Three River Ranch |Tome 1: À l’Aube des Jours Heureux – Roxanne Snopek

a-laube-des-jours-heureux

Titre: Three River Ranch, Tome 1: À l’Aube des Jours Heureux

(Original: Three River Ranch, Book 1: Three River Ranch)

Auteur: Roxanne Snopek

Date de Parution: 11 Juillet 2014

Éditeur: Milady, Collection Romance, 336 pages

***

Présentation de l’auteur:

Vivant sur la côte nord-ouest du Pacifique, Roxanne Snopek est romancière mais également responsable des ressources humaines dans une clinique vétérinaire. Sa carrière d’écrivaine prend de l’élan avec le premier tome de sa série Three River Ranch qui a enchanté nombre de ses lecteurs. Elle s’est également vue décerner le titre d’auteur à succès par le USA Today.

Retrouvez son site www.roxannesnopek.ca

***

Quatrième de Couverture:

Chassez l’amour, il revient au galop…

Depuis la mort de son père, Carson est revenu s’installer dans le ranch familial pour y élever des mustangs. Un beau jour, Aurora débarque chez lui avec ses valises. Pourtant, le ranch n’est pas à louer. Le cowboy découvre alors que son défunt père a pris quelques dispositions pour le réconcilier avec les femmes… Une espèce que Carson évite soigneusement depuis que la dernière en date lui a brisé le cœur. Qui dit que ces deux solitaires ne vont pas former une belle équipe ?

————————————————————————–

Description

Les personnages principaux: Rory et Carson.

Aurora « Rory » McAllister prend un nouveau départ. Pour cela, elle quitte Billings – et ce faisant son ancienne vie, ses amis et les douloureux souvenirs qui y persistent – pour le comté rural de Blaine, dans le Montana. C’est un changement radical pour Rory qui envisage d’emménager dans un ranch entouré par la nature sauvage et des mustangs qui le sont tout autant. Le paysage est réellement magnifique et Rory s’accorde alors à espérer que son avenir pourrait être plus ensoleillé que ce qu’elle avait imaginé. Mais ses plans sont rapidement compromis lorsqu’elle découvre sa nouvelle demeure. À sa plus grande consternation, celle-ci se révèle être plus une ruine qu’autre chose et est complètement inhabitable. Comment pourra-t-elle vivre dans un tel endroit ? Et qu’en est-il de son enfant à naître ? Et alors que la détresse et l’angoisse prennent peu à peu le pas sur la colère initiale, Rory tombe – littéralement – sur le propriétaire des lieux, Carson. Lorsque ce dernier lui annonce que son emménagement est impossible, elle ne se laisse pas démonter et lui tient tête. Un arrangement est finalement conclu. Toutefois, Rory reste sur ses gardes. Que se passera-t-il lorsque Carson rompra leur accord ? Que fera-t-elle en mère célibataire sans argent, ni maison ? Mais surtout, qu’arrivera-t-il si elle succombe au charme de ce cowboy et cela sans réciproque ? Une autre peine de cœur lui serait insupportable…

Carson Granger voue un amour profond et inconditionnel aux chevaux sauvages qui représentent toute sa vie. Son plus grand désir ? Ouvrir un centre d’étude et de refuge pour mustangs sur les terres de Three River, le ranch de son père décédé – et dorénavant, le sien. Ce souhait serait depuis longtemps réalisé sans le testament de son père qui indique scrupuleusement les conditions de succession du ranch. Carson refusant de faire du ranch un élevage de bétail, il ne reste qu’un seul moyen afin de toucher l’héritage: se marier – ce qui lui est absolument inenvisageable. Alors que Carson cherche à déjouer les plans de son défunt père, un autre problème vient s’ajouter à ses préoccupations. En effet, il apprend que sa maison a été mise à louer sans que l’on vienne le consulter et c’est avec une surprise certaine qu’il fait la connaissance de Rory McAllister, une femme ravissante, enceinte et incroyablement têtue. Après lui avoir fait clairement comprendre son intention de rester malgré ses explications, Carson doit se résigner à l’accueillir sous son toit le temps de trouver une autre solution. Car le cowboy est déterminé à mener son projet à terme et une femme – enceinte qui plus est – n’en fait absolument pas partie. Mais Carson n’est pas sans cœur – loin de là – et l’idée de mettre Aurora à la porte ne lui plaît guère, surtout depuis que celui-ci bat bien plus fort lorsqu’elle se trouve dans les parages…

————————————————————————–

Extraits:

Extrait 1

« Il monta les marches jusqu’au porche, où il trouva la porte béante, retenue par un seul gond.

Il serra les dents, la contourna, et entra.

– Qui est là ? cria-t-il.

La réponse ne se fit pas attendre. Une masse sombre et poilue se jeta sur lui en aboyant frénétiquement; Carson l’esquiva, et percuta quelqu’un, une femme à en croire le cri qui lui échappa. L’étrangère bascula en arrière. Sa chute fut amortie par un gros sac en plastique noir rempli de débris que Carson avait ramassés la semaine précédente. Le sac s’ouvrit et un nuage de poussière de plâtre se souleva autour d’elle, avant de la recouvrir des pieds à la tête. Le chien devenait fou.

– C’est quoi ce bordel ? Rien de cassé ?

Carson lui tendit une main en se couvrant le nez et la bouche de l’autre. Il devait crier pour se faire entendre malgré les aboiements.

[…]

– Désolé, dit-il dans un sourire en enlevant la poussière de plâtre de son dos. C’est le prix à payer quand on entre dans une propriété privée par effraction.

Elle lui lança un regard noir, et un morceau de plâtre tomba de son front.

– Je ne suis pas entrée par effraction.

Il désigna sa poitrine d’un geste vague.

– Vous voulez peut-être…

Il se tut.

L’étrangère baissa les yeux et eut un sursaut de surprise, avant de rougir vivement. Un bouton crucial de son chemisier s’était ouvert quand elle était tombée, et son décolleté était béant, dévoilant sous soutien-gorge vichy bleu et blanc portant l’inscription « Femme Libérée ».

Elle rabattit son chemisier sur sa poitrine et se détourna pour lui cacher le reste. Elle ferma les yeux, et les muscles de sa mâchoire se crispèrent lorsqu’elle serra les dents.

Carson s’éclaircit la gorge et revint à leurs affaires, s’efforçant de chasser de son esprit l’image obsédante de ses seins.

– Combien de fois dois-je vous le dire ? Cet endroit n’est pas à vendre.

La femme rouvrit les yeux et renversa légèrement la tête en arrière. Mais quand elle inspira pour parler, la poussière l’étouffa de plus belle. Il l’observa, impuissant, tandis que, secouée par une nouvelle quinte de toux, elle fouillait un énorme sac. Lorsqu’elle trouva enfin une bouteille d’eau et but suffisamment pour arrêter de tousser, elle avait de nouveau les yeux qui pleuraient, et presque plus de voix.

Elle ouvrit une autre poche de son sac et en sortit une feuille de papier. Elle la plaqua contre lui d’une main couverte de plâtre.

Carson la prit et sentit le sang quitter son visage. Un bail de location. Signé, tamponné et définitif.

Il avait une locataire. Une locataire enceinte accompagnée d’un chien. Dans un ranch ! Le ranch que son père aurait dû céder des années auparavant, bien avant sa dernière attaque.

Il ouvrit la bouche, mais aucun mot n’en sortit.

– Alors, siffla-t-elle, qui est entré par effraction maintenant ? »


Extrait 2

« – Eh, qu’est-ce que vous faites ?

Tandis qu’elle parlait, Carson s’était mis derrière elle, avait passé sa main sous le licol de Penny, et forçait Rory à mener lentement le cheval hors de la clôture.

– On va juste se balader un peu.

– Et moi je retourne dans ma cuisine, dit Angie. Amusez-vous bien, les jeunes.

Penny donna un coup de museau dans l’épaule de Rory, tirant sur la corde. Rory se força à marcher, consciente de la présence de Carson derrière elle, respirant dans ses cheveux, le bras contre son épaule.

– Un pas après l’autre, voilà. Vous pouvez vous rapprocher d’elle, Rory. Elle ne mord pas, précisa-t-il dans un éclat de rire. Enfin, à moins que vous ne cachiez des bonbons dans votre poche…

Il parlait calmement, les guidant, Penny et elle, à une allure lente le long du chemin de terre. Rory se maudit d’avoir accepté. De temps à autre, elle se cognait contre le corps de Carson. Il n’avait certainement pas besoin de rester si près, si ?

Lorsque Penny se prit le sabot dans une pierre et trébucha légèrement, Rory retint son souffle et Carson passa sa main autour de sa taille. Une vague de chaleur la parcourut, et trouva refuge au creux de son bassin.

– Ça va ? demanda-t-il, ne semblant pas remarquer son embarras.

– Je pensais qu’elle allait tomber, répondit-elle d’une voix tremblante.

– Non, dit-il en reprenant leur allure tranquille. Mais les chevaux trébuchent parfois, comme nous. C’est une vieille dame, un peu hésitante sur ses pattes, mais elle n’a pas plus de chances de tomber que vous et moi.

Rory s’esclaffa.

– Ça ne me rassure pas.

– D’accord, répliqua Carson en riant. Elle n’a pas plus de chances de tomber qu’une personne normale. Mieux ?

Elle essayait de ne pas tenir compte de sa présence, mais elle sentait encore la pression de ses doigts, comme s’il avait laissé une marque visible sur son corps. Il avait les mains chaudes, les doigts longs et brunis par le soleil.

– Ça va ? demanda Carson en posant sa main sur son épaule.

Elle fronça les sourcils et hocha vivement la tête, sentant le rouge lui monter aux joues. Pourquoi n’arrêtait-il pas de la toucher ? »


Extrait 3

« Il prit sa main et la serra doucement. Elle se sentit fondre sous ses yeux, se rappelant pourtant qu’il pensait avant tout autre chose au bien-être de son cheval.

– Je vais faire le tour, pour voir si je peux examiner la situation de plus près. Rejoignez Rafale. Voyez si vous pouvez faire en sorte qu’ils restent dans cette position sans s’affoler.

Il lâcha sa main et s’éloigna. Elle empoigna sa peau à l’endroit où il l’avait touchée, la frottant sans s’en rendre compte, comme si son contact l’avait brûlée. […] Elle ne serait jamais en sécurité, du moment qu’il était près d’elle. Elle serait toujours à l’affût de moments comme celui-là, quand un contact anodin enflammait l’étincelle qu’elle ressentait pour lui.

– Je vais faire du mieux que je peux, dit-elle doucement.

Il se retourna alors, et leurs yeux se croisèrent. Quelque chose passa entre eux, les rapprochant l’un de l’autre, et, à cet instant, elle aperçut le petit garçon qui voulait désespérément être aimé, mais avait peur de demander.

Elle aperçut son cœur en or.

– J’en suis persuadé, dit Carson d’une voix douce. Vous faites toujours de votre mieux.

Puis l’instant passa.

Il montra du doigt l’endroit où il voulait qu’elle se place, et Rory longea prudemment la barrière, les yeux rivés sur la jument au cas ou elle serait effrayée. Mais Tornade était concentré sur la chienne et ne la vit pas s’approcher. Quand elle estima qu’elle était assez près, Rory s’accroupit maladroitement et se mit à parler, doucement, de sa voix chantante qui lui faisait tant d’effet. Elle s’efforça de ne pas penser à Carson pour pénétrer plus facilement dans l’esprit de la jument et imaginer ce qu’elle ressentait.

Une peur panique.

Et également, un soupçon de confiance.

De l’autre côté de la barrière, Carson était à plat ventre dans la terre, s’acharnant avec son couteau. Rory voyait bouger ses épaules tandis qu’il s’efforçait de couper la ficelle. Puis, soudain, il leva les yeux et fit un cercle avec son index et son pouce.

Le poulain s’écarta, vacillant un peu sous le coup de cette liberté soudaine. La ficelle traîna derrière lui sur quelques mètres, puis il donna des coups de pattes en l’air et s’en débarrassa. La jument rejeta la tête en arrière et hennit, et son petit se précipita à ses cotés.

Rory s’adossa à un arbre, soulagée, épuisée. De l’autre côté, même si elle savait que ce devait être une illusion d’optique, elle crut voir Carson lui sourire.

Puis tout vacilla. »

————————————————————————–

Mon Avis:

Dans le cadre d’un challenge – et parce que la PetiteOP m’a bien desservie :D -, j’ai jeté mon dévolu sur ce livre plutôt court à l’ambiance western signé Roxanne Snopek, une auteure dont je n’ai pas eu le loisir de lire les ouvrages et qui m’était inconnue au bataillon.

À vrai dire, je n’ai pas grand chose à dire sur ce livre. L’histoire est remarquablement simple, les personnages le sont tout autant, et la plume n’a rien de spectaculaire. Évidemment, je ne vais pas me contenter d’un si bref résumé et je vais donc tâcher de développer un peu plus que cela.

Côté histoire, tout a été dit. C’est simple. Trop simple. Pas de rebondissements, aucun suspense. Je m’accrochais à ce que je pouvais – généralement aux animaux – pour ne pas lâcher le bouquin et je désespérais de ressentir ne serait-ce qu’une once d’émotion en dehors de l’ennui qui s’infiltrait insidieusement au fil de ma lecture. Car oui, côté émotions, ce fut plus ou moins le néant. Je dis plus ou moins car j’ai été tout de même préoccupée par la chienne Rafale et les chevaux. Mon intérêt peut sembler étrange sachant que l’histoire est censée se focaliser sur le couple Rory/Carson mais c’est la stricte vérité. Les animaux sont très humanisés dans ce livre par leurs réactions ou encore par les sentiments qu’ils dégagent et leur relation avec les hommes est plutôt étonnante, au point d’avoir accaparé mon attention sur eux. Ils sont très présents dans l’histoire et je me risque à dire qu’ils en prennent la place centrale. Je suis par ailleurs désolée de le dire mais la romance entre Rory et Carson ne m’a absolument pas emballée. Électrocardiogramme plat. Leur histoire tourne en rond avec les mêmes interrogations, les mêmes doutes et tergiversations, et le manque de passion et de spontanéité a fini de m’achever. Il n’y a tout simplement pas d’étincelle, pas de chimie, entre ces deux-là et j’en suis vraiment navrée car avec un peu plus de profondeur, l’histoire d’amour serait tout à fait agréable et peut-être même touchante.

Tiens, je parle d’un manque d’émotion mais il y a bien quelque chose qui m’a fait rire, à savoir la fascinante reproduction des habitants du ranch de Three River. Personne n’est épargné, que ce soit Rory, sa chienne ou encore la jument de Carson ! Une véritable pouponnière ! À ne pas s’étonner si Carson a du mal à suivre le rythme…

Quelques mots à propos des personnages avant de conclure. Vous allez trouver peut-être cela amusant, mais force m’est de vous admettre que mon personnage favori n’est pas Rory, ni Carson mais Rafale, le chien de cette première ! Au vu de mon commentaire précédent sur mon attachement quant aux animaux de ce livre, cela ne devrait guère étonner :D. Mais oui, Rafale est incontestablement celle qui m’a plu le plus. Elle est très protectrice, incroyablement intelligente et amusante à souhait. Par sa simple présence, elle égaie l’atmosphère. Ensuite, nous avons nos deux protagonistes qui se tournent sans cesse autour, Rory et Carson. Je les trouve un peu trop plats et malheureusement pas assez intéressants pour me captiver. Ils sont sympathiques, certes, mais ce n’est pas assez. Il aurait vraiment fallu approfondir leurs personnalités, les développer un peu plus, pour parvenir à les aimer. D’autres personnages secondaires font leur apparition, tels que Zach et Désirée, respectivement les amis de Carson et Rory, ainsi qu’Angie, la gouvernante, et sa sœur, Grace. Mais comme pour les personnages principaux, ils ne sont pas parvenus à me toucher d’une quelconque façon que ce soit. Bon, hormis Grace peut-être, qui joue un peu le rôle de la bonne maman ^^.

À l’Aube des Jours Heureux est un livre qui ne m’a pas fait grosse impression mais qui n’en est pas mauvais pour autant. Il est facile à lire, assez sympathique, et s’il ne m’a pas enchanté, il peut bien faire le bonheur d’un autre lecteur. Je ne m’attarderais malheureusement pas davantage sur cette série et ne pense pas lire les autres tomes qui la complètent.

————————————————————————–

Intéressé par ce livre ? Retrouve-le sur amazon.fr ici:

Three River Ranch, Tome 1: À l’Aube des Jours Heureux – Roxanne Snopek


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s