Envoûtement |Tome 1: Envoûtement – Carrie Jones

Envoutement

Titre: Envoûtement, Tome 1: Envoûtement

(Original: Need, Book 1: Need)

Auteur: Carrie Jones

Date de Parution: 09 Septembre 2009

Éditeur: City Editions, Collection Poche, 416 pages

***

Présentation de l’auteur:

Carrie Jones est une romancière « Young Adult » américaine qui s’est assurée le succès auprès de ses lecteurs principalement grâce à sa série culte « Envoûtement ». Cette dernière compte 4 quatre tomes et a connu non seulement un franc succès en France, mais également dans le monde entier.

Retrouvez son site www.carriejonesbooks.com

***

Quatrième de Couverture:

Zara collectionne les phobies et les angoisses, comme les autres jeunes filles de son âge collectionnent les bâtons de rouge à lèvres. La vie n’a pas été tendre avec elle et sa mère, incapable de s’occuper d’elle, vient de l’envoyer vivre chez sa grand-mère. Zara espère pouvoir y vivre en sécurité, loin de ses peurs. Pourtant, les froides forêts de la région n’ont rien de rassurant, et d’étranges aventures attendent la jeune fille… Qui est ce garçon qui la suit partout et semble si maléfique ? Heureusement, Nick, un élève de sa classe, veille sur elle, et sa beauté ténébreuse n’est pas le moindre de ses atouts… Mais n’a-t-il pas, lui aussi, de lourds secrets ? Zara ne va pas tarder à découvrir que le danger se cache derrière les apparences… Et que les humains ne sont pas ceux que l’on imagine !

————————————————————————–

Description:

Le personnage principal: Zara.

Zara White, jeune lycéenne vouant une véritable passion pour les phobies de tout genre, voit soudainement sa vie basculer du tout au tout. Après la mort tragique de son père, elle est envoyée par sa mère dans le Maine, pour vivre avec sa grand-mère, Betty. Dès son arrivée, Zara ne voit pas son nouvel environnement d’un très bon œil et surtout la température qui y règne: il fait tellement froid dans le Maine, comparé à sa chère ville de Charleston où la chaleur est un véritable bonheur ! Mais sachant que le choix ne lui appartient pas, elle se plie aux exigences de sa mère, et s’installe chez Betty, reprenant ainsi le cours de sa vie avec le lycée et ses missions pour Amnesty International. Zara étant une vraie pacifiste, cette cause lui tient particulièrement à cœur et elle s’y donne cœur et âme.

Jusque-là, tout allait bien. Elle s’est fait de nouveaux amis, Issie et Devyn, a rencontré de charmants garçons nommés Ian et Nick et les relations avec sa grand-mère sont des plus engageantes. Mais de curieux événements vont commencer à se produire, notamment d’étranges disparitions, et Zara ne compte absolument pas rester les bras croisés. Toutefois, elle-même n’est pas en sécurité car depuis quelques temps, elle n’arrête pas de voir un homme étrange et troublant et cela sans compter les voix mystérieuses qui ne cessent de l’appeler du fond des bois en pleine nuit…

La vie dans le Maine ne se révèle pas aussi tranquille et ennuyeuse qu’elle l’avait cru et avec ses nouveaux compagnons, elle est bien décidée à trouver la réponse à ses questions: Pourquoi de jeunes garçons disparaissent-ils aussi soudainement, sans laisser de traces ? Qui est cet homme qui ne cesse d’apparaître et de disparaître ? A travers son enquête, Zara découvrira que certaines personnes ne sont pas forcément ce qu’elles prétendent être…

L’Univers

Le monde n’est pas tellement »humain » que l’on pourrait le croire. En effet, des créatures aussi étranges que dangereuses se cachent dans la pénombre, les forêts… et sous la peau. Et oui, sous la peau, car nous avons affaire ici à deux espèces capables de se camoufler en revêtant une toute autre apparence physique: les garous… et les lutins.

Les garous sont ce qu’ils sont censés être: des êtres-humains capables de se transformer en animal. Ils se métamorphosent au gré de leurs envies (mais pas forcément toujours surtout lorsque leurs instincts entrent en jeu) et sont parfaitement capables de vivre parmi les humains « ordinaires ». Quelques petits signes peuvent toutefois trahir leur nature animale comme des gestes ou des tics, mais généralement, les humains n’y prêtent pas attention ou les prennent pour une étrange et/ou amusante habitude. Mais si les garous acceptent les humains et vivent en paix avec eux, ils n’ont pas les mêmes dispositions envers un autre peuple: celui des lutins.

Les lutins, tout comme les garous, se fondent dans la masse humaine mais sont loin de s’intégrer totalement à eux. Disons qu’ils les prennent plus pour une nourriture potentielle, même s’ils peuvent s’en abstenir. Tous les lutins sont liés à leur roi, dont les gestes, les émotions et l’état, aussi bien physique que moral, vont influencer directement ces premiers. Autres faits: les lutins sont dotés de quelques pouvoirs, notamment le charme qui leur permet de camoufler leur peau bleue et leurs dents pointues, et préfèrent vivre à l’écart des grandes villes. Leur existence est peu étendue ce qui leur garantit une protection presque totale face aux humains… mais pas contre leurs ennemis: les garous.

Quelques Précisions: Amnesty International.

Zara fait partie de l’Amnesty International et elle y participe activement. J’ai donc pensé que ce serait une bonne chose d’expliquer dans les grandes lignes ce qu’est cette organisation et quel est son but, pour ceux qui n’en ont jamais entendu parler.

Amnesty International est une Organisation Non-Gouvernementale qui défend les droits de l’homme énoncés dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948 et autres textes internationaux relatifs aux droits humains. Ainsi, cette organisation contribue à lutter contre les atteintes aux droits humains commises dans le monde entier, des atteintes telles que la torture, la discrimination, la peine de mort, la privation de la liberté d’expression, etc…

Amnesty International est un mouvement mondial regroupant plus de 7 millions de personnes et, comme mentionné plus haut, indépendant ce qui signifie qu’étant exempt d’une quelconque influence, que ce soit politique ou religieuse, il est en mesure de dénoncer toute violation du droit humain en toute impartialité. Leurs actions sont financées grâce à leurs membres et à leurs généreux donateurs mais aucunement par des entreprises, des Etats ou des partis politiques.

Leur mode d’action est simple. Tout d’abord, des enquêtes vont être menées sur le terrain pour regrouper les informations nécessaires pour élaborer un rapport dénonçant une quelconque atteinte. Ces informations seront alors utilisés pour exercer une pression sur les autorités et les décideurs (gouvernements, groupes armés, entreprises…), pour mobiliser des militants (à travers l’écriture de lettres, la signature de pétitions, des rassemblements et des manifestations, des débats publics et autres) et/ou encore pour sensibiliser le public.

Amnesty International ne cesse d’évoluer au fil des ans et leurs actions ont déjà permis de venir en aide à de nombreuses personnes victimes d’injustices tout comme ils ont permis de modifier des lois jugées oppressives.

Si vous désirez en savoir plus ou si vous voudriez vous joindre à cette cause, je vous invite à cliquer ici: Amnesty International France

————————————————————————–

Extraits:

Extrait 1

« Soudain Devyn se raidit, un bruit sourd monte du fond de sa gorge, comme un geignement. Issie pose la main sur son bras.

– Issie ? dit-il d’une voix faible.

Elle ne répond pas.

Je suis son regard vers les grandes vitres de la cafétéria, et je vois la raison de son inquiétude. A la lisière du bois se tient un homme.

– Et merde…, dis-je.

Issie réagit aussitôt.

– Tu le connais ?

Je sens qu’elle et Devyn me dévisagent avec une attention nouvelle. J’essaye de me faire toute petite. J’aimerais leur renvoyer leur regard, mais je suis trop occupée à regarder l’homme lever le bras et tendre la main vers la cafétéria, vers nous, vers moi.

– Il me montre du doigt ! dit Devyn en se recroquevillant presque sur lui-même.

La peur transforme sa voix en quelque chose de glacé et de friable. Issie lui prend le bras tandis qu’il répète:

– Il me montre du doigt, Issie ! Oh ! mon Dieu…

– Non, dis-je. C’est moi qu’il montre du doigt.

Mes muscles sont tétanisés.

– Bon sang… Qu’est-ce que c’est que ce mec ?

[…]

– Il me suit.

– Qui te suit ? intervient Devyn. Le type dehors ? Tu en es sûre ?

– Je sais, ça paraît bizarre.

Sur les nerfs, je me mets à plier ma serviette en carrés de plus en plus petits.

– Pourtant, je vous jure que c’est la vérité. Je l’ai vu à Charleston, je l’ai vu à l’aéroport et maintenant il est ici. Il se passe quelque chose de grave. Ça n’est pas normal. Ça n’est pas… non, par normal du tout.

Devyn secoue la tête.

– Ça n’annonce rien de bon…

– Que veux-tu dire ?

La cloche sonne. Issie se lève, mais Devyn ne s’écarte pas tout de suite de la table.

– Laisse-moi le temps de faire quelques recherches sur le sujet, dit-il, et on en reparle.

Je me lève.

– Quoi ? Tu crois que c’est un tueur en série, ou un type qui me harcèle ?

Deryn acquiesce lentement.

– C’est absurde ! Pourquoi je le croiserais partout où je vais ? Tu crois que ça a un rapport avec ce garçon qui a disparu ?

Je regarde le sommet de son crâne. Ses cheveux tourbillonnent. Mais ce sont ses yeux qui me surprennent. J’ai l’impression qu’il ne me dit pas tout.

– Tu pensais qu’il te montrait du doigt…

Un muscle tressaute dans sa joue. Il détourne la tête, imperceptiblement.

– Je suppose que je me trompais.

– Tu avais peur.

Il me fait face à nouveau. Ses yeux étincellent comme s’il venait de comprendre quelque chose.

– Toi aussi, Zara. »


Extrait 2

« Je roule depuis à peine cinq kilomètres quand les pneus de ma Subaru produisent un bruit horrible. Toute la voiture part en dérapage sur le côté droit, en direction de la forêt.

En freinant de toutes mes forces, je hurle:

– STOOOOP !

La voiture ralentit et s’immobilise à un angle de quarante-cinq degrés sur la bande d’arrêt d’urgence.

– O.K., on se calme, dis-je au volant. Pas la peine de paniquer.

Le volant ne panique pas.

– Bon, je suppose que c’est mon karma; je paye parce que je n’ai pas su prévoir plus tôt le coup du dingue qui me suit partout, c’est ça ?

J’essaye de remettre la voiture sur la route, mais les roues patinent, dégagent une épaisse fumée.

– O.K., petite voiture, tu protestes contre les routes. Ce sont des pièges mortels pour les animaux, elles sont indifférentes à la cause environnementale et, mal entretenues, entravent l’écoulement des eaux… Je suis d’accord. Mais tu ne voudrais pas qu’on proteste plutôt cet été ?

J’essaye à nouveau de manœuvrer.

L’une de mes roues s’encastre dans l’espèce d’ornière sur le bord de la route.

Tout mon corps est pris de tremblements. Nouvelle tentative… La voiture glisse sur le côté.

Bon. J’ai maintenant deux roues coincées dans l’ornière.

– Yoko ! Ne me fais pas ce coup-là !

Quoi ? Je viens de baptiser ma voiture… Yoko ? Pourquoi ? Aucune idée. Yoko défendait toujours John, alors que cette Subaru vient de m’abandonner lâchement…

[…]

Le soleil se couche et il est 17 heures.

Comment font les gens pour vivre ici ? Vivre dans une région où le soleil se couche si tôt devrait être interdit pas la loi. Si j’étais dictateur, j’imposerais cette loi. Mais, vu que je ne suis pas dictateur, je sors en titubant dans le froid et allume une balise trouvée dans le kit d’urgence que m’a laissée Betty. Je vérifie les pneus. Puis je remonte dans la voiture.

Quelqu’un frappe à la vitre de Yoko.

Je sursaute dans mon siège et pousse un hurlement. Sans ceinture de sécurité, j’aurais sans doute heurté le plafond de l’habitacle.

Terrifiée, j’enfouis mon visage dans mes mains. Quelqu’un pianote à nouveau la vitre. Enfin, enfin… je trouve le courage de regarder. »


Extrait 3

« Soudain, je l’entends.

Mon prénom.

– Zara.

Je trébuche légèrement, bute sur une pierre ou quelque chose qui traîne sur la bande d’arrêt d’urgence. Pourquoi n’y a-t-il pas de voitures par ici ? Oh, c’est vrai: le Maine n’est pas exactement l’Etat le plus peuplé d’Amérique, surtout l’endroit où vit Betty.

Je continue de courir, retrouve mon rythme, reste aux aguets.

Puis je l’entends encore. Mon prénom qui semble ricocher, comme en écho, sur chaque arbre de la forêt. Il résonne des deux côtés de la route, derrière moi, partout autour de moi. Pourtant, c’est une voix douce. Un doux murmure impérieux.

– Zara. Viens à moi, Zara.

On dirait un refrain tiré d’une mauvaise comédie musicale, une phrase sirupeuse, même pas effrayante.

Hum… le mensonge est trop gros là: je suis terrorisée.

Foutaises… Foutaises, foutaises, foutaises…

C’est ce que je voulais. Je voulais le faire sortir de sa tanière. Et maintenant ? La peur accélère ma course, mes battements cardiaques… Mon cœur martèle ma poitrine, comme s’il essayait de s’enfuir. Mais de quoi ? D’une voix ? D’une ombre ? Je suis sortie pour le trouver, et c’est lui qui m’a trouvée.

La vérité me frappe de pleine fouet:

Je n’ai pas imaginé cet homme à l’aéroport.

Je n’ai pas imaginé cette sensation sous ma peau chaque fois que je le voyais.

Je n’ai pas imaginé la poussière dorée ni les mots écrits dans les livres.

Le claquement de larges ailes fendant le ciel me fait lever les yeux. Un aigle vole au-dessus de moi, puis pique à travers les arbres. Sa tête blanche scintille.

– Idiote… Je suis une idiote. C’était sûrement les cris de l’aigle, rien de plus.

Si mon père était là, il rirait et me traiterait de poule mouillée. Je ris en pensant « Quelle pouille mouillée ! » et je continue de courir. Ma respiration produit de petits nuages effilochés.

J’inspire, j’expire, me concentre sur mes pieds.

– Zara !

Je m’arrête. La colère monte en moi. Au diable, la poule mouillée et les citations de Booker T. Washington !

– Quoi ?

L’air glacé me pétrifie. Mes mains se transforment en poings.

Je hurle:

– Qu’est-ce que tu veux ? Pourquoi tu me suis ?

Je me force à écarquiller les yeux et regarde autour de moi en balayant le décor avec mes lampes frontales. »

————————————————————————–

Mon Avis

Envoûtement est une lecture qui m’a frappée par son originalité, notamment de son univers. C’est la première fois que j’ai affaire à un livre mêlant lutins et garous ! Et j’ai désormais une toute autre vision de ces êtres supposés être petits, verts et malicieux :D !

Bon, en elle-même, l’histoire n’est pas mauvaise, elle est même plutôt intéressante, même si certains points m’ont fait grincer des dents. Par exemple, la rapidité avec laquelle Zara et ses amis acceptent l’existence des lutins est étonnante ! Pour ma part, si quelqu’un commence à me parler « lutin » dans le monde réel, il me faut quand même des preuves sacrément solides au risque de vous prendre pour un fou ! Le fait qu’ils prennent ceci pour chose acquise m’a quand même surprise. Autre chose qui, cette fois, m’a fait assez rire, c’est la toute-puissance d’Internet. Zara et les autres font constamment des recherches Internet pour toutes leurs questions « paranormales » et par miracle, trouvent toutes leurs réponses (ou presque) par ce biais. Vive Internet ! (même si c’est un peu ridicule de croire tout ce que l’on trouve sur le Net :P.) Je pourrai citer d’autres petits « défauts » de ce genre, mais je préfère me concentrer plutôt sur l’ensemble du livre et non pas sur les détails. Donc, comme je l’ai déjà dit, globalement c’est une bonne histoire mais je trouve qu’elle serait mieux si les personnages eux-mêmes étaient plus développés, plus satisfaisants et si l’écriture était moins médiocre…

Je vais commencer par les personnages. Au début du livre, j’ai eu l’espoir que Zara serait une fille intelligente, avec la tête sur les épaules, mais mon espoir a été rapidement tué dans l’œuf. En effet, elle s’est révélée être plutôt immature et capricieuse par moments (comme lorsqu’elle tape du pied quand elle s’énerve ou qu’elle souhaite imposer son avis). Dire que je ne l’aime pas serait assez fort et donc je ne le dirai pas. Je dirai plutôt qu’elle me contrarie et ce principalement par son comportement puéril. Une chose m’a toutefois plu, une chose plutôt originale: sa passion pour les phobies. C’est une caractéristique intéressante et propre à Zara qui la distingue des autres personnages que l’on a pu voir jusqu’à présent. Le deuxième personnage principal dont je voulais parler est Nick. Je le dis tout de suite: je ne l’ai pas aimé, mais pas aimé du tout. Il est trop plat, trop simple et prévisible. Il se résume en quelques mots: il est souvent grognon, fait des cachotteries et s’impose en tant que leader et protecteur dans le petit groupe qu’il forme avec Zara et leurs amis. On ne sait pratiquement rien sur lui et l’auteure ne fait rien pour qu’on puisse l’aimer ne serait-ce qu’un minimum. Et même lorsque Zara et Nick entament une relation, on ne sent pas le lien censé unir deux êtres qui s’aiment et ceci ni dans leurs gestes, ni dans leurs paroles. J’espère sincèrement les voir se développer dans les autres tomes car je ne me suis pas spécialement attachée à eux…

Ensuite, le deuxième point négatif est l’écriture. C’est d’autant plus visible que je suis habituée à une bien meilleure qualité d’écriture que celle qui nous est présentée par Carrie Jones. En effet, l’écriture est vraiment trop simple: phrases courtes, vocabulaire plutôt pauvre… Mais ce n’est pas ce qui m’a gêné le plus. Ce qui m’a le plus dérangé, ce sont les transitions, ou plutôt le manque de celles-ci. Il arrive souvent qu’il n’y ait pas de transitions entre deux scènes et on a l’impression d’avoir raté une partie du texte. C’est très désagréable et je crois que c’est ce qui m’a titillé le plus dans ce livre.

En gros, ce premier tome de la série « Envoûtement » se montre plutôt négatif sur les points de l’écriture et des personnages et c’est dommage car je trouve que l’histoire est intrigante et vraiment prometteuse pour la suite. Je garde donc espoir que la situation s’améliorera dans le tome suivant, notamment pour les personnages, car je ne me fais pas de grandes illusions pour l’écriture (on ne peut changer le style d’un auteur, non ?)…

————————————————————————–

Intéressé par ce livre ? Retrouve-le sur amazon.fr ici:

Envoûtement, Tome 1: Envoûtement – Carrie Jones


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s