

Je la méprisais du plus profond de mon être. Je haïssais cette part de démence à laquelle elle s’abandonnait avec délectation, oubliant notre mission éternelle au profit de sa quête de beauté absolue.

Ma tête refusait d’intégrer la mort de Psyché et ma longue existence retomba sur mes épaules comme le fardeau éternel d’un immortel.

– Elle te reviendra, me rassura Zeus. Vous serez de nouveau réunis.

– Quand ! soufflai-je.

– Nul ne peut le dire.

Par la suite, je refusai de m’éloigner du corps, l’honorant chaque jour de fleurs diverses jusqu’à ce que sa présence se désintègre devant mes yeux affolés. Aucun être humain ne pouvait demeurer sur l’Olympe très longtemps. Psyché se désagrégea et Zéphyr souffla ses cendres. Il ne me restait plus qu’à attendre, à vivoter jusqu’à ce qu’elle ne soit enfin rendue.

Le temps devint mon ennemi, sa lenteur me torturait, si bien que je suppliai Zeus de l’avancer pour moi. Il refusa, le monde ne pouvait être manipulé pour mon caprice. Les mois passèrent et se transformèrent en années puis les années en siècles. Je contemplai l’évolution des Hommes, étonné par leurs multiples inventions et par leur facilité à oublier notre existence. Je me consacrai à ma mission, souffrant de devoir unir des cœurs alors que le mien était irrémédiablement brisé. Dans l’indifférence des miens, je guettai inlassablement le retour de l’amour de ma vie.

Jusqu’à ce qu’un jour, un cri d’enfant s’élève enfin dans ma torpeur. Il irradia dans ma demeure, évaporant le brouillard de solitude et de douleur qui m’envahissait. Je courus comme jamais je ne l’avais fait dans ma longue vie, m’arrêtant au bord du rocher brumeux qui limitait l’Olympe.

Elle venait de renaître ! Les émotions m’envahirent comme un raz-de-marée. J’exultais, pris dans un rire mêlé de sanglots. Zeus me rejoignit et enlaça affectueusement mes épaules. Je gagnai la Terre avec empressement et lorsque je posai les yeux sur elle, je sus que ma patience avait enfin été récompensée.

Invisible, je me penchai sur son berceau et embrassai son front avec émoi. Ses petits yeux se froncèrent et sa minuscule bouche s’arrondit pour exprimer un soupir de bien-être. Je chérissais déjà ce nourrisson comme le plus grand des trésors, bénissant chacun de ses battements de cœur, les accordant aux miens.

– Bienvenue Elena, lui chuchota sa mère en prenant sa petite main dans sa paume. »

————————————————————————–

Mon Avis:

Trois points m’ont fait tomber en arrêt devant Réminiscence: Retour sur l’Olympe. Tout d’abord la douce mais sans conteste éblouissante couverture, ensuite le simple mot « Olympe » qui a suffit à aiguiser mon intérêt et pour finir, le résumé plus qu’encourageant qui a finit de me convaincre.

Rien que le prologue m’avait ébranlé. Celui-ci est du point de vue d’Éros – le seul moment auquel nous y aurons droit d’ailleurs – et la détresse dont il fait preuve ainsi que l’amour profond et inconditionnel qu’il voue visiblement à sa bien-aimée ont suffit à me faire chavirer le cœur. Dès lors, mes attentes quant à ce livre ont sensiblement monté d’un cran et mon espoir de vivre une belle histoire d’amour s’est accru. Et bien, je dois dire que je n’ai pas été déçue et que ce livre a bien rempli ses promesses…

L’histoire se base sur la mythologie grecque, et plus précisément sur le mythe d’Éros et de Psyché qui a été ici très joliment revisité. Sans pour autant quitter de vue les grandes lignes de l’histoire première, l’auteure a habilement métamorphosé ce mythe pour en faire une belle romance mêlant réincarnation, contemporanéité et intrigues en tout genre. De tout ceci résulte une très belle surprise qui m’a fait passer un moment plus qu’agréable bien que le livre s’est lu beaucoup trop vite et ce à mon plus grand regret. Je me suis tellement prise dans l’histoire que je n’ai même pas vu les pages défiler ! Comme le dit le proverbe: toute bonne chose a une fin. Malheureusement.

Si l’histoire m’a particulièrement plu, il en est de même pour ses protagonistes, Elena et Éros. Elena m’a tout d’abord émue par sa triste solitude. Elle est mise à l’écart de tous, y compris de sa famille, et ne connaît aucun lien affectif. Mystérieusement, chaque personne qu’elle approche ne désire que la fuir si bien qu’elle finit par rentrer dans une bulle protectrice coupée du monde extérieur. Les rejets qu’essuie Elena à longueur de temps sont douloureux et on se prend donc rapidement de compassion pour cette jeune femme. Ensuite, elle découvre ce qu’est l’amour absolu, sans conditions, ni frontières aux côtés d’Éric, alias Éros. Mais cela ne veut toutefois pas dire qu’elle tombe dans ses bras tout en acceptant sa destinée, loin de là ! Elena est déchirée entre son cœur qui la pousse à explorer et approfondir ce lien qui les unit et sa raison qui appelle à la prudence et à la méfiance quant à la sincérité des sentiments du beau Dieu. Assez compréhensible lorsque l’on sait qu’on est la réincarnation d’une princesse que le dieu en question avait autrefois aimée et que la crainte de n’être chérie que pour le symbole et non pour la personne ne cesse de vous tourmenter… Les indécisions et les sautes d’humeur d’Elena peuvent être agaçants quelques fois mais c’est ce qui fait le charme de ce personnage qui ne fonce pas la tête baissée et qui sait garder la tête froide malgré le désir bouillonnant dans ses veines. Le second protagoniste est Éros, le dieu de l’amour, qui, contrairement à Elena, laisse totalement s’exprimer ses sentiments. Au début de l’histoire, il était l’incarnation de l’homme parfait, charismatique et complètement amoureux, au point que je craignais d’avoir affaire à un personnage trop mièvre, trop mou. Mais lorsque ce masque irréprochable se ternit un peu, tout devient bien plus intéressant. Ce que je veux dire par là, c’est qu’il a également ses secrets, ses angoisses et ses petits défauts telle que la jalousie par exemple. C’est un Dieu, certes, mais non l’incarnation de la perfection ! Éros est un personnage que j’ai beaucoup apprécié tant pour son dévouement envers sa belle que pour son soutien absolu envers et contre tout. Il est beau à se damner, il est attentionné, il est amoureux, que demander de plus ? J’aurais bien aimé bénéficier de son point de vue en plus de celui d’Elena… Tout cela pour dire qu’Elena et Éros sont tous deux des personnages attrayants qui forment un couple vraiment merveilleux dès le moment où ils se donnent une chance.

Pour conclure, Retour sur l’Olympe est une très belle romance, douce et emplie d’amour, qui m’a complètement emportée. Je suis aux anges d’avoir découvert cette sublime lecture mais je dois vous avouer que je suis encore plus impatiente de mettre la main sur le livre prochain. Car Perséphone et Hadès sont des personnages qui m’ont profondément intrigués et dont j’ai hâte de connaître l’histoire…

————————————————————————–

Intéressé par ce livre ? Retrouve-le sur amazon.fr ici:

Réminiscence, Tome 1: Retour sur l’Olympe – Émilie Million


Publicités

2 réflexions sur “Réminiscence |Tome 1: Retour sur l’Olympe – Émilie Million

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s