L’Ange de Minuit – Lisa Kleypas

lange-de-minuit

Titre: L’Ange de Minuit

(Original: Midnight Angel)

Auteur: Lisa Kleypas

Date de Parution: 08 Janvier 2014

Éditeur: J’Ai Lu Pour Elle, Collection Aventures & Passions, 352 pages

***

Présentation de l’auteur:

Lisa Kleypas est une auteure américaine de romances historiques et contemporaines. À l’âge de 21 ans, elle publie son tout premier roman et débute ainsi sa carrière d’écrivaine. Désormais, ses livres sont vendus à travers le monde et traduits dans pas moins d’une vingtaine de langues différentes. Elle a également remporté nombre de récompenses et a été désignée auteure à succès par le New York Times.

Retrouvez son site www.lisakleypas.com

***

Quatrième de Couverture:

Saint-Pétersbourg, 1870.

Toute la ville réclame sa mort. Tasia sera exécutée demain à l’aube. Les preuves sont accablantes: on l’a retrouvée couverte de sang à côté du corps de son mari, le prince Mikhail. Pourtant, Tasia ne se souvient de rien. Grâce à l’aide d’une servante, elle parvient à s’enfuir. Elle gagne l’Angleterre et réussit à obtenir une place de gouvernante chez lord Stokehurst. D’un coup, sa vie bascule. Adieu la riche héritière destinée à épouser un prince et à veiller sur des armées de domestiques. Aujourd’hui, c’est elle la servante, face à un homme habitué à régner et à obtenir tout ce qu’il veut. Y compris la ravissante Tasia.

————————————————————————–

Description

Les personnages principaux: Tasia et Luke.

Lady Anastasia ‘Tasia’ Ivavovna Kaptereva est une jeune héritière russe incroyablement fortunée ainsi que la fiancée du prince Mikhaïl Angelovsky. Ou plutôt était. Car malheureusement, tout le confort de sa position ainsi que son titre lui ont été brutalement arrachés. Accusée du meurtre de son fiancé, Tasia se verra emprisonnée et condamnée à mort. N’ayant aucun souvenir lié à cet événement, ni aucune preuve de son innocence, Tasia ne peut réfuter les faits. Mais cela ne veut pas dire qu’elle accepte son sort et Tasia arrange donc sa fuite. Aidée par son oncle, elle rejoint l’Angleterre afin de se réfugier chez sa cousine, lady Alicia Ashbourne. Elle prend une nouvelle identité – Karen Billings – et se résout à commencer une nouvelle vie loin de sa chère patrie. Terriblement consciente que sa présence risque de causer des ennuis à sa famille, elle n’hésite pas à accepter une place de gouvernante chez lord Stokehurst afin d’éloigner le danger et dans le même temps brouiller sa trace à ses éventuels poursuivants. Tomber d’aristocrate à domestique n’est pas aisé mais Tasia s’y accommode assez rapidement. Néanmoins, elle est bien loin de s’acclimater au maître des lieux qui se révèle être un homme à la froideur polaire et si Tasia ne désire aucunement le vexer afin de perdre son refuge, elle ne peut s’empêcher de désapprouver son attitude. Mais se pourrait-il que les apparences soient trompeuses ? Lord Stokehurst aurait-il été un homme différent dans le passé ? Qu’a-t-il bien pu se passer pour déclencher une telle dureté ? Les interrogations sont nombreuses. Tasia parviendra-t-elle à percevoir l’homme qui se cache sous le lord ?

Lord Lucas ‘Luke’ Stokehurst, marquis de Stokehurst, vit seul avec sa fille Emma depuis le décès de sa femme survenu quelques années auparavant. À la recherche d’une gouvernante pour la jeune fille de douze ans, Luke est plus que surpris lorsque lady Ashbourne, épouse de son ami de longue date Charles Ashbourne, lui présente – selon ses dires – la gouvernante idéale. Malgré son scepticisme et son manque de volonté évident, Luke accepte de la rencontrer mais reste interloqué devant la jeune femme qu’on lui présente. Beaucoup trop jeune, trop belle, trop inexpérimentée, trop… énigmatique. Toutefois, cédant à l’insistance des Ashbourne, Luke accepte bon gré mal gré de l’engager pour une durée déterminée d’un mois. Karen Billings devient ainsi la nouvelle gouvernante d’Emma. Décidé à ne pas se prendre trop d’intérêt envers cette femme étrange, Luke l’évite consciencieusement. Cependant, malgré ses efforts, il ne peut s’empêcher d’être intrigué par cette brune au léger accent et au regard tourmenté. Quels lourds secrets pourrait-elle bien porter ? Pourquoi a-t-il l’étrange impression que cette Karen n’est pas ce qu’elle prétend être ? L’inquiétude pour Emma mêlé à la fascination pour la gouvernante lui font perdre son sang-froid et Luke n’est pas homme à rester impassible devant tant de mystère, surtout si cela pourrait se révéler nuisible à sa famille. Finalement, la détermination l’envahit. Il est prêt à tout pour amener la lumière sur la situation de Karen Billings et sur son passé… quitte à devoir pour cela la blesser.

————————————————————————–

Extraits:

Extrait 1

« Tasia s’assit au piano et effleura quelques notes. L’instrument était parfaitement accordé.

Elle laissa ses doigts errer sur le clavier, à la recherche d’une mélodie qui convînt à son état d’esprit. Comme tout le monde à Saint-Pétersbourg, sa famille nourrissait une véritable passion pour tout ce qui venait de France, et elle attaqua une valse. Elle s’arrêta au bout de quelques mesures, tandis qu’un autre air lui venait à l’esprit, une valse de Chopin. Bien qu’elle ne l’eût pas jouée depuis longtemps, elle se la rappelait suffisamment, et, les yeux clos, elle se mit à jouer, lentement d’abord, puis avec plus de confiance tandis qu’elle s’abandonnait entièrement à la musique.

Tout à coup, un bruit l’obligea à ouvrir les yeux et ses mains se figèrent, glacées, sur les touches.

Lord Stokehurst se tenait là, tout près d’elle. Il avait une expression étrange, comme s’il venait de recevoir un choc terrible.

– Pourquoi jouez-vous cela ? aboya-t-il.

Paniquée, Tasia eut du mal à retrouver sa voix.

– Je suis désolée si je vous ai contrarié…

Elle se leva à la hâte et contourna la banquette comme pour se protéger.

– Je ne toucherai plus à ce piano. Je voulais simplement m’exercer un peu…

– Pourquoi cet air-là ?

[…]

– Je… j’ignore pourquoi j’ai choisi celui-là, balbutia-t-elle. Je… je le sentais, c’est tout.

– Vous le sentiez ?

– D… dans le piano.

Silence. Stokehurst la fixait, comme partagé entre la fureur et l’étonnement. Tasia avait envie de ravaler ses paroles, ou de s’expliquer davantage, n’importe quoi pour briser cette insupportable tension. Pourtant elle demeurait paralysée, sachant que tout ce qu’elle dirait ou ferait aggraverait encore la situation.

Enfin Stokehurst s’éloigna en grondant un juron entre ses dents.

– Je suis désolée, répéta Tasia qui continuait à fixer le seuil où il avait disparu.

Soudain elle s’aperçut que la scène avait eu un témoin. Dans sa rage, Stokehurst n’avait pas remarqué sa fille, cachée juste derrière la porte. On ne voyait qu’un de ses yeux, par la fente du chambranle.

– Emma ? souffla Tasia.

L’adolescente disparut, silencieuse comme un chat. »


Extrait 2

« – Tasia.

Elle eut l’impression que son cœur s’arrêtait de battre.

Affolée, elle parcourut du regard la pièce vide. Avait-on murmuré son nom ? Du coin de l’œil, elle perçut un bref reflet dans la glace de l’armoire, et elle fut terrorisée. Elle mourait d’envie de s’en aller en courant, pourtant une force irrésistible la poussa à faire un pas, puis un autre, les yeux rivés au miroir.

– Tasia, entendit-elle de nouveau.

Elle recula, horrifiée, la main sur la bouche pour étouffer un hurlement.

Le prince Mikhaïl Angelovsky la regardait de l’intérieur du miroir, avec deux trous noirs à la place des yeux dans son visage ensanglanté. Ses lèvres bleuâtres s’étirèrent dans un sourire immonde.

– Meurtrière.

Tasia était clouée sur place par l’atroce vision, ses oreilles bourdonnaient. Ce n’était pas réel… Une hallucination, née de son imagination, de sa culpabilité. Elle ferma les yeux pour la chasser, mais quand elle les rouvrit, l’image était toujours là. La tête basse, elle parvint à murmurer:

– Je… Je ne voulais pas vous tuer, Micha.

– Tes mains…

En tremblant, Tasia les regarda. Elles étaient couvertes de sang. Un cri étranglé lui échappa. Elle ferma les poings, les paupières.

– Laissez-moi, sanglota-t-elle. Je ne vous écouterai pas. Laissez-moi…

Elle était trop terrorisée pour fuir, pour prier, pour faire quoi que ce fût d’autre que rester là, pétrifiée.

Puis, lentement, le bourdonnement s’éteignit à ses oreilles. Elle ouvrit les yeux, regarda ses mains, propres et blanches. Le miroir était vide. »


Extrait 3

« – N’ayez pas peur, mon enfant, dit Madame Miracle en lui faisant signe de s’asseoir. Prenez les pierres et chauffez-les dans vos mains.

[…]

– Je vois un pays lointain… Une ville construite sur des ossements, environnée de forêts très anciennes. Je vois des amas d’or et d’ambre… des palais, d’immenses terres, des domestiques… Tout cela vous appartient. Je vous vois vêtue d’une robe de soirée, de précieux joyaux au cou.

Lady Harcourt intervint brusquement, comme si elle trouvait l’affaire cocasse.

– Miss Billings est une simple gouvernante, madame. Expliquez-nous, s’il vous plaît, comment elle peut accéder à un avenir si prestigieux ? En réussissant un riche mariage, je présume ?

– Je ne parle pas du futur, répondit la voyante, mais du passé.

Le plus grand silence régnait dans la pièce. Tasia, bouleversée, tenta de libérer ses mains.

– Je veux arrêter, murmura-t-elle d’une voix rauque.

La voyante serra davantage ses doigts sur les siens, et Tasia sentit la transpiration perler entre leurs mains qui se crispèrent soudain comme si un courant électrique les traversait.

– Je vous vois dans une pièce décorée d’or, de tableaux de maîtres, de livres. Vous cherchez quelqu’un. Une ombre tombe sur votre visage. Il y a un jeune homme aux yeux jaunes. Du sang… son sang coule sur le sol. Vous criez son nom… quelque chose comme… Michael… Michael ! répéta la femme en bondissant en arrière, lâchant les mains de Tasia.

La jeune femme demeura assise, glacée, terrorisée.

Madame Miracle recula en vacillant, brandissant sa paume aussi rouge que si elle s’était ébouillantée.

– Elle m’a brûlée ! hurla-t-elle. C’est une sorcière !

Tasia parvint à se lever, bien qu’elle ne sût pas si ses jambes accepteraient de la porter.

– J’ai suffisamment écouté vos ridicules mensonges ! rétorqua-t-elle d’une voix tremblante.

Elle avait les entrailles nouées, pourtant elle parvint à quitter la pièce comme un automate, la tête haute. Il fallait absolument qu’elle se terre quelque part…

– Ô Dieu, qu’ai-je fait ?

Les voix du passé tourbillonnaient dans son esprit.

– Ils devraient te brûler…

– Ma pauvre petite…

– Je ne voulais pas le faire…

– … te réduire en cendres.

–  Que Dieu me vienne en aide…

– Sorcière !

– Non! gémit-elle en se mettant à courir.

Trébuchant, elle fuyait les démons hurlants qui la harcelaient. »

————————————————————————–

Mon Avis:

À dire vrai, ce n’est pas ce livre qui m’était tombé dans l’œil initialement mais Prince de l’Éternité du même auteur. Pourquoi je me suis retrouvée avec ce livre-ci entre les mains au lieu de l’autre ? Eh bien, tout simplement parce que je me suis rendue compte que l’Ange de Minuit précédait Prince de l’Éternité, ce dernier racontant l’histoire d’Emma, la fille de Lucas Stokehurst. Autant commencer par le commencement, n’est-ce pas ?

Pour commencer justement, je peux affirmer que l’histoire a indubitablement du charme. L’idée d’une aristocrate russe en fuite qui endosse le costume de gouvernante en Angleterre afin de se cacher a du mérite. Ce n’est peut-être pas l’idée du siècle, je vous l’accorde, mais ça reste assez sympathique – surtout lorsqu’un léger vent tout droit venu de Russie souffle sur l’histoire. Ah, que dire ? Les livres au charme slave m’ont toujours attirés :p. Mais passons. L’idée était donc intéressante mais le récit n’en est pas exceptionnel pour autant et cela m’attriste un peu. L’histoire aurait vraiment pu être magique, remarquable même, si le tout n’aurait pas été gâché par la soudaine précipitation de la romance entre Tasia et Luke. Et quand je dis soudaine, je n’exagère pas. Luke vit dans le passé. Il est encore éperdument amoureux de sa femme décédée et n’envisage absolument pas de se remarier. Il a certes une maîtresse qui occupe tout son temps à Londres mais comme il est sûr de ne plus pouvoir éprouver d’émotion amoureuse, il ne la traite que comme une très bonne amie. Cet amour pour son ex-femme est tout de même puissant et cela se voit à la manière dont Luke se la remémore. Et d’un coup, il se jette – excusez du mot – sur Tasia en affirmant qu’il ne peut plus vivre sans elle, qu’il l’aime ? Peu crédible et vraiment précipité. J’aurais préféré voir Tasia l’adoucir peu à peu que cette passion brutale et inattendue… C’est vraiment dommage sachant que le début de l’histoire était plus qu’engageant et que le résumé nous faisait refléter une belle romance. D’ailleurs, en parlant de résumé, celui-ci est assez contradictoire, non ? On nous présente le prince Mikhaïl comme le mari de Tasia pour ensuite le reléguer au rang de fiancé. De quoi se poser la question… Je vous confirme donc que le prince n’était aucunement le mari de Tasia, mais seulement son fiancé ;). La confusion étant dissipée, abordons le sujet des personnages.

Pour ce qui est de ceux-ci, il y en a que j’ai apprécié et d’autres un peu – voire beaucoup – moins. Un seul m’a vraiment plus et non, ce n’est pas Tasia – ni Luke d’ailleurs – mais Emma, la fille de ce dernier. Ce n’est pas son histoire qui nous est racontée et pourtant, c’est elle qui a tout de suite capté mon attention. Emma est spontanée, joviale et maligne, tout en étant intelligente et extrêmement perspicace. Elle m’a captivée. Et d’ailleurs, elle m’a bien fait rire par instants. En bref, je l’ai adorée et j’ai déjà hâte de connaître ses propres aventures. Car pas de doute possible, je lirai bel et bien Prince de l’Éternité ! Vient ensuite Tasia que j’ai affectionnée mais pas au point d’être conquise. Sa situation émeut tout comme son désarroi et sa fragilité apparente. Elle est constamment à fleur de peau, toujours sur ses gardes et l’attitude de Luke à son égard ne l’aide vraiment pas à se sentir mieux. Elle est aussi incroyablement religieuse; la religion prend une place importante dans sa vie. C’est un personnage agréable mais comme je l’ai dit, pas assez pour se faire aimer de ma part. Par contre, j’ai apprécié son amitié avec Emma qui était vraiment touchante, je trouve. Reste alors lord Stokehurst, c’est-à-dire Luke. Pour ce dernier, rien à faire. J’ai sincèrement essayé de l’aimer, de compatir dans sa douleur et même de comprendre ses étonnantes sautes d’humeur… mais sans succès. Assurément, c’est un homme profondément meurtri. Oui, il est noyé dans son chagrin malgré toutes ses années écoulées après le deuil de sa femme. L’amertume et la froideur sont-elles donc compréhensibles ? Certainement. Le livre étant une romance, j’espérais donc un revirement, une sorte de guérison justifiée par l’amour. Seulement, ce n’est pas le cas. Il reste un homme plutôt antipathique pour moi et les sentiments qu’il éprouve soi-disant pour Tasia, je ne les ai absolument pas perçus, même à la fin. Je ne m’attendais pas à un homme doux comme un agneau, surtout au vu de son caractère et de ses profondes meurtrissures, mais un peu de douceur et de véritable amour n’aurait pas fait de mal… Je crois que c’est mon âme de romantique qui parle en ce moment :D.

En conclusion, je dirais que l’Ange de Minuit est une histoire que je qualifierais d’insatisfaisante mais qui reste tout de même sympathique. Je ne cache pas que je m’attendais à mieux mais ce ne fut pas une lecture désastreuse pour autant – et de loin. Comme souligné dans le paragraphe précédent, j’envisage bel et bien de lire le livre porté sur Emma, tout en espérant que l’auteure ne me décevra pas sur cette héroïne que j’ai tant affectionnée ici.

————————————————————————–

Intéressé par ce livre ? Retrouve-le sur amazon.fr ici:

L’Ange de Minuit – Lisa Kleypas


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s