Connections |Tome 1: Connected – Kim Karr

connected

Titre: Connections, Tome 1: Connected

(Original: Connections, Book 1: Connected)

Auteur: Kim Karr

Date de Parution: 01 Juin 2016

Éditeur: City Editions, Collection Eden, 400 pages

***

Présentation de l’auteur:

Kim Karr est une américaine aux multiples talents. Elle a déjà été, entre autres, chauffeur de taxi ou encore footballeuse avant de se lancer dans la carrière d’auteur. Par ailleurs, sa série « Connections » lui a permis de décrocher le titre d’auteur à succès par le New York Times ou encore le USA Today.

Retrouvez son site www.authorkimkarr.com

***

Quatrième de Couverture:

Lors d’un concert de rock, Dahlia tombe sous le charme d’un bad boy très séduisant. Ils s’embrassent fougueusement, puis Dahlia s’enfuit, fidèle à son petit ami Ben, le garçon qu’elle aime plus que tout.

Mais, deux ans plus tard, Ben est assassiné dans une bagarre. Dahlia se retrouve seule, complètement détruite, paralysée par cette tragédie. Jusqu’à ce que le magazine où elle travaille lui demande d’aller interviewer une jeune rock star.

River Wilde est devenu le chanteur d’un groupe ultra tendance. Il n’a jamais oublié le baiser qu’il a échangé avec Dahlia deux ans plus tôt… Mais la jeune femme est-elle prête à aimer de nouveau ? Avec un passé aussi douloureux, Dahlia et River peuvent-ils avoir un avenir ?

————————————————————————–

Description

Le personnage principal: Dahlia.

Dahlia London ne vit que pour sa passion de la musique et de la photographie… et pour Ben Covington, son petit-ami. Seule au monde depuis le décès de ses parents et du reste de sa famille, elle donne tout son amour pour Ben – ainsi que pour sa famille – et ne doute pas un seul instant de la profondeur de ses sentiments pour lui. Mais tout bascule soudainement lorsqu’elle croise la route d’un jeune chanteur de rock. Dès que leurs regards se croisent, elle ressent une connexion puissante et inexplicable se créer entre eux. Bien qu’elle soit fidèle à Ben, elle ne se dérobe pas du baiser que lui donne River et même si elle prend la fuite à la suite de cet événement, elle reste confuse face à la violence de ses émotions envers ce quasi-inconnu. Elle décide malgré tout de chasser cette soirée de sa tête et de reprendre le cours de sa vie avec son petit-ami bel et bien réel.

Deux années s’écoulent et bien que Dahlia et Ben soient toujours ensemble, leur relation s’est affermie en passant de petits-amis à fiancés. Tout se passe pour le mieux jusqu’au décès brutal de Ben. Dahlia est alors anéantie. Elle traverse une période sombre, pleine de douleur et d’incompréhension, sans joie de vivre ni de semblant d’émotion autre que la tristesse. Toutefois, ses proches ne la laissent pas se noyer dans le chagrin et après deux ans de deuil, ils lui recommandent d’aller de l’avant. Et c’est Aerie, son amie proche qui l’oblige à faire le premier pas. Souhaitant la ramener au travail, elle lui assigne la mission d’interviewer une rock star en devenir. Mais lorsque Dahlia apprend le nom de ce dernier, elle panique. Car cette étoile montante n’est autre que River Wilde, l’homme qu’elle a embrassé quelques années plus tôt et qu’elle n’a jamais su totalement effacer de son esprit. Néanmoins, sous l’insistance d’Aerie, elle cède et accepte le travail.

Une fois face à River, Dahlia découvre – à son grand dam – que l’étrange connexion est toujours présente, aussi forte qu’au premier jour. A partir de ce moment, Dahlia est écartelée entre désir et anxiété: céder à cette attraction pourrait-il être considéré comme un acte de trahison envers la mémoire de Ben ? Sera-t-elle capable de se jeter dans d’autres bras que ceux de son ex-fiancé ? Mais surtout, pourra-t-elle aimer à nouveau ?

————————————————————————–

Extraits:

Extrait 1

« Le bar était bondé et il n’y avait pas d’espace libre autour de moi. Il est resté où il était, les mains dans les poches, et m’a souri en retour. Et puis, il a passé la langue sur sa lèvre inférieure avant de me demander d’une voix grave et sexy:

– Tu étais en train de me fixer ?

J’ai fait la moue et levé les yeux au plafond. J’étais un peu choquée par sa franchise. J’ai pris une profonde inspiration en me redressant et en posant mes mains sur mes hanches.

– Non, je cherchais mon amie pendant que j’attendais ma commande. Et il s’avère que tu t’es retrouvé dans mon champ de vision.

Il a ri doucement avant de dire:

– Ce regard était très sensuel.

Je me suis mise à tousser et retenue de rire. Venait-il vraiment de dire ça ?

Lorsque le barman a apporté ma commande et l’a posée devant moi, mon téléphone s’est mis à sonner dans ma poche, mais je l’ai ignoré et j’ai continué à le fixer.

– Pourquoi crois-tu que je te regardais, d’ailleurs ?

Le client précédent a réglé sa note et est passé à côté de moi. Lui s’est déplacé pour libérer le passage et a jeté son bonnet près de mon verre. Sa proximité a fait accélérer mon pouls, et mon cœur s’est mis à battre plus fort. Penché sur le côté, il a appuyé sa hanche contre le bar. Les yeux toujours rivés sur les miens, il a répondu:

– Parce que je te fixais et j’espérais que tu faisais de même.

Quand je me suis retournée pour parler, j’ai aussitôt perdu le fil de mes pensées. J’ai directement regardé dans ses puissants yeux verts, si intenses, et je me suis perdue. L’attraction électrique n’a fait que grandir entre nous. J’avais peur de ne pas pouvoir en sortir indemne.

Il s’est mordillé la lèvre inférieure, et ses yeux ont parcouru mon corps. L’expression sur son visage m’a indiqué qu’il voulait faire plus que simplement discuter avec moi. J’ai eu une étrange sensation dans le ventre parce que j’en voulais plus, moi aussi. Ses yeux continuaient à m’étudier; mes bras se sont couverts de chair de poule. Je ne me souvenais pas d’avoir été dans cet état uniquement à cause de la manière dont quelqu’un me regardait.

Un moment de silence agréable est passé avant qu’il ne penche la tête d’une manière absolument adorable et affiche un grand sourire.

– Avec toute cette discussion pour savoir qui regardait qui, je crois que nous avons oublié les bases. Je m’appelle River, a-t-il dit en tendant la main et en affichant le plus diabolique des sourires. »


Extrait 2

« Quand le drame a frappé à nouveau, il était là, mon roc; la montagne dont je dépendais pour qu’elle me donne de la force. Je ne me souviens pas vraiment de l’enterrement de mes parents. Je pense que j’ai refoulé les souvenirs de cette période désastreuse. Mais je me souviens qu’il était assis près de moi, qu’il restait avec moi, prenait soin de moi tout comme il l’a fait quand mon oncle est mort. Je me souviens bien de l’enterrement de mon oncle. J’étais à genoux dans l’église vide, en train de pleurer, quand il s’est assis près de moi, quand il m’a tirée sur le banc. Il a défroissé ma chemise noire et m’a demandé:

– Je t’ai cherchée partout, Dahl. Que fais-tu ici si tôt ?

J’ai regardé autour de nous et, quand j’ai remarqué qu’il n’y avait personne d’autre dans l’église, j’ai réalisé que c’était tout à fait inapproprié. J’ai plongé dans ses yeux bleus et me suis remise à pleurer.

– Je suis toute seule, maintenant.

J’ai aussitôt détourné les yeux pour regarder n’importe où sauf lui. Je ne voulais pas qu’il me voie pleurer. J’étais plus forte que ça. J’étais une fille qui connaissait bien la mort. En regardant vers l’avant de l’église, je suis tombée sur Jésus sur la Croix. Les couleurs des vitraux se reflétaient sur la statue, et Jésus semblait incroyablement beau et tranquille. J’aurais aimé ressentir une telle paix.

Il a attrapé mon menton et m’a fait tourner la tête vers lui. Il me fixait avec ses yeux cristallins, aussi clairs que le ciel un jour sans nuages.

– Tu ne seras jamais seule; je serais toujours là pour toi, tu le sais, n’est-ce pas, Dahl ?

Mais il n’est plus là. Il est parti, tout comme le reste de ma famille, et je suis seule. »


Extrait 3

« Je regarde autour de moi pour déterminer d’ou vient la musique et découvre enfin que c’est mon sac à main qui chante. On entend bien fort le mot « sexy », et les paroles du premier couplet se terminent. Je ne peux m’empêcher de sourire et sortir de la file. Je fouille dans mon sac et attrape mon téléphone. Le nom « River Wilde » clignote sur l’écran.

– Hellooo ! dis-je, radieuse, en regardant vers l’avant du magasin.

Il est là, adossé contre le mur entre deux vitrines. Son pied est appuyé contre le papier peint rose fleuri du décor de la boutique. Il a une main dans la poche et l’autre tient son téléphone contre son oreille. Il affiche son grand sourire à fossettes et je lui souris, moi aussi. Il lève son portable pour que je le voie, puis le ramène à son oreille.

– Tu aimes la sonnerie que j’ai choisie ?

Je le regarde coincer son téléphone sur son épaule lorsque deux fans s’approchent de lui, stylo à la main. Il leur adresse un sourire poli et signe le dos du tee-shirt de l’une et l’épaule de l’autre. Je secoue la tête et lève les yeux au plafond en repensant qu’il m’a affirmé que presque personne ne le remarquait; je retourne au sujet de la sonnerie. Je devine qu’il s’est assigné cette sonnerie quand il a ajouté son numéro à mon répertoire.

– Oui, beaucoup, monsieur Je-ne-suis-pas-si-célèbre-que-ça, dis-je en lui faisant un signe du pouce.

Je lui montre mon épaule pour lui expliquer que je veux un autographe, moi aussi, tout en mimant un stylo avec ma main. Il secoue la tête à son tour et raccroche. J’ai presque le souffle coupé par sa perfection lorsqu’il fait un charmant signe de la main pour dire au revoir à ses deux groupies et commence à marcher vers moi. Je sors de la file pour l’accueillir.

– Hé ! beau gosse, tu ne devais pas… ? dis-je quand il est assez près.

Mais il baisse la tête et m’embrasse, m’empêchant de finir de poser ma question.

– Belle gosse toi-même ! lance-t-il en s’éloignant.

J’ai oublié ce que j’allais lui demander et je me dis que ça ne devait pas être bien important. Avant de prendre ma main, il fait semblant de signer son nom sur mon épaule, et son contact m’envoie des frissons dans le dos.

– Merci, monsieur la rock star. »

————————————————————————–

Mon Avis:

Le résumé m’intriguant et promettant même quelques surprises, je me suis procuré ce livre en m’attendant à – pas vraiment à un coup de cœur – mais plutôt une révélation. Je me suis donc lancée tête en avant dans une lecture… fastidieuse.

Oui, fastidieuse est le bon mot pour décrire ce bouquin. Ce n’est pas de gaieté de cœur que je le dis mais c’est ainsi que je le perçois. Le résumé nous dit déjà tout: une fille échange un baiser étourdissant avec un garçon, s’enfuit puis le retrouve quelques années plus tard avec, entre-temps, le décès de son fiancé et un deuil prolongé. La connexion qui les unissait autrefois est toujours présente et ils décident de l’explorer plus profondément. Bon, à ce stade, le plus gros de l’histoire nous est présenté et nous ne demandons alors plus qu’à découvrir l’évolution de la relation de Dahlia et River. Car nous pressentons immédiatement la suite des événements, aucun doute là-dessus. Mais malgré cela, nous souhaitons être surpris, happés par les émotions, bouleversés par leur connexion et surtout, nous rapprocher des personnages. Eh bien, rien de tout ceci ne m’est arrivé. Et je vous l’explique plus en détails.

Tout d’abord, le livre m’a semblé horriblement long, et plus particulièrement à partir du moment où Dahlia se met en couple avec River. Avant cela, je suivais l’histoire patiemment – avec un certain appétit à dire vrai -, mais ensuite, je n’étais pressée que d’une seule chose: achever le livre et passer à autre chose. Je me rappelle même qu’au bout d’un certain temps, j’ai regardé la page que je lisais (ce devait être vers la page 195, il me semble) puis en jetant un coup d’œil aux pages restantes, je me suis demandée ce qui pourrait bien se passer pour justifier ce nombre de pages. Car dès que nos deux tourtereaux couchent ensemble pour la première fois, l’histoire devient plate. Ils filent une vie parfaite, avec cette connexion unique d’âmes-sœurs entre eux, et tout ne se résume plus qu’au désir et au sexe. Brutal mais vrai. J’ai eu un manque cruel d’action, d’émotion… Je voulais plus et j’attendais en vain une poussée d’énergie pour faire vivre le récit. Les seuls rares moments où un problème – même assez conséquent – apparaissait, il était balayé en coup de vent et on retombait instantanément dans l’ennui. Pourquoi ? Eh bien tout simplement parce que leur attirance, leur « connexion » est THE élément principal de l’histoire, laissant le peu restant aux oubliettes. D’où le titre du livre… Mais si la déception face à l’histoire était cuisante, ce n’est rien à côté de celle que j’ai ressenti face aux personnages.

Il est donc temps d’analyser un peu les personnages. Et je préviens tout de suite qu’aucun n’a réussi à faire vibrer complètement mon cœur mou de romantique – hormis River mais de façon très superficielle. Je commence par Dahl – Dahlia -, la jeune femme endeuillée et assaillie par la douleur qui redécouvre le désir. Je vais faire court (sinon, je risque de consacrer une bonne soixantaine de ligne à son sujet): cette femme est un nid de contradictions et de remords à elle toute seule. Prenons des exemples pour illustrer mes propos. Elle décide que la période de deuil est terminée et choisit d’aller de l’avant avec River puis brusquement, elle change d’avis, estime qu’elle trahit la mémoire de son ex-fiancé et hop ! encore un revirement et elle se jette dans les bras de River. Une fois, c’est pardonnable mais pendant trois quart du livre ? Non. Tout comme le fait qu’elle ne cesse de comparer Ben et River jusque dans les moindres détails, aussi insignifiants soit-ils. Je comprends qu’elle a vécu une triste période et que la perte de son fiancé lui pèse, mais aller jusqu’à comparer puis juger que Ben n’était pas ci, n’était pas ça, et que River, lui, était ceci ou cela, c’est vraiment lourd. Surtout lorsque cela s’étend sur le livre dans sa quasi-totalité. J’avais souvent l’impression qu’elle n’aimait pas autant Ben qu’elle le prétendait et que sa vie était à la limite du pénible à ses côtés… Pour en dire plus, Dahlia est un personnage très prévisible, très répétitif dans ses pensées et gestes, et – pour ma part – exaspérante. Elle ne m’a absolument pas ravie ce que je trouve franchement dommage car, au vu de son passé, elle aurait pu être réellement attachante. Passons maintenant à River Wilde. Ah, River… C’est tout bonnement la perfection incarnée. Si, si, je vous l’assure ! Un homme au corps de rêve (comme Dahlia ne cesse de nous le rappeler) ? Parfait ! Un homme qui vous dit au moins trois fois par chapitre combien vous êtes belle, splendide, merveilleuse ? Parfait ! Un homme qui ne cesse de vous prouver son amour en passant à l’acte toutes les vingtaines de pages ? Parfait ! Un homme qui vous réconforte, qui vous comprend et dont la vie entière ne tourne qu’autour de vous ? Parfait ! Vous l’aurez compris, c’est l’homme idéal. Heureusement que l’auteur nous fait cadeau de son point de vue sur les quelques chapitres à la fin du bouquin, sinon je commencerais à croire que c’est un spécimen d’une toute autre planète ! Car c’est grâce à ces quelques chapitres que j’ai appris à l’apprécier. Il est « humanisé ». Je suis enfin arrivée à le voir comme un humain, avec des défauts, des incertitudes et des émotions. On découvre alors que derrière son visage amusé et confiant se cache un tout autre homme. Un homme incertain des sentiments de sa compagne, anxieux à l’idée de la perdre et surtout, un homme ayant des secrets qu’il refuse de dévoiler à celle-ci. Je me suis vraiment sentie proche de lui à ce moment-là et je regrette seulement que nous n’ayons pas eu droit à son point de vue tout au long du livre…

Une autre chose m’a également fait tiquer par rapport aux personnages: le manque de personnages secondaires. Ils n’apparaissent qu’en début de livre puis de façon plus importante vers les trois quarts du bouquin, mais le reste du temps, nous sommes enfermés dans la bulle de Dahlia et River. Cela se fait ressentir et accentue encore plus intensivement la lassitude provoquée par le comportement mièvre et répétitif des deux amoureux. Un manque que certains pourraient ne pas trouver si dérangeant que ça mais ce fut mon cas.

Pour finir, je voudrais parler un peu de l’écriture. Je ne sais pas si c’est la traduction ou si c’est l’auteure, mais il y a beaucoup de répétitions – ce qui ne passe pas inaperçu selon moi – et le vocabulaire est assez pauvre. Non pas que je recherche systématiquement dans un livre une plume « sophistiquée » mais j’apprécie une belle écriture, fluide et plaisante à lire. Ce que je n’ai pas trouvé dans cette lecture.

En résumé, Connected n’est pas une romance que je recommanderais, sauf si vous aimez les histoires simples et sans prises de tête avec amour à volonté… Et même si l’auteure à réussi à titiller ma curiosité en fin de livre, je ne pense pas m’acheter le second tome mais plutôt l’emprunter à une amie… La seule chose qui m’a plu dans ce bouquin, ce sont les références musicales qui expriment les pensées et les sentiments des personnages. Je raffole des livres qui le font et c’est un véritable bonheur pour moi ;)

————————————————————————–

Intéressé par ce livre ? Retrouve-le sur amazon.fr ici:

Connections, Tome 1: Connected – Kim Karr


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s