Les Vampires de Chicago |Tome 1: Certaines Mettent Les Dents – Chloe Neill

Certaines Mettent les Dents

Titre: Les Vampires de Chicago, Tome 1: Certaines Mettent Les Dents

(Original: Chicagoland Vampires, Book 1: Some Girls Bite)

Auteur: Chloe Neill

Date de Parution: 24 Juin 2011

Editeur: Milady, Collection Bit-Lit, 480 pages

***

Présentation de l’auteur:

Chloe Neill est une auteure américaine née et élevée dans le Sud des Etats-Unis mais qui vit désormais dans le Midwest. Ses livres sont principalement des romans bit-lit et elle a été désignée auteur bestseller par le New York Times ainsi que par le USA Today. Elle s’est fait connaître notamment par ses séries « Les Vampires de Chicago » et « Dark Elite » qui ont remporté un vif succès auprès de ses lecteurs.

Retrouvez son site www.chloeneill.com

***

Quatrième de Couverture:

Ils m’ont tuée. Ils m’ont soignée. Ils m’ont changée.

Les vampires de Chicago ont décidé dé révéler leur existence  et ont fait de moi l’une des leurs. Certes, ma vie d’étudiante n’était pas très excitante, mais elle me convenait.

Maintenant, je dois apprendre à maîtriser mes pouvoirs naissants sans pour autant jurer fidélité à Ethan Sullivan, le Maître de mon clan. D’accord, il m’a sauvé la vie, mais c’est quand même à cause de lui si je suis allergique au soleil ! S’il croit que je vais fondre sous prétexte qu’il a des siècles d’expérience en matière de séduction…

J’ai plus urgent: un tueur a une dent contre moi.

Ça va saigner !

————————————————————————–

Description:

Le personnage principal: Merit.

Merit est une jeune femme de vingt-sept ans, au caractère bien affirmé, légèrement sarcastique par moments, qui ne se laisse surtout pas marcher sur les pieds et qui a un gros souci avec l’obéissance. Malheureusement, elle devra rapidement mettre sa fierté de côté et apprendre la soumission qui lui fait tellement défaut…

En effet, une soirée, à la sortie de son université, elle se fait brutalement agresser par un vampire mais est sauvée in extremis par un autre de ses pairs qui, pour justement lui sauver la vie, fait d’elle l’une des leurs. Elle apprend après coup que son sauveur n’est autre qu’Ethan Sullivan, le Maître de la Maison Cadogan, et que désormais elle lui doit allégeance et obéissance. Dévastée par la perte de sa vie humaine, furieuse contre Ethan de l’avoir transformée sans son consentement et déstabilisée par sa nouvelle condition vampirique, Merit se rebelle et défie de nombreuses fois son Maître, refusant d’accepter les règles qui lui sont imposées.

Malheureusement, Merit n’a pas tellement le choix: soit elle accepte de se plier à l’autorité d’Ethan et rejoint la Maison Cadogan, ou elle devient une exclue, obligée de se battre pour sa survie et méprisée des vampires liés aux Maisons… et le fait qu’un meurtrier rôde dans l’ombre de la nuit pour tuer des jeunes femmes innocentes la force à regarder la réalité en face. Devant ce choix, qui n’en ai pas un d’ailleurs, elle accepte de devenir une vampire Cadogan et commence petit à petit à reconnaître son vampirisme, bien qu’elle redoute cette partie d’elle-même.

Mais elle était loin de se douter de la surprise qui l’attendait dès son arrivée à la Maison… Et parmi toutes ses nouvelles responsabilités, son attirance inexplicable envers Ethan, ses problèmes d’entente avec ce dernier, ses propres problèmes, et la menace qui plane sur les différentes Maisons de vampires, Merit ne sait vraiment pas où se donner la tête…

L’Univers

L’histoire se déroule dans la ville de Chicago, aux Etats-Unis. Y habitent des humains bien évidemment, mais également des créatures surnaturelles, telles que les métamorphes, les trolls, les vampires, les nymphes, etc… qui vivent parmi les hommes sans que ces derniers ne se doutent de leur existence. Mais ce n’est bientôt pas le cas des vampires qui font soudainement leur coming out auprès de la population…

Dans tous les cas, la communauté des vampires est très organisée.

A grande échelle, il existe ce qu’on appelle le Présidium de Greenwich, une organisation chargée de réglementer les vampires d’Amérique du Nord et d’Europe Occidentale. Ses membres surveillent le bon déroulement des choses, interviennent dans les affaires des vampires lorsqu’ils l’estiment nécessaire et jouent le rôle de juges lors de conflits et autres situations compromettantes.

A plus petite échelle, les vampires sont répartis dans ce qu’ils appellent des Maisons. Il en existe douze aux Etats-Unis, dont trois sont situées à Chicago: les Maisons Navarre, Cadogan et Grey. Chacune d’elle a des mœurs et coutumes différentes et doit son nom au Maître qui la dirige.

Le Maître est la personne chargée de la direction de la maisonnée, de son bon développement et de sa stabilité mais c’est également la seule à pouvoir créer de nouveaux vampires. Néanmoins, il n’est pas le seul à veiller au bien-être de la Maison. En effet, il y a, entre autres, un Second, une sorte de lieutenant et bras droit du Maître, un maître de la Garde chargé de la sécurité de la maisonnée avec ses gardes, une personne chargée des relations publiques, etc… C’est une communauté très fermée et assez sélective.

En dehors des vampires affiliés à une Maison, il existe ce qu’on appelle des Solitaires, des vampires qui ne présentent ni lien avec une Maison, ni loyauté envers un Maître. Ils sont considérés comme des exclus, sont généralement méprisés des autres vampires et doivent se battre pour leur survie.

Mais pour gérer la population surnaturelle, que ce soient des métamorphes, nymphes, vampires ou autres, il a été créé ce qu’on appelle l’Agence de Médiation. Ce bureau a pour objectif de régler les conflits entres créatures surnaturelles, d’enquêter sur toute affaire suspectant l’implication de ceux-ci ou de jouer le rôle de médiateur lorsque cela se révèle nécessaire.

————————————————————————–

Extraits:

Extrait 1

« Il ne me quittait pas des yeux. Le regard dura un long moment avant qu’il parle de nouveau.

– Tu ne nies pas t’être rendue au bureau du Médiateur ?

Je m’efforçai de comprendre en vain la logique sous-jacente à ces questions.

– Sullivan, il va falloir que vous m’éclairiez un peu, là, parce que, contrairement à l’information qu’on vous a fournie, je n’ai rien convenu du tout avec l’Agence de médiation. J’y suis allée pour rendre visite et en apprendre un peu plus, pas pour accepter une mission. Personne ne m’a demandé d’espionner, de transmettre des messages ou de faire des rapports, rien de tout cela. (Je plissai les paupières et croisai les bras.) Et je ne vois pas ce qu’il y a de mal à rendre visite à mon grand-père dans son bureau.

– Ce qu’il y a de mal, dit Ethan, c’est que le bureau de ton grand-père essaie de mettre la mort de Jennifer Porter sur le dos de ma Maison.

– C’est la police de Chicago qui essaie de vous faire porter le chapeau, le repris-je. D’après ce que j’ai entendu, mon grand-père et son équipe pensent que vous êtes innocents. Mais vous savez qu’il y avait un médaillon Cadogan sur les lieux du crime. En supposant que l’équipe des techniciens scientifiques n’ait pas planté cet indice à dessein, ce médaillon provient bien de votre Maison. Cadogan est impliquée, peu importe ce que fait mon grand-père, et que vous l’appréciiez ou pas.

– Personne dans ma Maison ne ferait ça.

– Je ne parle pas forcément du meurtre, admis-je. Mais à moins que vous ne distribuiez ces médailles comme des petits pains, quelqu’un de votre Maison est impliqué là-dedans. Au minimum, quelqu’un a laissé entrer la personne qui a volé le pendentif.

Sa réaction me surprit.

Je m’attendais à une nouvelle diatribe explosive au sujet de la loyauté des vampires de Cadogan. Je ne m’attendais pas à son silence ni à ce qu’il se dirige vers la causeuse et s’asseye, les coudes sur les genoux, les mains jointes. Je ne m’attendais pas à ce qu’il se passe les doigts dans les cheveux avant de se prendre la tête entre les mains.

C’est pourtant ce qu’il fit. Ce geste et cette position étaient si humbles, si las et tellement humains que j’éprouvai l’envie soudaine de toucher son épaule pour le réconforter.

C’était un moment de faiblesse, une nouvelle brèche dans les défenses que j’avais essayé d’ériger contre Ethan Sullivan.

Et ce fut ce moment-là entre tous que la faim choisit pour s’éveiller.

La flamme subite qui parcourut mes membres faillit me couper le souffle et je dus m’agripper au dos de la causeuse pour ne pas tomber. Mon estomac se serra, la douleur irradiant par vagues dans mon abdomen. La tête me tourna et, quand je touchai mes dents du bout de ma langue, je sentis le contact aiguisé d’un croc.

Je déglutis instinctivement.

– Ethan.

Ce fut Luc qui prononça son nom. J’entendis des bruissements derrière moi.

Une main saisit mon bras et je tournai la tête d’un mouvement vif pour voir de qui il s’agissait. Ethan se tenait près de moi, les yeux écarquillés.

– C’est la Première Faim, annonça-t-il.

Mais ces mots n’avaient aucun sens.

Je baissai les yeux sur ses longs doigts posés sur mon bras et je sentis de nouveau l’afflux du feu. Je renversai la tête en arrière, me délectant de la chaleur.

Ça, ça avait un sens. La sensation, le besoin, la soif. Je reportai mon regard sur Ethan et détaillai le triangle de peau qui apparaissait au-dessus du col déboutonné de sa chemise, la colonne de son cou, la ligne marquée de sa mâchoire et les courbes sensuelles de ses lèvres.

Je voulais du sang – le sien. »


Extrait 2

« – Tu as d’autres liens, à présent, Initiée. La maison Cadogan. Moi. Tu es ma vampire, à présent. Ne l’oublie pas.

Il devait considérer cela comme un compliment, mais le ton de sa voix était encore trop possessif à mon goût.

– Quoi qu’il se soit passé il y a six jours, je n’appartiens à personne d’autre qu’à moi-même, Sullivan, et certainement pas à vous.

– Tu es ce que j’ai fait de toi.

– Je suis assez grande pour me construire toute seule.

Ethan avança d’un pas, puis d’un autre, jusqu’à ce que je recule pour l’éviter et qu’il m’accule contre le mur du salon. Je sentis la surface lisse et froide du plâtre peint dans mon dos.

J’étais coincée.

Il appuya ses mains contre le mur, m’emprisonnant entre ses bras.

– Tu veux être punie, Initiée ?

Je le dévisageai, et le désir s’embrasa dans mon ventre.

– Pas particulièrement.

Menteuse.

Ses yeux sondèrent les miens.

– Alors pourquoi t’entêtes-tu à me provoquer ?

Son regard était trop insistant et je détournai la tête, essayant de ravaler mon excitation, mal à l’aise et consciente que je ne pouvais reporter la responsabilité de mes actes et de mon intérêt sur la vampire qui couvait en moi. Sur la transformation génétique. Elle et moi ne formions qu’une seule personne.

Même esprit, même gènes, même attirance involontaire mais indéniable envers Ethan Sullivan.

Je me saisis de ce faible déni et m’y accrochai comme à un gilet de sauvetage. Je rêvais, en cette seconde, de m’enfuir, de recommencer une nouvelle vie sous un autre nom, dans une nouvelle ville, où je n’aurais pas envie de perdre mes doigts dans ses cheveux et de coller ma bouche à la sienne jusqu’à ce qu’il capitule et me prenne contre le mur blanc et froid, s’introduise en moi pour apaiser ce désir et calmer ce frisson.

– Je ne vous provoquais pas, déclarai-je avec sincérité.

Il resta immobile un instant puis baissa la tête, ses lèvres encore plus proches des miennes.

– Tu avais envie de moi, tout à l’heure.

Cette fois, sa voix était calme. Ses paroles ne véhiculaient pas le défi d’un Maître vampire mais la prière d’un garçon, d’un homme: N’est-ce pas, Merit ? Tu avais bien envie de moi ?

Je m’obligeai à être honnête, mais je ne parvins pas à parler. Je laissai le silence exprimer les mots que je n’arrivais pas à prononcer: J’ai envie de toi. Malgré moi, malgré ce que tu es, j’ai envie de toi.

– Merit ?

– Je ne peux pas.

Il pencha sa tête de sorte que ses lèvres frôlaient les miennes, son souffle sur ma joue.

– Laisse-toi aller.

Je levai les yeux pour rencontrer les siens, qui étaient du vert profond et sombre de la forêt vierge, des monstres anciens et inconnaissables se cachant dans les profondeurs des bois.

– Je ne vous plais même pas.

Il eut un sourire un peu malveillant.

– Il ne semble pas que ça ait grande importance.

Une gifle ne m’aurait pas sortie plus efficacement de la transe où je me trouvais. Je m’extirpai de la prison de ses bras tendus et m’éloignai.

– Je vois.

– Ça ne me réjouit pas non plus.

– Oui, je comprends que vous ne soyez pas attiré par moi, que vous pensiez que je ne suis pas digne de vous, mais merci de me le faire remarquer. Et au cas où vous ne vous en seriez pas rendu compte, ça ne m’amuse pas plus que vous. Je ne veux pas vous apprécier et je ne veux certainement pas être avec quelqu’un que je dégoûte. Je ne veux pas être… désirée à contrecœur.

Il s’avança vers moi avec la grâce d’une panthère. Il était tout aussi dangereux qu’un félin.

– Alors que veux-tu que je te dise ? (Sa voix était grave, sourde de pouvoir.) Que je désirais que tu goûtes mon sang ? Que, même si tu es obstinée , sarcastique, incapable de prendre mon autorité au sérieux, et manifestement irrespectueuse, j’ai envie de toi ? Tu crois que c’est ce que je choisirais ?

On y revenait, à la liste de mes défauts. Les raisons pour lesquelles il n’aurait pas dû se sentir attiré par moi. Les raisons pour lesquelles il détestait l’alchimie qui, contre nos volontés respectives, brûlait entre nous.

– Je ne veux rien de vous, dis-je d’une voix calme, bizarrement lointaine.

– Menteuse, m’accusa-t-il en posant sa bouche sur la mienne.

Il m’embrassa et le circuit électrique se ferma de nouveau. »


Extrait 3

« Luc nous donna congé et, au rez-de-chaussée, je dis au revoir à Lindsey avec l’intention d’aller voir Ethan comme il me l’avait demandé plus tôt. Son bureau était ouvert mais vide. Et même si je fus momentanément tentée de prendre le risque de fouiller dans ses livres et papiers pour y découvrir ce que ces antiquités avaient à offrir, je ne me sentais pas prête à oser porter atteinte à son intimité. Je restai à l’entrée du bureau, apparemment assez longtemps pour attirer l’attention de quelqu’un.

– Excuse-moi.

Je me tournai vers une vampire brune habillée comme une secrétaire de film noir, perchée sur le seuil, une main accrochée au cadre de la porte.

– Tu es dans le bureau d’Ethan, me dit-elle d’une voix hautaine.

– Il m’a demandé de venir le voir. Tu sais où il se trouve ?

Elle croisa les bras, tapotant de ses ongles noirs sur les manchettes de sa veste tout en me détaillant du regard.

– Je suis Gabrielle, une amie d’Amber.

Ça ne répondait pas à ma question mais c’était malgré tout une information. Gabrielle semblait penser que je cherchais à voler le Maître de la Maison sous le nez de la consorte. Si seulement elle avait su.

Mais je n’avais aucun intérêt à lui dire – ni à qui que ce soit d’autre d’ailleurs – ce qu’il m’avait proposé. Je n’en avais même pas parlé à Lindsey. Je me contentai donc de sourire poliment et de faire la gentille.

– Je suis ravie de te rencontrer, Gabrielle. Ethan m’a demandé de le retrouver pour discuter de problèmes de sécurité. Sais-tu où il se trouve?

Pour ma peine, je fus gratifiée d’un nouveau regard scrutateur.

Gabrielle défendait son territoire. Elle finit par lever les yeux en arquant un sourcil noir impeccablement épilé.

– Oh, il est… à l’intérieur.

– Je sais qu’il est dans la Maison. Je l’ai vu plus tôt et il m’a demandé de passer le voir. Sais-tu où il se trouve précisément ?

Elle pinça les lèvres comme si elle réprimait un sourire et secoua légèrement la tête d’un air présomptueux.

– Il est à l’intérieur, répéta-t-elle. Et je doute qu’il ait envie de te voir.

Mais elle souriait malgré tout. Je voyais bien qu’il y avait là une plaisanterie que je ne saisissais pas.

Je serrai les poings pour m’empêcher de la griffer de frustration.

– Il m’a demandé de venir le trouver, expliquai-je, pour parler travail avec lui.

Elle haussa délicatement une épaule.

– Ça ne m’intéresse pas. Mais si tu tiens vraiment à le voir, alors je t’en prie… vas-y. Ça te fera certainement du bien. Il est dans ses appartements.

– Merci.

Elle patienta sans bouger jusqu’à ce que je quitte le bureau puis elle ferma la porte derrière nous. Je repris la direction de l’escalier principal et l’entendis glousser d’un air mauvais alors que je m’éloignais dans le couloir.

Je montai au premier, fis le tour du palier puis grimpai au second. Dans de petits espaces garnis de canapés et de fauteuils, des vampires lisaient des livres ou des magazines, ou bavardaient. La maison devenait plus calme au fur et à mesure que je montais et le deuxième étage était quasiment plongé dans le silence. Je m’engageai dans le long couloir menant aux appartements d’Ethan et m’arrêtai devant les doubles portes closes.

Je frappai et, n’obtenant aucune réponse, je collai mon oreille au panneau. Je n’entendis rien, et saisis donc la poignée de la porte de droite que j’ouvris lentement.

J’aperçus un salon décoré avec goût. Des lambris en chêne arrivaient à hauteur d’épaule et une cheminée en onyx dominait un des murs. La pièce accueillait deux coins aménagés pour la discussion dont le mobilier sur mesure avait dû coûter très cher.

Des vases emplis de fleurs agrémentaient les tables basses et la chaîne hi-fi diffusait doucement une sonate de Bach pour violoncelle. Sur le mur d’en face, juste à côté d’un petit bureau, je vis deux autres portes. Un panneau était fermé, l’autre légèrement entrebâillé. Je risquai un timide:

– Ethan ?

Mais ce n’était qu’un chuchotement bien incapable d’attirer l’attention. Je m’approchai des portes, posai la main contre celle qui était fermée et jetai un coup d’œil à l’intérieur.

Je compris alors pourquoi Gabrielle avait insisté sur le fait qu’Ethan se trouvait à l’intérieur.

Ethan était à l’intérieur de la Maison, de ses appartements… et d’Amber. »

————————————————————————–

Mon Avis:

J’ai littéralement dévorée ce premier tome ! J’ai tout de suite été conquise par l’univers des vampires, mais surtout par les personnages…

Tout d’abord, Merit, que j’ai trouvée tout bonnement fabuleuse avec son caractère indépendant et farouche, sa volonté de fer et ses reparties sarcastiques. Elle m’a fait rire a de nombreuses reprises, notamment lors de ses faces à faces avec Ethan. Elle est partagée entre son attirance étrange pour lui et sa décision de le détester, ce qui créé des situations des plus intéressantes…

Ethan, eh bien, il m’a tout de suite charmée bien qu’il soit assez dur, injuste et froid envers Merit par moment. Bien qu’il ne s’explique pas lui non plus cette puissante attraction qui les relie, et bien qu’il aie déjà une femme consort, il manifeste quelque fois beaucoup d’attention à Merit… Malgré tout, je ne pense pas qu’il soit aussi indifférent et sûr de lui qu’il le paraît, et, bien que j’ai eu envie de le secouer par moments, il se révèle être un personnage avenant lorsqu’il le désire…

Par contre, il y a quelque chose que je n’aime pas en général, qui est le triangle amoureux et ici, j’ai presque envie de crier « non ! ». Outre Ethan, Merit est attirée par Morgan, un vampire de la Maison Navarre, aussi charmant et sympathique que drôle que j’ai adorée dès la première seconde. Je le ferai même passer avant Ethan, d’ailleurs… Et voir Merit déchirée entre deux vampires que j’aime tout deux et sachant qu’elle se retrouvera probablement avec Ethan, cela me brise le cœur…Ah, je n’aime vraiment pas les triangles amoureux ! Mais bon, l’histoire étant ce qu’elle est, je n’ai pas vraiment le pouvoir de faire grand chose…

Quoi qu’il en soit, je trouve que c’est un excellent début de série, avec une bonne intrigue, des personnages exceptionnels et une histoire des plus intéressantes… Et même si ce premier opus nous offre plus de descriptions et d’explications que d’action, je suis quasiment certaine que cela sera moins le cas dans les prochains !

————————————————————————–

Intéressé par ce livre ? Retrouve-le sur amazon.fr ici:

Les Vampires de Chicago, Tome 1: Certaines Mettent Les Dents – Chloe Neill


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s