Le Livre Perdu des Sortilèges – Deborah Harkness

Le Livre Perdu des Sortilèges

Titre: Le Livre Perdu des Sortilèges

(Original: All Souls, Book 1: A Discovery of Witches)

Auteur: Deborah Harkness

Date de Parution: 4 Mai 2011

Éditeur: Calmann-Lévy/Orbit, 528 pages

***

Présentation de l’auteur:

Deborah Harkness est un professeur d’histoire à l’université en Californie du Sud qui a eu l’honneur de travailler dans les plus prestigieuses bibliothèques des Etats-Unis et d’Angleterre. Elle débute sa carrière de romancière fantastique pour une simple question: « Si les vampires existaient, quel métier feraient-ils ? » Dès lors, elle écrit son premier livre de la Trilogie All Souls « Le Livre Perdu des Sortilèges », suivi par « L’Ecole de la Nuit » puis finalement par « Le Nœud de la Sorcière ». Ses ouvrages ont immédiatement séduits ses lecteurs et ont connu un succès international.

Retrouvez son site www.deborah-harkness.fr

***

Quatrième de Couverture:

Au commencement étaient la peur et le désir…

Diana Bishop est la dernière d’une longue lignée de sorcières, mais elle a renoncé depuis longtemps à son héritage familial pour privilégier ses recherches universitaires, une vie simple et ordinaire. Jusqu’au jour où elle emprunte un manuscrit alchimique : l’Ashmole 782. Elle ignore alors qu’elle vient de réveiller un ancien et terrible secret, et que tous – démons, sorcières et vampires – le convoitent ardemment. Parmi eux, Matthew Clairmont, un vampire aussi redoutable qu’énigmatique. Un tueur, lui a-t-on dit. Diana se retrouve très vite au cœur de la tourmente, entre un manuscrit maudit et un amour impossible.

————————————————————————–

Description:

Le personnage principal: Diana.

Diana Bishop est une historienne remarquablement douée et spécialisée dans l’alchimie. Quand elle ne passe pas sa journée à la bibliothèque, elle se retrouve à faire du jogging, de l’aviron ou encore du yoga. Si sa vie semble parfaitement banale, c’est parce Diana en a décidée ainsi mais en réalité, elle est issue d’une célèbre et puissante famille de sorcières… et en est elle-même une. Toutefois, elle renie sa magie et rechigne à l’utiliser ou tout du moins, l’utilise qu’en de rares exceptions… Jusque là, Diana a su se construire un semblant de normalité et de tranquillité mais tout bascule lorsque ses yeux et ses mains se posent sur ancien manuscrit alchimique: l’Ashmole 782.

Depuis que ce livre est apparu, bien que brièvement, dans son existence, de curieux événements ont lieu tels que la présence suspecte et nombreuse de créatures surnaturelles dans son entourage, le soudain regain de sa magie qui devient rapidement source de problèmes et surtout, l’apparition d’un vampire aussi mystérieux et dangereux que séduisant qui attend visiblement quelque chose de sa part mais qui ne cesse également de la suivre et la protéger…

Diana en est maintenant convaincue: la soudaine agitation des créatures est forcément liée à l’ouverture de ce mystérieux manuscrit qui est la convoitise de bon nombre d’entre eux… D’ailleurs, elle-même se retrouve dans le viseur des créatures et surtout des sorciers. Mais pourquoi ? Qu’a ce livre de si particulier qui la mette autant en danger ? Et pourquoi ce vampire, Matthew de Clairmont, est-il si décidé à lui apporter son aide, malgré le mépris évident que se vouent les vampires et sorciers ? Si Diana veut résoudre ce mystère, elle n’a pas d’autre choix que de faire appel au puissant vampire… et espérer qu’elle ne tombera pas sous son charme.

L’Univers

Trois espèces de créatures partagent le monde des humains: les sorciers, les vampires, et puis les démons.

Les sorciers et sorcières sont des êtres puissants capables d’utiliser la magie de différentes manières selon leurs pouvoirs ou encore de faire appel à des enchantements. Ils portent une extrême importance au lignage et les plus anciennes familles de sorciers sont particulièrement respectées par leurs semblables. Ce sont des créatures ayant une force aussi importante qu’intense et qui ne doit pas être pris à la légère.

Les vampires sont des créatures dotées d’une grande force physique et de sens incroyablement aiguisés mais, par-dessus tout, des redoutables prédateurs. La chasse est un élément important et irremplaçable de leur existence et l’odeur du sang peut les rendre assez agressifs. Malgré tout, ils sont très intelligents et perspicaces, se consacrent principalement à la science…et ne cachent pas leur dédain pour les sorciers et les démons.

Les dernières créatures sont les démons, des êtres plutôt instables qui oscillent fréquemment entre génie et folie. Ce sont de véritables artistes, très doués dans leur domaine, mais qui sont malheureusement plutôt désordonnés. De plus, ils ne sont pas considérés comme étant très intelligents et digne d’attention par les autres créatures qui se trouvent bien plus supérieurs…

Les humains ne sont pas vraiment au courant de l’existence de ces espèces particulières mais peuvent avoir des soupçons lors d’une manifestation de magie ou lors d’un attroupement de deux ou plusieurs créatures dans un seul lieu. Habituellement, ils ferment les yeux sur les bizarreries de ces « autres » et bien qu’ils se persuadent du contraire, ils ont instinctivement conscience de la présence de ces êtres différents dans leur monde.

————————————————————————–

Extraits:

Extrait 1

« Le vampire était assis dans l’ombre au-dessus de la passerelle couverte qui enjambait New College Lane et reliait les deux bâtiments d’Hertford College, adossé aux pierres usées et les pieds posés sur le toit.

La sorcière fit son apparition, avançant d’un pas étonnamment assuré sur les pavés inégaux longeant la Bodléienne. Elle passa sous lui en pressant l’allure. Son inquiétude lui donnait un air plus jeune et soulignait sa vulnérabilité.

Ainsi, c’est donc la redoutable historienne, songea-t-il ironiquement. Bien qu’ayant vu sa photo, Matthew s’attendait à une Bishop plus âgée, étant donné ce qu’il savait d’elle et de sa réussite professionnelle.

Diana Bishop marchait la tête haute, malgré son apparente agitation. Peut-être qu’elle ne serait pas aussi facile à intimider qu’il l’espérait. C’est ce qu’il en avait déduit de son comportement dans la bibliothèque. Elle avait croisé son regard sans montrer cette crainte sur laquelle Matthew comptait quand il croisait des non-vampires – et beaucoup de ses congénères.

Quand elle disparut au coin de la rue, Matthew rampa sur les toits jusqu’au mur de New College et glissa silencieusement à l’intérieur. Il connaissait l’agencement des lieux et en avait déduit où se situait son logement. Il était déjà blotti dans une embrasure en face de l’escalier quand elle commença à monter.

Il la suivit du regard tandis qu’elle passait de pièce en pièce et allumait les lumières. Elle ouvrit la fenêtre de la cuisine, la laissa entrebâillée et disparut.

Voilà qui m’évitera de briser la vitre ou de crocheter la serrure, songea-t-il.

Matthew traversa rapidement la rue et escalada le bâtiment, trouvant des prises le long de la gouttière et d’une robuste vigne vierge. De ce nouveau poste d’observation, il percevait l’odeur particulière de la sorcière et le froissement des pages qu’elle feuilletait. Il se dévissa le cou pour jeter un coup d’œil par la fenêtre.

Bishop lisait. Il trouva que son visage était différent, une fois détendu. Elle dodelina de la tête, puis se laissa glisser sur les coussins en poussant un soupir las. Peu après, sa respiration régulière indiqua à Matthew qu’elle dormait.

Il quitta son poste et, d’un bond, passa par la fenêtre de la cuisine. Cela faisait très longtemps qu’il n’avait pas pénétré dans les appartements d’une femme. Autrefois, il l’avait rarement fait, généralement lorsqu’il était épris. Aujourd’hui, il avait une toute autre raison. Cependant, s’il se faisait surprendre, il aurait un mal de chien à s’en expliquer.

Matthew voulait savoir si Bishop était encore en possession de l’Ashmole 782. Il n’avait pas pu fouiller son bureau à la bibliothèque, mais un rapide regard lui avait permis de voir qu’il n’était pas parmi les manuscrits qu’elle avait sortis aujourd’hui. Cependant, il était très improbable qu’une sorcière – surtout une Bishop – ait laissé filer un tel livre. A pas de loup, il parcourut les pièces. Le manuscrit n’était ni dans la salle de bains ni dans la chambre. Il se faufila le long du canapé où elle sommeillait.

Ses paupières tressaillaient comme si elle regardait un film qu’elle était seule à voir. Elle serrait le poing et de temps en temps, ses jambes s’agitaient. Mais son visage restait serein, insensible aux mouvements de son corps.

Quelque chose clochait. Il l’avait senti dès le premier instant où il l’avait vue dans la bibliothèque. Il croisa les bras et la scruta vainement. Cette sorcière n’exhalait pas les odeurs habituelles de jusquiame, de souffre et de sauge. Elle dissimule quelque chose, songea-t-il. Autre chose que le manuscrit perdu.

Il se détourna et n’eut aucun mal à repérer la table de travail, envahie de livres et de papiers. C’était là qu’elle avait le plus certainement posé le volume volé. Il s’avança, sentit de l’électricité et se figea. »


Extrait 2

« Il continua de boire pendant que je terminais mon assiette. Je repris mon verre avec un petit soupir de contentement et le fis tourner dans la lumière des bougies.

– A votre avis, quel goût pourrais-je avoir ? plaisantai-je.

Matthew se leva d’un bond, le visage blême de rage. Sa serviette tomba et une veine se mit à palpiter sur son front.

J’avais dit une sottise.

Il fut à mes côtés avant que j’aie eu le temps de réagir et me leva de mon siège.

– Il reste une légende sur les vampires que nous n’avons pas abordée, n’est-ce pas ? (Son regard était étrange et son visage effrayant. Je tentai de lui échapper mais ses doigts s’enfoncèrent dans mes bras.) Celle selon laquelle un vampire ensorcelé par une femme est incapable de se retenir.

Je revis en un éclair ce qui s’était passé. Il m’avait demandé ce que je décelais dans le vin. Je lui avais dit qu’il avait le même goût que lui. Puis il m’avait dit ce qu’il percevait et j’avais répondu…

– Oh, Matthew, murmurai-je.

– Vous vous demandez ce que j’éprouverais si je vous goûtais ? reprit-il dans un grondement sourd et menaçant qui me révulsa.

Il me lâcha, mais je n’eus pas le temps de réagir ni de reculer. Il avait passé ses doigts dans mes cheveux, pressant ma nuque sous ses pouces. J’étais de nouveau prise au piège et une sensation apaisante m’envahit au contact de ses mains glacées. Étais-je ivre après deux verres de vin ? Droguée ? Comment expliquer autrement mon incapacité à me libérer ?

– Ce n’est pas seulement votre odeur qui me plaît. J’entends votre sang de sorcière couler dans vos veines, murmura-t-il à mon oreille. Saviez-vous que le sang d’une sorcière fait de la musique ? Comme une sirène qui enchante le marin, l’enjoint à virer de bord vers son rocher, l’appel de votre sang pourrait être fatal, à moi comme à vous.

Sa voix résonnait en moi comme si j’avais entendu ses pensées. Ses lèvres descendirent le long de ma joue. A chaque frôlement, ma chair se figeait, glacée, puis brûlait de nouveau quand le sang y revenait.

– Matthew, soufflai-je.

Je fermai les yeux, m’attendant à sentir ses dents sur ma gorge, mais sans pouvoir – ni vouloir – bouger.

Ses lèvres rencontrèrent les miennes. Ses bras se nouèrent autour de moi et ses mains enserrèrent ma tête. Mes lèvres s’ouvrirent sous les siennes, mes mains prises au piège entre nous. Je sentis sous mes paumes un unique battement de cœur. Et avec ce battement, le baiser changea. Matthew restait toujours aussi impérieux, mais cette avidité s’adoucit: il prit délicatement mon visage entre ses mains et recula à contrecœur. Pour la première fois, j’entendis un râle imperceptible qui ne ressemblait pas à un souffle humain. C’était le bruit de l’infime quantité d’oxygène qui traversait les poumons puissants du vampire.

– J’ai profité de votre peur. Je n’aurais pas dû, chuchota-t-il.

J’avais toujours les yeux fermés et j’étais encore enivrée par l’odeur de girofle et de cannelle qui avait chassé le parfum de violettes du vin. Je tentai de lui échapper.

– Ne bougez pas, dit-il d’une voix rauque. Je pourrais ne plus pouvoir me maîtriser si vous vous écartez.

Il m’avait parlé dans le laboratoire de la relation entre proie et prédateur. Il voulait que je fasse la morte pour que le prédateur en lui se désintéresse de moi.

Mais je n’étais pas morte.

J’ouvris brusquement les yeux. Son expression était sans ambiguïté, avide, affamée. Matthew avait cédé tout entier à son instinct. Mais moi aussi, j’avais un instinct. »


Extrait 3

« |…] La forêt s’éclaircit et Rakasa agita les oreilles avec impatience.

– Allez-y, dit-il, résigné, en désignant la prairie qui s’étendait devant nous.

Rakasa bondit à peine l’eus-je talonnée et gravit lentement la colline. Une fois en haut, elle piaffa et agita la tête, manifestement ravie que Dahr soit resté en bas.

Dahr s’élança au galop à une vitesse vertigineuse. J’étouffai un cri de surprise et retins Rakasa. Les destriers étaient donc faits pour partir en flèche comme une voiture de sport. Matthew n’essaya pas de ralentir sa monture à notre approche, mais l’animal pila net à deux mètres de nous.

– Quel flambeur ! Vous ne me laissez pas sauter une clôture et vous faites votre petit numéro ?

– C’est surtout que Dahr n’a pas beaucoup d’occasion de se défouler et c’est exactement ce dont il a besoin, répondit Matthew en lui flattant l’encolure. Une course, cela vous dirait ? Nous vous laisserons partir la première, bien entendu, ajouta-t-il en s’inclinant.

– D’accord. Vers où ?

Matthew désigna un arbre solitaire au sommet de la crête et me regarda. Il avait choisi un but que l’on pouvait dépasser sans heurter quoi que ce soit. Peut-être que Rakasa n’était pas aussi douée pour piler que Dahr.

Il était impossible que je prenne de surprise un vampire et que mon cheval, si doué soit-il, puisse battre Dahr. Cependant, j’étais très curieuse de voir comment Rakasa s’en tirerait. Je me baissai et lui flattai l’encolure.

Vole, l’encourageai-je muettement.

Elle s’élança comme si elle avait été piquée et je laissai mon instinct me guider. Je me soulevai sur la selle pour la soulager et serrai les rênes dans mes poings. Puis, une fois qu’elle fut lancée, je me baissai sur ma selle en la serrant entre mes cuisses. Je me libérai des étriers et me cramponnai à sa crinière. Matthew et Dahr galopaient derrière nous. J’étais comme dans mon rêve, celui où des chiens et des chevaux me pourchassaient. Je serrai le poing sur un arc imaginaire et me couchai sur l’encolure de Rakasa, les yeux fermés.

Vole, répétai-je, mais la voix qui résonnait dans ma tête ne ressemblait plus à la mienne. Rakasa accéléra de plus belle.

Je sentis l’arbre approcher. Matthew poussa un juron et Rakasa obliqua à la dernière seconde, puis elle ralentit et termina au trot. Je sentis les rênes se tendre et j’ouvris les yeux.

– Cela vous arrive souvent de lancer au galop un cheval que vous montez pour la première fois, les yeux fermés, sans rênes ni étriers ? s’emporta Matthew. Vous ramez les yeux fermés, je vous ai vue faire. Et vous marchez les yeux fermés aussi. J’ai toujours pensé qu’il y avait de la magie là-dessous. Vous avez dû user de votre pouvoir à l’instant, sans quoi vous seriez morte. Et à mon avis, vous dites mentalement à Rakasa ce qu’elle doit faire au lieu de vous servir de vos mains et de vos pieds.

Peut-être disait-il vrai. Matthew grommela et sauta de son cheval.

– Descendez, dit-il avec brusquerie en prenant les rênes de Rakasa. (Il m’aida à démonter, puis il me retourna et m’écrasa contre sa poitrine.) Dieu*, murmura-t-il dans mes cheveux. Ne recommencez jamais cela, je vous en prie.

– Vous m’avez dit de ne plus m’inquiéter de ce que je faisais. C’est pour cela que vous m’avez emmenée en France, répondis-je, interloquée.

– Pardonnez-moi. Je ne veux pas me mêler de cela, mais j’ai du mal à vous voir utiliser des pouvoirs que vous ne comprenez pas, surtout si vous n’en êtes pas consciente.

Il me laissa et alla attacher les chevaux de manière à les laisser paître la maigre herbe d’automne. Quand il revint, son visage était sombre.

– Il faut que je vous montre quelque chose. »

————————————————————————–

Mon Avis:

Le Livre Perdu des Sortilèges m’a totalement conquise dès les premières pages. C’est un livre surprenant… et intelligent. En tout cas, ce sont les premiers mots qui me sont venus à l’esprit pour décrire ce bouquin. Je m’explique.

Ce livre est d’une qualité exceptionnelle avec une plume fantastique, incroyablement fluide et compréhensible, un vocabulaire riche et varié et on reconnaît bel et bien le travail d’une historienne derrière les lignes. En effet, les descriptions des lieux, des livres, des procédés scientifiques et alchimiques et autres sont très précises et complètes. Sincèrement, la science et l’alchimie, qui sont les principaux thèmes de ce livre, sont pour moi un véritable mystère que je ne pourrai jamais résoudre, je crois. Et pourtant, je ne me suis pas sentie perdue dans les explications, j’ai même compris les principes et les enjeux, et c’est ce qui est le plus important pour moi dans un livre: que quel que soit le sujet abordé, je devrai être capable de suivre et comprendre. Ici, c’est tout à fait le cas, il suffit juste de lire patiemment, sans se précipiter ;)

L’histoire est fascinante, recherchée, créative et unique en son genre. C’est la première fois que je tombe sur une romance fantastique pareille mêlant créatures surnaturelles, humains, science et alchimie, magie et amour ! Et avec toutes les romances fantastiques/paranormales sur le marché, il n’y a rien de plus important que de se distinguer des autres… ce que Deborah Harkniss a réussi à faire avec brio.

Sincèrement, je trouve que ce premier tome de la trilogie All Souls vaut largement le détour et je suis ravie d’avoir mis la main sur une telle merveille ! Bien évidemment, l’auteure nous laisse en suspense à la fin et je vais sans attendre me procurer le prochain livre de la série ;) Je le conseille vivement, c’est un véritable bijou !

Et dire que je l’avais sur ma liste d’attente depuis plus d’un an…

————————————————————————–

Intéressé par ce livre ? Retrouve-le sur amazon.fr ici:

Le Livre des Sortilèges – Deborah Harkness


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s