Dark-Hunters |Tome 1: L’Homme Maudit – Sherrilyn Kenyon

T1 - L'Homme Maudit

Titre: Le Cercle des Immortels – Dark-Hunters, Tome 1: L’Homme Maudit

(Original: Fantasy Lover)

Auteur: Sherrilyn Kenyon

Date de Parution: 25 Août 2010

Éditeur: J’ai Lu Pour Elle, Collection Crépuscule, 352 pages

***

Présentation de l’auteur:

Sherrilyn Kenyon est une auteure américaine originaire de Georgie reconnue comme l’une des plus grandes auteures contemporaines de romance paranormale de nos jours. Récompensée à plusieurs reprises, elle doit son succès principalement à sa série culte « le Cercle des Immortels » dont les ouvrages ont été classés comme best-sellers dans le New York Times. Mais sa popularité ne se limite pas aux frontières de son pays car elle jouit d’une renommée internationale et ce avec plus de vingt-cinq millions exemplaires de livres publiés à travers le monde.

Retrouvez son site www.sherrilynkenyon.com

***

Quatrième de Couverture:

Grace est sexologue. Pourtant, sa vie sentimentale est un désert. Justement, pour fêter son anniversaire, elle n’a pas hésité à ouvrir le livre de magie de sa copine Selena et à invoquer Julien de Macédoine, condamné par les dieux de l’Antiquité à offrir à ses maîtresses le plaisir absolu. Ce n’est qu’une légende… Mais que fait cet homme beau à se damner dans son jardin ? Grace doit se rendre à l’évidence: en guise de cadeau, elle a eu droit à l’homme idéal. Il n’a pas le droit d’aimer ? Qu’importe, elle trouvera le moyen de le libérer de son sortilège !

———————————————————————-

Description:

Les Personnages principaux: Grace et Julien.

Grace est une sexologue de 29 ans, dont la vie amoureuse est quasi inexistante. Après une première fois particulièrement désagréable qui l’a marquée à jamais, Grace ne fait plus autant confiance aux hommes et ne les laisse pas trop s’approcher d’elle. Jusqu’au jour où son amie Selena se met en tête d’invoquer un esclave de l’amour, Julien de Macédoine, pour combler un peu ce vide en elle et s’offrir un temps de plaisir. Si Grace est littéralement envoûtée par Julien dès son apparition, elle refuse néanmoins de se servir de lui comme d’un objet, comme cela lui est arrivé quelques années auparavant. Au lieu de cela, elle décide de l’aider à retrouver sa liberté coûte que coûte. Mais rien n’est simple, surtout lorsque celle-ci commence à s’attacher sincèrement à Julien… Toutefois, elle continue à lutter contre cette terrible attirance, ou tout du moins, elle essaie… car la passion et le désir sont des sentiments extrêmement forts et lorsque l’amour s’y mêle, c’est encore plus difficile…

Julien de Macédoine est le fils d’Aphrodite et d’un mortel, Dioclès de Sparte, un commandant en chef Spartiate. Il est donc un demi-dieu mais également un général macédonien aux conquêtes aussi nombreuses que célèbres. Enfin, ce fut le cas jusqu’à ce que son frère, Priape, lui jette une malédiction et l’emprisonne dans un livre… Ainsi, il reste prisonnier durant 2000 ans, condamné à satisfaire les désirs des femmes qui l’invoquent et ce durant un mois entier avant de retourner dans le livre pour attendre sa prochaine invocation. Et puis apparaît sa prochaine invocatrice, Grace, et avec elle, l’espoir de briser pour toujours le maléfice qui lui a été imposé. S’il se montre au début plutôt distant mais très entreprenant sur certains points, il commence cependant à apprécier de plus en plus la compagnie de Grace et notamment sa gentillesse et sa tendresse envers lui. Brisé comme il l’a été par la perte de sa famille et le rejet des siens, manipulé par les Dieux et utilisé par de nombreuses femmes comme esclave sexuel voir comme une bête et non comme un homme, ce changement le rempli de joie et de reconnaissance tout en le bouleversant profondément… Car s’il s’attache de plus en plus profondément à Grace, il ne doit pas oublier qu’il reste un général de l’an 140 avant J.C et que, tôt ou tard, il devra retourner à son époque… ou dans sa prison.

L’Univers

L’histoire se passe sur Terre, et plus précisément à la Nouvelle-Orléans, aux Etats-Unis. Si ceci est particulièrement banal, le fait d’y voir des dieux l’est nettement moins sauf si l’on considère que voir Eros, le dieu de l’Amour, en tenue de motard est tout ce qu’il y a de plus normal… En effet, les dieux peuvent se rendre sur Terre selon si ça leur semble nécessaire ou encore s’il sont invoqués et il faut dire que l’introduction de personnages mythologiques dans le monde moderne est assez inventif et recherché.

———————————————————————-

Extraits:

Extrait 1

« – Gracie ? lui demanda Selena, hilare. T’es beurrée ?

Grace fut prise d’un nouveau fou rire.

– Comme un petit Lu.

Riant aux éclats, son amie s’approcha d’elle pour dénouer le bandeau qui rassemblait ses cheveux.

– Alors, tu peux te prêter à une petite expérience…

– … Hors de question ! la coupa Grace en ramenant ses cheveux derrière ses oreilles. Pas de oui-ja, pas de pendule, pas de voyance, ce soir. Je te jure, si je vois une seule carte de tarot, je te mets à la porte !

Sans répondre, Selena attrapa le petit livre noir.

Minuit moins cinq.

Elle montra le portrait à son amie.

– Et lui ?

– Lui, il est à croquer, je te l’accorde…

On était sur la bonne voie; il y avait des lustres que Grace n’avait pas émis le moindre compliment sur un membre de la gent masculine.

– Allez, Grace, avoue. Tu le veux, ce bel homme, non ?

– Si je te dis que je lui ouvrirais volontiers mes draps, tu me fiches la paix ?

– Peut-être…

Grace leva les yeux au ciel avant de les poser sur le poste de télévision.

– Bon, maintenant, laisse-moi regarder le film.

– Seulement si tu acceptes de scander d’abord un tout petit chant incantatoire.

Grace lâcha un soupir lourd de sens, mais elle savait qu’il était inutile de résister: Selena avait de la suite dans les idées, et rien, pas même une météorite s’écrasant sur le toit, ne l’empêcherait d’imposer ses quatre volontés. Et puis après tout…

– Très bien, si ça peut te faire plaisir…

– Super ! s’écria son amie en lui attrapant le bras pour l’aider à se relever. Allez, viens ! On va faire un petit tour dans le jardin.

– D’accord. Mais ne compte pas sur moi pour trancher la tête à un poulet ou ingurgiter un de tes breuvages dégoûtants, railla Grace en se laissant entraîner.

Lorsqu’elles passèrent la porte coulissante donnant sur le jardin, l’air humide s’engouffra brutalement dans leurs poumons et elles restèrent quelques instants silencieuses, attentives au cricri des grillons qui montait vers le ciel étoilé. Songeant que c’était une très belle nuit pour invoquer un esclave de l’amour, Grace gémit doucement.

– Que veux-tu que je fasse ? Invoquer Vénus ?

Selena secoua la tête et poussa son amie dans la clarté de la lune avant de lui tendre le livre noir, ouvert à la page du portrait.

– Serre-le contre ta poitrine.

– Oh, mon amour, se moqua Grace en caressant le livre comme elle eût caressé un amant. Tu m’excites terriblement, tu sais. J’ai une envie folle de goûter ton corps merveilleux…

– … Arrête ! pouffa Selena. C’est du sérieux !

– Du sérieux ? Oh, s’il te plaît… Je suis là, le jour de mon vingt-neuvième anniversaire, pieds nus en plein milieu du jardin, dans un jean que ma mère n’oserait même pas donner à l’Armée du Salut, ce livre stupide à la main, à appeler un esclave de l’amour de l’Antiquité grecque… Il n’y a qu’une seule façon de rendre la chose plus ridicule encore…

Grace ouvrit grands les bras, pencha la tête en arrière et implora le ciel obscur:

– Prends-moi, ô admirable esclave de l’amour, et fais de moi ce qu’il te plaira. Abracadabra, je t’ordonne d’apparaître, conclut-elle en haussant comiquement les sourcils.

Selena s’étranglait de rire.

– C’est pas comme ça qu’il faut faire. Tu dois prononcer son nom trois fois de suite.

Grace se redressa, feignant de prendre la chose au sérieux.

– Esclave de l’amour, esclave de l’amour, esclave de l’amour.

Son amie lui jeta un coup d’œil réprobateur.

– Julien de Macédoine !

– Oh, pardon… (Serrant le livre contre son sein, elle ferma les yeux avant d’ajouter:) Viens soulager mes reins douloureux, ô puissant Julien de Macédoine, Julien de Macédoine, Julien de Macédoine.

Sur ces mots, elle se retourna vers Selena.

– Tu sais, c’est pas facile à dire trois fois de suite.

Mais son amie ne lui portait plus la moindre attention: elle scrutait les buissons dans l’espoir de voir apparaître le bel étranger.

Grace s’apprêtait à se moquer lorsqu’une faible brise soudain les berça de sa fraîcheur, répandant une subtile bouffée de santal. Les deux amies savourèrent pendant quelques secondes l’agréable parfum exotique mais il s’évapora bientôt, et l’air pesant et poisseux des nuits d’été reprit ses droits sur l’atmosphère.

Percevant un bruissement de feuilles mortes dans les broussailles, Grace pointa le doigt en direction des arbustes qui s’agitaient – son scepticisme avait repris le dessus.

– Ô mon Dieu ! haleta-t-elle en montrant un buisson. Selena, regarde, là !

Selena se retourna précipitamment. Un arbrisseau bougeait en effet, comme si quelqu’un se cachait derrière.

– Julien ? appela la voyante en avançant d’un pas.

Un sifflement suivi d’un miaulement déchirèrent tout à coup le calme de la nuit: deux gros chats décampèrent à travers le jardin.

– Regarde, Selena, c’est M. Matou qui vient me libérer de mon célibat…

Grace, qui berçait le livre contre son cœur, porta la main à son front en se pâmant avant de susurrer:

– Ô grande prêtresse de l’Occulte, éclaire-moi de ta lumière. Comment me libérer de ce prétendant importun ? Aide-moi, je t’en conjure, avant que je ne meure d’allergie !

– Donne-moi ce livre ! ordonna brusquement Selena en lui arrachant l’ouvrage des mains. Mais où ai-je donc bien pu foirer ? ragea-t-elle en feuilletant le livre.

[…]

Une fois son amie disparue, Grace soupira de fatigue, verrouilla la porte et jeta le livre sur le canapé.

– Ne bouge pas de là, esclave de l’amour.

Tout en riant de la naïveté de son amie, elle éteignit la télé et alla poser leurs assiettes sales dans l’évier de la cuisine. Elle rinçait les verres lorsqu’elle fut soudain aveuglée par un puissant éclat de lumière. Elle crut d’abord qu’il s’agissait d’un éclair, mais l’illumination semblait provenir de la pièce voisine.

– Qu’est-ce que…

Elle rangea rapidement les verres à vin avant de rejoindre le salon d’un pas alerte. A peine arrivée sur le seuil, elle ressentit une présence étrange et les poils de ses bras se hérissèrent. Prudemment, elle entra dans la pièce: une large silhouette se dressait devant le canapé.

Un homme.

Un très bel homme… en tenue d’Adam ! »


Extrait 2

« – J’ai besoin de…

La voix de Julien se brisa. Elle se tourna vers lui, troublée: il eût été si facile de s’abandonner… Mais il n’en était pas question, elle refusait de l’utiliser ainsi – comme on l’avait elle-même utilisée…

– Oui ? articula-t-elle péniblement.

– J’ai faim. Si vous n’avez pas l’intention de m’utiliser tout de suite, ça vous embête de me donner quelque chose à manger ?

A son regard mi-docile, mi-coléreux, Grace comprit qu’il n’aimait pas quémander et s’interrogea pour la première fois sur les sentiments de son hôte tombé du ciel: se retrouver ainsi propulsé dans sa vie pour lui servir d’esclave, quel destin atroce…

– Bien sûr, acquiesça-t-elle en lui faisant signe de la suivre. Venez, la cuisine est par là.

Ouvrant la porte du réfrigérateur, elle l’invita à regarder à l’intérieur.

– Qu’est-ce que vous voulez ?

– Il vous reste de la pizza ?

– De la pizza ? répéta-t-elle, stupéfaite.

Qui lui avait parlé de pizza ?

– Vous sembliez vraiment aimer ça, souffla-t-il en haussant les épaules.

Elle se sentit rougir au souvenir de la plaisanterie à laquelle il faisait allusion: après avoir longuement disserté sur la nourriture comme substitut du sexe, Selena avait simulé un orgasme en savourant la dernière part de pizza.

– Vous nous avez entendues ?

– L’esclave de l’amour entend tout ce qui se dit à proximité du livre, expliqua-t-il gravement.

Elle crut que ses joues empourprées allaient exploser.

– Il n’y a plus de pizza, dit-elle rapidement, désireuse de changer de sujet. En revanche, il me reste des pâtes au poulet.

– Et du vin ?

Son ton autoritaire irrita Grace au plus haut point: on aurait dit Tarzan ordonnant à sa Jane de lui apporter un gigot de gnou sur un plateau…

– Ecoute, Apollon, je ne suis pas la bonne de service. Tu vas prendre un autre ton avec moi, ou c’est du Friskies que je te sers.

– Du Friskies ?

– Laisse tomber. »


Extrait 3

« Le soir venu, Grace l’emmena dîner au Mike Anderson, un restaurant de luxe célèbre pour ses fruits de mer.

Elle eut un mouvement de recul lorsqu’on plaça devant Julien un plateau d’huîtres.

– Beurk ! fit-elle lorsqu’il avala la première.

– Tu as tort, c’est délicieux…

– Je ne crois pas, non.

– C’est parce que tu ne sais pas comment les manger.

– Bien sûr que si, je sais. Tu ouvres la bouche et tu laisses la bestiole visqueuse glisser dans ta gorge.

Il sirota une gorgée de bière en haussant les épaules.

– On peut faire ça, oui.

– C’est ce que tu viens de faire, d’ailleurs.

– Certes, mais je peux t’apprendre à les déguster d’une autre manière…

Elle se mordit les lèvres, indécise. Le défi que lui lançait Julien l’intriguait.

– Je ne sais pas.

– Tu ne me fais pas confiance ?

– Devrais-je ? se moqua-t-elle.

Il avala une nouvelle gorgée de bière en soupirant.

– Tu ne sais pas ce que tu perds…

– Bon, d’accord, concéda-t-elle à contrecœur, trop curieuse pour décliner son invitation. Mais si j’ai des haut-le-cœur, je t’aurai prévenu.

Julien attira Grace si près de lui que ses cuisses se pressèrent contre les siennes. Puis il essuya sa main sur son jean avant de choisir l’huître la plus petite de son assiette.

– Bien, lui murmura-t-il à l’oreille en passant un bras autour de ses épaules. Maintenant, penche la tête en arrière.

Lorsqu’elle s’exécuta, il lui caressa la gorge du bout des doigts, provoquant une onde de chaleur qui la parcourut tout entière. Elle avala sa salive, abasourdie par la tendresse de sa caresse comme par la sensation de bien-être que lui procurait sa présence à ses côtés.

– Ouvre la bouche, susurra-t-il en lui chatouillant le cou de son nez.

Elle obéit. Alors il inclina la fourchette pour faire glisser l’huître entre ses lèvres. Tandis que le mollusque descendait dans son œsophage, il lui léchait la gorge en sens inverse. Grace tressaillit, parcourue de milliers de petits frissons. C’était incroyable ! Et, pour la première fois, le goût de l’huître ne l’avait pas écœurée. Elle sentit ses joues s’enflammer lorsqu’elle réalisa où ils se trouvaient. Rouvrant les yeux, elle remercia le ciel qu’on les eût placés dans un recoin obscur du restaurant cinq étoiles.

– Ça t’a plu ? demanda-t-il, enjoué.

Elle ne put s’empêcher de sourire.

– Tu es incorrigible…

– Je m’y évertue.

– Et tu y parviens admirablement. »

———————————————————————-

Mon Avis:

Bon, je l’admets tout de suite, j’ai adorée ce premier tome. Je l’ai même relu deux fois de suite, c’est pour dire !

J’ai tout d’abord était fascinée par l’idée de l’auteure, qui est des plus originales tout de même. Comme je l’ai déjà fait remarqué précédemment, mélanger mythologie et modernité est astucieux et le résultat est fantastique. Il est vrai que l’on reste plus ou moins centré sur les humains dans ce tome-ci mais j’ai bon espoir de voir la mythologie et ses dieux plus développés et plus présents dans les tomes suivants…

En tout cas, l’histoire d’un homme de l’Antiquité grecque emprisonné dans un livre et voué à être un esclave de l’amour m’a tout de suite intriguée et je n’ai pas du tout été déçue. D’ailleurs, il faut dire que le résumé ne reflète pas vraiment le livre puisque c’est l’amie de Grace, Selena, qui l’incite à faire sortir Julien du livre et donc elle ne le fait pas sa propre initiative. De plus, il n’apparaît pas dans son jardin et il n’est pas mentionné dans le livre que Julien n’a aucunement le droit d’aimer quelqu’un… Mais bon, l’important c’est le contenu, non ?

Pour ce qui est des personnages, je les ai adorés tous les deux dès les premières lignes. Grace m’a charmée par sa délicatesse, sa bonté et son désir d’aider Julien en dépit de ses propres sentiments même si cela se révèle plutôt dur par moments… Quant à Julien, son côté blessé, vulnérable et triste, m’a ému tout comme son côté tendre, protecteur et enjoué, qui est presque enfantin par moments ! Je trouve ce couple très bien assorti en somme et leur histoire est drôle et émouvante à la fois.

J’ai tout simplement été conquise tant par la plume de l’auteur que par l’histoire qui font, que pour moi, ce livre est un petit joyau qui occupe une place spéciale dans ma bibliothèque. C’est un bon livre pour se détendre et passer une agréable soirée !

———————————————————————-

Intéressé par ce livre ? Retrouve-le sur amazon.fr ici:

Dark-Hunters, Tome 1: L’Homme Maudit – Sherrilyn Kenyon


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s