Chroniques Lunaires |Tome 1: Cinder – Marissa Meyer

cinder

Titre: Chroniques Lunaires, Tome 1: Cinder

(Original: Lunar Chronicles, Book 1: Cinder)

Auteur: Marissa Meyer

Date de Parution: 07 Mars 2013

Éditeur: Pocket Jeunesse, 416 pages

***

Présentation de l’auteur:

Marissa Meyer a débuté sa carrière d’auteur sous un nom d’emprunt et en écrivant des fan fictions. Après quelques années dans l’édition, elle se lance dans l’écriture de son premier roman young-adult, Cinder. Ainsi est née la série des Chroniques Lunaires qui lui vaudra le titre d’auteur à succès par le New York Times et le USA Today et l’admiration de bon nombre de lecteurs dans le monde.

Retrouvez son site www.marissameyer.com

***

Quatrième de Couverture:

Humains et androïdes cohabitent tant bien que mal dans la ville de New Beijing. Une terrible épidémie ravage la population. Depuis l’Espace, un peuple sans pitié attend son heure…

Personne n’imagine que le salut de la planète Terre repose sur Cinder, brimée par son horrible belle-mère. Car la jeune-fille, simple mécanicienne mi-humaine, mi-cyborg, détient sans le savoir un secret incroyable, un secret pour lequel certains seraient prêts à tuer…

————————————————————————–

Description

Le personnage principal: Cinder.

Bien que seulement âgée de seize ans, Linh Cinder est d’ores et déjà considérée comme la meilleure mécanicienne de New Beijing. Son talent est connu de tous et sa réputation n’est plus à refaire… Mais ce que tout le monde ignore – hormis une petite poignée de personnes – c’est qu’elle est également un cyborg, un « sous-être » principalement dédaigné et évité de tous.

Son existence n’est pas facile et pas uniquement à cause de son travail ou de ses membres métalliques. Orpheline à onze ans puis adoptée par Garan, son beau-père par la suite décédé, elle partage sa vie avec Adri, sa belle-mère, et ses deux belles-sœurs, Pearl et Peony. Si elle adore Peony et inversement, ce n’est absolument pas le cas de Pearl et Adri, qui la méprisent tout en tirant profit de ses réparations pour subvenir à leurs besoins égoïstes. Toutefois, Cinder n’a pas d’autre choix: Adri étant sa tutrice et n’ayant pas d’autre endroit où se réfugier, elle est contrainte de se plier à ses exigences et de supporter son dédain jour après jour. Mais la monotonie de Cinder se trouvera bientôt chamboulée par l’apparition d’un certain prince au marché…

En effet, depuis que le prince Kaito – héritier de la Communauté Orientale – lui a demandé de réparer son androïde, plus rien ne se déroule comme auparavant. Entre l’avancée de plus en plus inquiétante de la pandémie qui décime la population de New Beijing, la menace du peuple des lunaires planant au-dessus de leurs têtes et les révélations inquiétantes qui ne cessent de pleuvoir sur elle, Cinder a bien conscience que les choses pourraient bien changer… et ce, en pire.

L’Univers 

Sur Terre vivent hommes, androïdes, cyborgs et autres spécimens. Certains vivent librement, à découvert – comme les hommes -, d’autres sont des robots de compagnie ou de travail et quelques uns doivent même cacher leur nature au risque d’être poursuivis ou pire, mis à mort. Toutefois, une préoccupation les rassemble: la létumose.

En effet, les Terriens sont en plein désarroi. Cette terrible maladie se répand parmi les hommes et malgré les recherches intensives afin de créer un vaccin pour vaincre ce fléau, tous les efforts restent vains. De plus en plus de personnes succombent et si une solution ne se présente pas rapidement, il se pourrait bien que la population humaine tout entière soit décimée…

A l’opposé se trouve la Lune et ses habitants, les Lunaires. Bien que ces derniers soient les membres d’une ancienne colonie terrienne, ils ne sont maintenant plus complètement humains. Ils détiennent un pouvoir inaccessible aux terriens et leur puissance pourrait difficilement être remise en doute… Notamment si ce peuple est dirigé par une reine aussi belle en apparence qu’elle est cruelle et manipulatrice à l’intérieur…

————————————————————————–

Extraits:

Extrait 1

« Elle suivit les regards de la foule jusqu’au balcon de l’un des derniers étages du palais.

La reine lunaire s’y tenait, une main sur la hanche, l’autre sur la rambarde. Malgré son expression sévère, sa beauté paraissait surnaturelle. Même d’aussi loin, Cinder pouvait distinguer la luminescence de sa peau, la rougeur de ses lèvres. Ses yeux noirs scrutaient la foule muette. Cinder battit en retraite pour se fondre parmi les manifestants stupéfiés.

Mais le choc et la terreur qu’elle éprouvait s’évanouirent bientôt. Cette femme n’était pas effrayante, ni dangereuse.

Elle était chaleureuse, bonne, généreuse. Elle devrait être leur souveraine, les guider et les protéger…

L’affichage rétinien de Cinder lui adressa un avertissement. Agacée, elle tenta en vain de l’éteindre en clignant des yeux. Elle voulait contempler la reine tranquillement. Elle voulait entendre sa voix. Qu’elle leur promette la paix et la sécurité, la richesse et le bien-être.

La lumière orange clignotait à l’angle de son champ de vision. Cinder mit un moment à comprendre de quoi il s’agissait. Ce signal n’aurait pas du exister. Il n’avait aucun sens.

« Mensonges. »

Elle ferma les paupières. Quand elle les rouvrit, l’illusion de bonté s’était estompée. Le sourire adorable de la reine était devenu dédaigneux, dominateur. Cinder sentit son ventre se nouer.

La reine était en train de leur laver le cerveau.

Elle lui lavait le cerveau, à elle.

Cinder recula et heurta un homme entre deux âges.

Le regard de la reine se tourna aussitôt vers eux et se focalisa sur Cinder. Une brève lueur de surprise éclaira son visage. Puis elle se changea en haine et en dégoût.

Cinder tressaillit et rentra la tête dans les épaules. Une main glacée lui étreignait le cœur. Elle aurait voulu fuir, mais elle avait les jambes en coton. Son affichage rétinien traçait des lignes confuses sur son champ de vision, comme s’il ne supportait plus d’être soumis au magnétisme de la reine.

Elle se sentait nue et vulnérable, perdue au milieu de cette foule sous le charme. Elle était convaincue que le sol allait s’ouvrir sous ses pieds et l’engloutir, que le regard de la reine la changerait en un petit tas de cendres gisant sur le pavé.

Les yeux de la reine s’assombrirent davantage, au point que Cinder craignit d’éclater en sanglots – même sans canaux lacrymaux.

Puis la reine tourna le dos et rentra dans le palais comme une furie. »


Extrait 2

« -Deux cents mille jeunes filles célibataires, répéta-t-il. Alors pourquoi pas vous ?

[…]

Alors qu’elle s’apprêtait à répondre, l’ascenseur s’arrêta.

– Je regrette. Mais, croyez-moi, ce ne serait pas une bonne idée d’y aller avec moi.

La porte s’ouvrit, et la tension se dénoua. Elle jaillit de la cabine, tête baissée, en évitant de croiser les regards des personnes qui attendaient l’ascenseur.

– Soyez ma cavalière pour le bal.

Elle se figea, comme tout le monde dans le couloir.

Cinder se retourna. Kai était toujours dans l’ascenseur, retenant la porte avec sa main.

Toutes les émotions de la dernière heure convergeaient chez elle en un seul et même sentiment écœurant: l’exaspération. Le couloir était rempli de médecins, d’infirmières, d’androïdes, de fonctionnaires, de techniciens, qui tous s’étaient mis à parler à voix basse et fixaient le prince et la fille en pantalon treillis avec laquelle il était en train de flirter.

De flirter.

Le dos bien droit, elle retourna dans la cabine et repoussa Kai au fond, sans se soucier que ce soit avec sa main en métal.

– Bloquez l’ascenseur, ordonna-t-il à l’androïde alors que la porte se refermait sur eux. (Il sourit.) J’ai au moins réussi à attirer votre attention. »


Extrait 3

« – Bien sûr que non, dit Cinder. Je n’irai pas au bal.

– Alors qu’est-ce qu’un cyborg pourrait bien faire de ça ?

– Je ne sais pas. Ce n’est pas moi qui… Il a juste…

– Peut-être que tu as cru que ça n’aurait pas d’importance, suggéra Pearl avec un claquement de langue. C’est ça ? Tu t’es dit que le prince – ou plutôt l’empereur – saurait passer sur tes petits… défauts ?

Cinder serra les poings, en s’efforçant d’ignorer la morsure des mots.

– C’est un client, c’est tout.

La lueur moqueuse s’éteignit dans les prunelles de Pearl.

– Non. C’est le prince. Et s’il avait su à quoi s’en tenir, il ne t’aurait même pas regardée.

Le ressentiment s’empara de Cinder. Elle fusilla Pearl du regard.

– Comme il l’a fait pour toi, quoi !

Elle regretta immédiatement de ne pas avoir tenu sa langue. Pourtant, l’indignation qui s’affichait sur le visage de sa sœur en valait presque la peine.

Soudain, Pearl jeta les gants par terre, puis saisit la boîte à outils sur l’établi et la retourna au-dessus. Cinder poussa un cri tandis que le contenu de la boîte se déversait avec fracas, en faisant rouler des vis et des écrous jusqu’au milieu de la rue. Les passants se retournèrent sur elles.

Pearl s’approcha très près de Cinder, les lèvres à peine entrouvertes.

– Tu as intérêt à nettoyer tout ça avant la clôture du festival. J’aurai besoin de toi ce soir. Je dois me faire belle pour le bal.

Les câblages de Cinder bourdonnaient encore quand Pearl empoigna ses paquets et s’éloigna à grands pas, mais elle passa aussitôt par-dessus l’établi et s’agenouilla devant sa boîte à outils. Elle la remit d’aplomb sans s’occuper de ses outils éparpillés, et extirpa du fatras les gants. Ils étaient pleins de poussière. Ce furent surtout les traces de cambouis qui lui serrèrent le cœur. Cinder les étala sur ses genoux et s’efforça de les défroisser, ce qui eut pour effet d’étaler les tâches. Les gants étaient magnifiques. Elle n’avait jamais rien possédé d’aussi beau.

Hélas, s’il y avait bien une chose qu’elle avait apprise depuis le temps qu’elle était dans la mécanique, c’est que certaines tâches ne s’en allaient jamais. »

————————————————————————–

Mon Avis:

On m’a fait l’éloge de ce livre de nombreuses fois, on me l’a chaudement recommandé, on n’a même voulu me le prêter pour que je daigne l’ouvrir !… au point où j’ai craqué et que j’ai fini par me le procurer. Et vous savez quoi ? Je suis ravie d’avoir cédé à l’insistance de mes amis lecteurs – et d’ailleurs, je les en remercie – car Cinder est réellement un livre fabuleux.

A vrai dire, j’ai longuement hésité à faire une fiche sur ce livre car je ne le vois vraiment pas comme une romance – malgré l’attirance indéniable entre Cinder et Kai – mais face à une si belle lecture, j’ai finalement brisé mes réticences et me suis plongée dans la rédaction de cet avis.

Bon, je le dis d’emblée: je suis complètement éblouie par la couverture. Elle est tout bonnement splendide ! Une pure merveille dans ma bibliothèque. Je ne vais pas m’épandre là-dessus mais l’illustrateur mérite bien quelques compliments pour un si beau travail, n’est-ce pas ? Quoi qu’il en soit, la couverture est bien digne de l’histoire qui se trouve être elle-aussi plutôt incroyable.

L’imagination de cette auteur m’a sidérée. Je ne dis pas que je ne suis pas friande des contes revisités mais j’avoue tout de même ne pas en avoir lu beaucoup. Deux ou trois – pas plus – et qui ne m’ont pas vraiment emballés. M’attendant donc à une énième reprise de Cendrillon malgré l’agitation évidente autour de ce bouquin, j’ai commencé ma lecture… pour la finir complètement stupéfaite. Et c’est à ce moment-là que j’ai pleinement compris la fascination suscitée par Cinder. Des humains et androïdes ? Une Cendrillon cyborg ? Une pandémie ? Des habitants sur la Lune ? C’est original, rafraîchissant et complètement inattendu. Nous sommes bien loin de Cendrillon et en même temps si proche ! C’est tout simplement étonnant. Nous sommes entraînés par l’histoire; on ne voit plus le temps passer ! Personnellement, je l’ai lu d’une seule traite. Impossible de détourner mon regard de ces lignes noires ne serait-ce qu’un seul instant… Par ailleurs, je n’ai pas attendu pour le relire une seconde fois le lendemain :D. La seule minuscule déception que j’ai pu avoir, c’est d’avoir percé à jour le mystère que représente Cinder bien avant qu’on nous le dévoile… Mais bon, cela n’a en rien gâché mon plaisir qui était présent du début à la fin ;).

Reste encore le sujet des personnages. Et là, je n’y trouve rien à redire non plus. Cinder m’a complètement envoûtée. J’ai tout d’abord été peinée pour elle: entre sa belle-mère et sa belle-sœur Pearl qui la traitent avec dérision, sa nature de cyborg qui se révèle être un véritable poids par moments et les différentes souffrances dont elle est victime, sa vie ne semble pas de tout repos. Mais ensuite, l’admiration prend le pas sur la pitié. On découvre sa détermination, son courage, sa combativité ainsi que l’affection dont elle fait preuve avec Peony ou encore Iko, son androïde de compagnie. C’est une héroïne comme je les aime: ni naïve, ni passive, elle a son propre caractère, prend ses propres décisions et a tout pour se faire aimer par le lecteur. Ce que je regrette, en revanche, c’est le manque de détails sur son apparence. Mis à part ses parties cybernétiques, nous ne savons rien d’autre, que ce soit la couleur de ses yeux ou encore de ses cheveux. Et pourtant, nous avons droit quelques fois au point de vue de Kai… D’ailleurs, Kai est un personnage assez agréable aussi. S’il semble très jeune et qu’il nous donne parfois l’impression d’un petit garçon espiègle, il arrive néanmoins à faire preuve de sérieux, de maturité, ce qui nous rappelle instantanément la place qu’il occupe dans la Communauté Orientale. Tout comme Cinder, il se fait facilement aimer et j’ai moi-même succombé à son charme. Un autre protagoniste m’a énormément plu et c’est le Dr Erland. Il a immédiatement accroché mon attention. Bien qu’enveloppé d’un voile de mystère et de mensonges, il m’a séduite par son enthousiasme et sa capacité à être honnête tout en étant cachottier. C’est un peu contradictoire en y pensant – être honnête tout en mentant – mais on comprend mieux après avoir lu le livre. Ce cher docteur a une personnalité intéressante qui détonne avec les autres personnages présents dans l’histoire. Sinon, j’ai également apprécié Iko, l’amusant androïde de Cinder, ainsi que l’adorable Peony, dont la jovialité et la sensibilité m’ont touché. Quant à Adri et Pearl, eh bien, elles sont fidèles à l’image que l’on nous donne dans le conte, c’est à dire une mégère éternellement insatisfaite et une fille capricieuse et égocentrique ;)…

Cela fait un petit bout de temps que je n’ai pas été happée par un bouquin et ce premier tome des Chroniques Lunaires a donc été une véritable bouffée de fraîcheur pour moi. J’ai tout aimé dans ce livre, que ce soit l’intrigue, les personnages ou l’univers et je suis plus qu’impatiente de savoir ce que nous réserve la suite. Rien à dire, dès que je croise une librairie, je fonce me dénicher tous les autres tomes de la série !

————————————————————————–

Intéressé par ce livre ? Retrouve-le sur amazon.fr ici:

Chroniques Lunaires, Tome 1: Cinder – Marissa Meyer

~~~

Et après la lecture, peut-être un petit quiz ? Mon Quiz Babelio


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s