Les Vampires Argeneau |Tome 1: En Cas d’Urgence – Lynsay Sands

En Cas d'Urgence

Titre: Les Vampires Argeneau, Tome 1: En Cas d’Urgence

(Original: Argeneau Series, Book 1: Quick Bite)

Auteur: Lynsay Sands

Date de Parution: 21 Janvier 2011

Éditeur: Milady, Collection Bit-Lit, 416 pages

***

 Présentation de l’auteur:

Lynsay Sands est une auteure canadienne, et plus précisément une romancière, qui écrit aussi bien des romances contemporaines et historiques que des romances paranormales. Nombre de ses œuvres ont été classés best-sellers notamment par le USA Today ou encore le New York Times mais elle doit une grande partie de son succès à sa fameuse série Les Vampires Argeneau.

Retrouvez son site www.lynsaysands.net

***

Quatrième de Couverture:

Cela fait des siècles que Lissianna Argeneau cherche l’âme sœur, l’homme idéal, bien sûr. Mais elle a un problème que sa mère s’est mis en tête de régler: elle s’évanouit à la vue du sang. Le comble pour un vampire et un véritable drame dans la célèbre famille des vampires Argeneau.

Alors Madame enlève un séduisant thérapeute pour l’offrir à son héritière. Quand Lissianna le découvre, attaché à son lit, elle pense qu’il s’agit d’un en-cas. Mais se pourrait-il que le docteur Gregory Hewitt soit en fait le plat de résistance ?

Enfin, pas trop coriace, car après tout Lissianna est, elle aussi, tout à fait irrésistible…

————————————————————————–

Description:

Les personnages principaux: Lissi et Greg.

Lissianna Argeneau, vampire âgée de près de 202 ans, fait partie d’une des familles les plus anciennes et les plus respectées dans la communauté des vampires. Jeune femme modèle, elle a tout pour plaire: elle est splendide, gentille, bienveillante, compatissante… Bref, la douceur incarnée. Elle est également infiniment aimée de toute sa famille… et atteinte d’une phobie des plus gênantes: l’hémophobie. Si les humains peuvent vivre normalement avec cette contrainte, ce n’est absolument pas le cas d’un vampire qui doit se sustenter régulièrement de sang pour survivre… Car dès que Lissianna voit du sang, elle s’évanouit immédiatement ce qui rend son alimentation plus que compliquée. Elle est constamment affaiblie, affamée même si elle essaie de se nourrir tant bien que mal… Mais si elle a réussi à tenir avec un tel régime durant deux siècles, elle peut bien continuer de cette façon, n’est-ce pas ? Et de toute façon, Lissi s’est résignée depuis longtemps à vivre avec sa phobie, les thérapies la rendant plus que méfiante. Et voilà qu’un jour, elle découvre dans sa chambre un homme – plutôt séduisant qui plus est – attaché à son lit. Un cadeau d’anniversaire, lui a-t-on dit ! Après quelques malentendus, Lissi découvre qu’en réalité le docteur Gregory Hewitt a été sollicité – ou plutôt enlevé – par sa mère pour qu’il la guérisse… Bien que sceptique, elle accepte néanmoins de suivre la thérapie que lui proposera le docteur. Mais ce qui devait être une relation strictement professionnelle va rapidement se transformer en une relation plus intime qui va amener Lissianna à ressentir des émotions qu’elle n’a jamais éprouvées au cours de ses deux siècles d’existence…

Le docteur Gregory Hewitt est un psychologue spécialisé des phobies à la réputation incontestable. Il est âgé de 35 ans et est un véritable bourreau de travail ! Ce trait de caractère l’empêche d’avoir une quelconque vie sentimentale et malgré l’insistance de sa famille à se trouver une femme, il continue de mener une vie principalement axée sur le boulot. Mais cela se fait ressentir et Greg décide de prendre des vacances pour se libérer du stress et faire quelques rencontres – féminines, bien évidemment ! Toutefois, il voit tous ses plans tomber à l’eau lorsque, pour une raison inconnue, il se surprend à suivre une femme totalement étrangère dans une voiture puis à se faire ligoter à un lit sans contrainte aucune… Et lorsque Greg reprend ses esprits, il apprend qu’il est censé être le « cadeau d’anniversaire » d’une personne ! Dérouté, frustré et anxieux, il tente de comprendre la situation lorsque surgit la femme la plus sublime qu’il ait jamais vu… S’il est censé être son cadeau, il n’a pas la moindre intention de se plaindre. Il y a bien pire que d’être l’esclave sexuel d’une si belle créature ! Mais à sa grande déception, il apprend rapidement qu’on attend de lui qu’il s’attaque à la phobie de Lissianna et que c’est dans ce but qu’il a été emmené jusqu’à ce lieu. Gregory est partagé entre son désir d’aider la jeune femme en tant que psychologue ou entamer une relation avec Lissianna en tant qu’homme… surtout lorsqu’il découvre que la famille Argeneau n’est pas exactement ce qu’elle semble l’être et que Lissianna est bien plus qu’une simple humaine…

————————————————————————–

Extraits:

Extrait 1

« – Dépêche-toi, lança Thomas tandis qu’elle montait l’escalier à vive allure.

Lissianna lui fit un vague signe par-dessus l’épaule une fois arrivée à l’étage et longea le couloir jusqu’à sa chambre à coucher, mais elle se dit que c’était en fait un bon conseil. Marguerite Argeneau ne serait pas contente qu’ils soient en avance, mais Thomas parviendrait à lui faire oublier son énervement initial en un tournemain. Pour cette simple raison, il valait mieux qu’elle soit auprès de Thomas et des autres quand elle la croiserait.

Espèce de lâche, se réprimanda Lissianna. Elle avait plus de 200 ans, à son âge on ne craignait plus de fâcher sa mère.

– C’est ça, ouais, marmonna-t-elle, reconnaissant qu’elle craindrait sans doute la colère de sa mère même après son 600e anniversaire.

Il lui suffisait de regarder ses frères pour en avoir la certitude. Ils étaient indépendants, autonomes et adultes… dans le genre bien âgé, et s’inquiétaient encore de plaire ou de déplaire à Marguerite Argeneau.

Ça doit venir de la famille, décida-t-elle en ouvrant la porte de la chambre qui était la sienne il n’y a pas si longtemps, et où il lui arrivait parfois de dormir, quand elle restait tard et n’avait plus le temps de rentrer chez elle avant le coucher du soleil. Lissianna pénétra dans la pièce, puis s’arrêta tout net et écarquilla les yeux, surprise à la vue de l’homme sur le lit.

– Oh, pardonnez-moi, mauvaise chambre, murmura-t-elle avant de refermer la porte derechef.

Elle demeura dans le couloir, les yeux dans le vague et l’air interdit puis se rendit compte soudain qu’elle ne s’était pas trompée de pièce par inadvertance. C’était bien son ancienne chambre à coucher. Elle y avait dormi pendant des décennies et la reconnaîtrait entre toutes. Elle ignorait cependant pourquoi un homme se trouvait dans son lit. Et surtout, pourquoi y était-il attaché, bras et jambes écartés ? »


Extrait 2

« Greg la cajola encore un peu puis se retira en douceur.

– Lissianna ? (Quand elle releva la tête, son visage était pâle. Greg fut tenté de l’embrasser, mais il devait d’abordait d’abord connaître la réponse à l’interrogation qui venait d’effleurer l’esprit.) Je suppose donc que vous n’avez jamais tué un hôte après vous en être nourrie. Vous ne les saignez pas complètement ?

– Bien sûr que non ! rétorqua Lissianna, outrée qu’il puisse poser une question pareille, et Greg sourit, relâchant le souffle qu’il n’avait même pas conscience de retenir.

La nouvelle le ravit tellement qu’il aurait pu l’embrasser. Cette pensée attira son regard vers ses lèvres, et il se retrouva soudain à se pencher vers elle, pour assouvir son envie.

Lissianna ne se retira pas et n’essaya pas de le repousser. Elle cligna brièvement des paupières avant de les fermer, puis sentit les lèvres de Greg caresser les siennes. Ils poussèrent tous deux un petit soupir, et la passion les submergea comme si elle avait été contenue tout ce temps et que les vannes cédaient enfin. Comme une marmite en ébullition qui déborderait, Greg ressentit le désir envahir tout son être. Il inséra sa langue entre les lèvres de Lissianna, puis se figea au son de la voix de Thomas qui infiltrait ses pensées.

– Comment pouvez-vous nous croire capable de saigner un mortel à blanc ? Il n’y a rien de plus stupide. C’est comme tuer une vache laitière. Comment voulez-vous traire le lait d’une vache laitière morte ? »


Extrait 3

« Elle fut réveillée par une brise glaciale. Lissianna, engourdie par le sommeil, murmura une plainte contre l’air glacé, enroula la couverture de laine plus serré autour de son cou et recroquevilla en position fœtale pour tenter de se réchauffer, mais le froid persistait toujours. Elle soupira, consciente qu’elle devait se relever pour monter le chauffage, ou alors trouver une seconde couverture avant de pouvoir de nouveau se laisser voguer vers la torpeur. Elle ouvrit les yeux et roula sur le dos, puis se figea, horrifiée, quand elle discerna la silhouette lugubre qui la surplombait.

L’espace d’un instant, elle se crut paralysée, son corps la bombardant d’adrénaline pour la pousser à réagir, puis elle se dit que cela devait être Greg qui venait lui parler, et elle se détendit. Lissianna attendit qu’il prenne la parole, et ne se rendit compte de son erreur que lorsque le bras, qu’elle n’avait pas vu, se leva et plongea soudain vers l’avant, et qu’elle sentit le pieu lui transpercer la poitrine. »

————————————————————————–

Mon Avis:

En lisant le quatrième de couverture de ce livre, je me suis dit: « L’histoire a l’air plutôt intéressante avec ce vampire qui appréhende le sang et même amusante si l’on prend en compte le docteur qui se réveille dans le lit dudit vampire. Allez, je prends. » Et là, à la fin de ma lecture, une petite piqûre de déception se fait ressentir.

L’histoire est certes amusante et cela pour de multiples raisons. Que ce soient les commentaires de Gregory sur la nature des vampires, les pensées lubriques qui traversent l’esprit de ce dernier ou encore les échanges entre les différents personnages, il y a presque toujours un motif pour sourire – et même rire ! Au moins, cela a eu l’effet de m’égayer un peu ;) Par contre, je m’attendais à plus d’action (comme dans toute romance paranormale digne de ce nom) et sur ce point précis, je n’ai pas du tout été satisfaite. L’histoire est totalement centrée sur la relation de Lissi et Greg et mis à part les 20 dernières pages et quelques petits moments de léger suspense, il n’y en a pas. Nada. Et c’est dommage car le début était vraiment prometteur… Je pourrais également faire part d’une autre déception ou plutôt d’une incompréhension. La présence de Greg chez les vampires s’explique par son devoir de soigner Lissianna de son hématophobie donc on s’attend naturellement à participer à une thérapie quelconque, et pourtant, pas une seule fois, le docteur ne se penche en ce sens. D’où mon incrédulité: Où est la solution au problème de Lissianna ? Problème qui se présentait comme étant le point principal du livre par ailleurs… Et moi qui était curieuse de savoir comment elle se débarrasserait d’une phobie aussi incommodante. A n’y rien comprendre – vraiment.

Toutefois, si je n’ai pas été complètement emballée par le récit, une chose a réussi à me fasciner: l’histoire de la création des vampires. Ce n’est pas la première romance paranormale mettant en scène des vampires que je découvre (et sûrement pas la dernière d’ailleurs :P), et chacune avait son idée propre sur l’apparition des vampires, mais c’est de loin la théorie la plus intéressante et la plus originale que j’ai lu. Rien que pour ceci, j’ai envie d’applaudir l’auteure et son imagination car franchement, je n’ai pas imaginé une seule fois une telle possibilité…

Passons maintenant aux personnages. Alors, je les ai trouvé un peu fades. Lissianna ne m’a pas vraiment inspiré de sympathie car pas assez de caractère à mon goût, même si elle montre un peu de courage quelques fois. Greg, c’est un autre cas. S’il n’est pas assez « profond » selon moi, il a tout de même réussi à me divertir au point de l’apprécier au fil de l’aventure. Ce sont surtout ses pensées et ses réflexions qui m’ont bien fait rire car si à première vue, le docteur Gregory Hewitt semble sérieux et innocent, ses pensées envers Lissi le sont beaucoup moins ! Cependant, le reste de la famille Argeneau a su piquer ma curiosité, notamment le cousin Thomas plutôt espiègle et l’oncle Lucian, que l’on voit que très peu et qui a pourtant attiré mon attention. Je me serais procuré la suite rien que pour connaître leurs propres péripéties :D

En conclusion, c’est une petite lecture agréable, voire sympathique, qui présente une image des vampires plutôt singulière mais si j’ai acheté ce premier tome, je doute de le faire pour les suivants même si, comme je l’ai fait comprendre, j’aimerais découvrir l’histoire de Thomas et Lucian. Etant donné que c’est une amie qui m’a présenté cette série et qu’elle est en possession de l’intégralité de celle-ci, je préfère lui emprunter ses bouquins et garder mon argent pour des livres plus attractifs…

————————————————————————–

Intéressé par ce livre ? Retrouve-le sur amazon.fr ici:

Les Vampires Argeneau, Tome 1: En Cas d’Urgence – Lynsay Sands


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s